Spider-Man : New Generation

Spider-Man : into the Spider-Verse
Année : 2018
Réalisateurs : Bob Persichetti, Peter Ramsey, Rodney Rothman
Interprètes : Shameik Moore, Hailee Steinfeld, Mahershala Ali, Lily Tomlin, NIcolas Cage, Liev Schreiber (voix VO)
Éditeur : SPHE
BD : 1 UHD-66 + 1 BD 3D + 1 BD‑50, 116', toutes zones
Genre : animation, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 06/05/19
Prix ind. : 29,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
UHD 2 160p (HEVC)
HDR10
16/9
Bande-son
Français DTS‑HD Master Audio 5.1
Anglais Dolby Atmos
Anglais Dolby TrueHD 7.1
Sous-titres
Français, anglais, arabe

Quand un ado afro‑américain se réveille avec d'étonnants super‑pouvoirs et rencontre un Peter Parker bedonnant censé être mort, la situation devient vite explosive, surtout quand d'autres Spider‑Man inattendus s'en mêlent…  

 

Dans le grand déferlement de super‑héros au cinéma, Spider‑Man : New Generation a le bon goût d'appuyer sur Pause. Une parenthèse atypique qui fait souffler un vent épique et contemporain sur une franchise dépassée et enterrée depuis des lustres tout en revenant à l'ADN de la BD avec trame apparente du papier et collision de personnages cartoonesques dans un grand fracas de cases et de bulles. Notre trio de réalisateurs Bob Persichetti, Peter Ramsey et Rodney Rothman réinvente au passage la BD au cinéma. 

 

Et ça commence fort avec un pré‑générique à l'allure folle nous reconnectant en un temps record avec les trajectoires des précédents films. Quelques secondes plus tard, on se retrouve à Brooklyn, dans la chambre d'un ado comme les autres : Miles Morales est sur le point d'intégrer son nouveau et très chic lycée de Manhattan, musique à fond dans les oreilles. Son arrivée à bord de la voiture de police de son père est fracassante voire humiliante, les débuts difficiles d'une nouvelle histoire à écrire qui s'accompagnent d'étranges symptômes plutôt cool, à condition de les maîtriser au plus vite car dans les bas‑fonds de la ville, le Caïd expérimente un accélérateur de particules nucléaires capable de téléscoper d’autres univers…

 

Oscar du Meilleur film d'animation pas volé pour cette bouffée d'air frais rétro‑pop revigorante et graphiquement inventive. 

Carina Ramon - Publié le 20/05/19
Liste des bonus
- Commentaires audio des réalisateurs, scénaristes et producteurs
- Court métrage inédit : Spider‑Cochon : pris pour un jambon de Miguel Jiron (4')
- The totally radical re-invention of Spider‑Man (16')
- BD 3D du film
- Blu-Ray bonus du film


Commentaire

Les coulisses d'un film d'animation vues de l'intérieur et expliquées par les principaux intéressés, avec retour sur les scènes sophistiquées voulues par les réalisateurs comme les plans‑séquences, la séparation chromatique du film pour un effet presque 3D ou encore le jeu avec les illustrations tout droit sorties d'une bande dessinée. Un commentaire parfait pour parachever sa culture comics et saisir à la source la vision d'une équipe brillante.

 

Le court métrage de 4 minutes vaut également le détour. Centré sur Spider‑Cochon, il rend hommage à des cartoons cultes comme Tom & Jerry ou Bugs Bunny. On y croise une réplique carrément piquée à Barack Obama et un énorme clin d'œil au comédien Danny Glover. Excellent.

 

Plus loin, les réalisateurs saluent la performance de Brian Bendis et Sarah Pichelli, lesquels sont parvenus à adapter Spider‑Man au monde actuel. Les créateurs de la BD souhaitaient ainsi rafraîchir le personnage iconique en le considérant avec un regard neuf et contemporain. Mission réussie.

Note bonus : 4/6
Image

Des images filant à toute allure, des références directes au street art et à l'univers de la BD (même la trame du papier est là, comme imprimée à l'écran), des passages poétiques (New York sous la neige, la scène de la forêt), des bulles de dialogues et des superpositions qui « pop » à l'écran, des couleurs intenses mais jamais criardes, un jeu sur le relief et la profondeur évident… pas de doute, ce Spider‑Man fera date, à la fois pour sa maîtrise technique, son look et ses paris osés qui fonctionnent, à l'image de l'intégration d'un Spider‑Man des années 30 façon vieux polar en N&B. 

 

Traité comme un film de cinéma à part entière avec une mise en scène et un questionnement perpétuel du cadre, des plans, des axes caméra, du rythme et de la profondeur d'image, ce film d'animation émerveille par sa capacité à surprendre et changer ses ambiances au fil de l'histoire. Une attention de tous les instants qui aboutit à une petite féerie urbaine soit, mais dotée d'un sens du style quasi parfait et d'une animation qui défie les lois de la physique avec beaucoup d'humour. 

 

Évidemment, les couleurs sont denses et profondes, la trame texturée vintage sublime et le niveau de détail impressionnant (joli Digital Intermediate 2K). Et quand tout se déchaîne à l'écran dans un grand trip psychédélique, le HDR10 ronronne comme un turbo, équilibrant couleurs, noirs et blancs dans un grand tourbillon électrique. De quoi jubiler tout en chérissant cette équipe décidément pas comme les autres. On a hâte de découvrir son prochain projet.

Top image : aucun
Note image : 6/6
Son

Avec sa bande‑son hip‑hop urbaine (Sunflower de Post Malone et Swae Lee, Familia de Nicki Minaj, Anuel AA et Bantu, What’s Up Danger de Blackway & Black Cavia…), Spider‑Man : New Generation fait là encore entrer le film de super‑héros dans une nouvelle ère tout en dosant le score à la perfection avec un thème instrumental chargé en infragraves (on entend et on ressent physiquement les basses) et des bruitages impactants, vifs comme l'éclair.

 

Malgré les belles capacités et les doublages qui fonctionnent de la VF, la VO Dolby Atmos est bien la seule piste capable de nous entourer de cette bulle sonore davantage créative et immersive que démonstratrice avec moult effets hyper‑localisés, même si les choses sont hyper‑limpides et impactantes lorsqu'il s'agit de s'unir pour affronter le Caïd. Quant aux prouesses de Spider‑Man entre les voitures, les immeubles ou les arbres, elles prennent littéralement vie grâce à un bel accompagnement sonore.

 

Bref, un festival visuel et auditif regorgeant de détails, d'informations et de clins d'œil. Bravo.

Top son : aucun
Note son : 6/6



PLANNING
DVD 21/06/19 Ralph 2.0
BLU 21/06/19 Ralph 2.0
DVD 26/06/19 Paradise Beach
BONNES AFFAIRES
Voir l'offre
INTERVIEWS
Poppy Montgomery - Unforgettable saison 1
https://www.avcesar.com/source/interview/141/photo_0421152318.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/148/photo_0250141520.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/132/photo_0731173018.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/134/photo_1022184229.jpg
poppy-montgomery
tatiana-maslany
lucas-belvaux
jesse-tyler-ferguson
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011