Waterworld

Année : 1995
Réalisateur : Kevin Reynolds
Interprètes : Kevin Costner, Dennis Hopper, Jeanne Tripplehorn
Éditeur : Universal
BD : 1 UHD-99 + 1 BD-50, 135' (version cinéma)/176' (version longue), toutes zones
Genre : science-fiction, couleurs
Interdiction : - de 12 ans
Sortie : 25/11/20
Prix ind. : 29,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.85
UHD 2 160p (HEVC)
HDR10
16/9
Bande-son
Français DTS 5.1
Anglais DTS:X
Anglais DTS‑HD Master Audio 7.1
Russe DTS 5.1
Polonais DTS 2.0
Sous-titres
Français, anglais, néerlandais, danois, finnois, norvégien, suédois, russe, hongrois, polonais, grec, roumain, chinois, coréen
Amazon
89,00  €
Rakuten
69,99 €
Fnac
29,99 €

Réalisé par Kevin Reynolds en 1995 juste après Rapa Nui, la fresque mal‑aimée de Kevin Costner restera certainement l’un des plus grands naufrages du cinéma avec, dans un tout autre registre et sans comparaison aucune, Les portes du Paradis du très grand Michael Cimino, réhabilité depuis et à juste titre. 

 

Encore rares à l'époque, les prises de vues nautiques transforment le tournage de Waterworld en véritable cauchemar. Le budget initial du film de 100 millions de dollars, une somme colossale en 1995, double quasiment et le harcèlement des producteurs viendra à bout du réalisateur, obligeant Kevin Costner à assurer lui‑même le parachèvement du montage.

L'action du film se situe en 2500, alors qu'une catastrophe écologique a submergé l’ensemble des continents et que les rescapés survivent sur des atolls artificiels hantés par des pirates. Seule lueur d'espoir, une légende selon laquelle une ultime terre ferme subsisterait. Celle‑ci devrait être découverte par un mutant mi‑homme, mi‑poisson. L’étrange Mariner (Kevin Costner), qui erre sur un trimaran bricolé, pourrait‑il être l’explorateur promis par la prophétie ?

 

Malgré un scénario boursouflé et des scènes d’action grand‑guignolesques, il ressort de cette version plus longue de 41 minutes une impression étrange, à la fois vaine et intrigante. Mèche blonde, peau bronzée et costume de pirate en lamelles, Kevin Costner parvient à séduire dans ces décors de carton‑pâte (encore plus visibles aujourd'hui en 4K UHD) et à justifier à lui seul une revoyure bienveillante. De là à faire oublier le monumental échec commercial, certainement pas.

Carina Ramon - Publié le 08/12/20
Liste des bonus
- Version longue (176')
- Bande-annonce
- Blu-Ray du film


Commentaire

Les suppléments de l'antique édition DVD ont été laissés au placard. Il fallait de toute façon faire tenir les 41 minutes supplémentaires de film.

Note bonus : 1/6
Image

Redécouvrir le film avec un œil davantage technique que critique est un plaisir tant ce nouveau master 4K a un puissant effet révélateur, à la fois au niveau de la lumière, des couleurs que des décors. Si ces derniers font encore plus carton‑pâte et toc qu'autrefois par le truchement de la 4K et sa précision retrouvée (le rendu est bien moins fouillis et brouillon qu'avant), la profondeur et la densité du bleu et du vert apportent à ce récit 100% aquatique une atmosphère plus « crédible », même si l'on devine encore plus maintenant les bassins qui ont servi aux prises de vues. Il n'y a qu'à voir les immenses portes de Waterworld pour découvrir le patchwork de tôles rouillées et leurs nuances émeraude inédites. Ou encore le détail sur les chevelures, plus blondes que jamais et désormais parfaitement détourées.

 

Pour résumer, l'ambiance générale est sublimée, le gain de lumière salvateur, la texture 35 mm affinée, avec mention spéciale encore une fois aux décors cheap et sublimes à la fois. Et pour les plus pointilleux, presque tous les fourmillements en arrière‑plan ont été effacés.

Top image : aucun
Note image : 5/6
Son

Les pistes sonores jonglent allègrement avec les effets d’ambiance et la musique tonitruantes de James Horner, qui apparaît toujours aussi décalée avec l'action et  le sujet. Toujours aussi bizarre, l'atmosphère sonore se montre même particulièrement percutante (trop ?) en VO DTS:X. La VF DTS‑HD MA 5.1 profite elle aussi d'un bon canal LFE et d'une belle emphase Surround, y compris lors des moments les plus calmes. Au final, une bonne raison de revoir le film de meilleures conditions, pas forcément de quoi l'apprécier davantage. 

Top son : aucun
Note son : 4/6



PLANNING
21/04/21 Les bas-fonds
21/04/21 Figaro
28/04/21 Hiroshima
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
Kevin Bacon - Following saison 1
https://www.avcesar.com/source/interview/150/photo_0520115613.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/157/photo_0253124723.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/126/photo_0549181508.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/137/photo_0142105021.jpg
kevin-bacon
stefano-sollima
lucy-lawless
ken-follett
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011