Trilogie Le seigneur des anneaux - Les deux tours

The Lord of the Rings : the Two Towers
Année : 2002
Réalisateur : Peter Jackson
Interprètes : Elijah Wood, Ian McKellen, Liv Tyler, Viggo Mortensen, Cate Blanchett
Éditeur : Metropolitan Film & Vidéo
BD : 1 UHD-99 + 2 UHD-99, 201' (VC)/262' (VL), toutes zones
Genre : heroic fantasy, couleurs
Interdiction : tous publics (certaines séquences peuvent heurter)
Sortie : 16/12/20
Prix ind. : 110 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
UHD 2 160p (HEVC)
HDR Dolby Vision
HDR10
16/9
Bande-son
Français DTS‑HD Master Audio 5.1
Anglais Dolby Atmos
Anglais Dolby TrueHD 7.1
Allemand DTS‑HD Master Audio 6.1
Italien DTS‑HD Master Audio 6.1 (VL)
Espagnol DTS‑HD Master Audio 5.1
Sous-titres
Français, anglais pour sourds et malentendants, néerlandais, espagnol (VC)/Français, anglais/allemand/italien pour sourds et malentendants, espagnol, néerlandais, danois, finnois, grec, norvégien, polonais, suédois, chinois, coréen, thaï (VL)

Après la disparition supposée de Gandalf et la mort de Boromir, la Communauté de l’Anneau s’est scindée en trois. Alors que Frodon et son fidèle Sam tentent d’entrer en Mordor, suivis de près par Gollum, une créature mystérieuse corrompue par l’Anneau, les autres se préparent à affronter l’armée des Ténèbres de Saroumane.

Même si des trois tomes composant l’œuvre de Tolkien, le livre central n’est pas le plus enthousiasmant (récit très éclaté sans début ni fin), Peter Jackson parvient à faire bien plus qu’une simple transition. Comment ? En prenant quelques libertés avec le texte original, son génie créateur faisant le reste. On note notamment le développement de personnages comme Eowyn, fille d’Eomund qui tombera amoureuse d’Aragorn, ou encore Arwen, la princesse des Elfes et future épouse d’Aragorn. Il y a aussi une longue parenthèse sur Gollum (autrefois appelé Sméagol), l’ajout d’une scène de guerre avec des Orques montés sur de monstrueuses créatures, mais surtout, Peter Jackson n'hésite pas à consacrer près d’une heure à l’impressionnante bataille du Gouffre de Helm. Grandiose !

Comme pour La communauté de l'anneau, ce coffret trilogie 9 disques intègre la version longue du film sur deux disques. Un deuxième opus sans temps mort réellement spectaculaire à redécouvrir en version remasterisée 4K absolument bluffante.

Jean-François Lefevre - Publié le 18/12/20

Cinécult' Peter Jackson : poète du gore

Il y a sans doute deux Peter Jackson. Le premier, cinéaste démiurge à la tête de deux trilogies monstres, Le seigneur des anneaux et Le Hobbit bien sûr, saga à laquelle il aura consacré plusieurs années de sa vie. Le second est issu du cinéma d’exploitation du début des années 80, porte‑drapeau d’un genre gore et festif à la fois inventif, débridé et absolument potache.

Lire la suite
Liste des bonus
- Aucun


Commentaire

Aucun bonus au sein de ce coffret neuf disques regroupant toute la première trilogie version cinéma et version longue (deux disques à chaque fois pour cette dernière).

Note bonus : 4/6
Image

Place aux grands espaces, aux vastes plaines, aux étendues immenses, aux chevauchées sauvages, aux forêts magiques, aux montagnes enneigées et aux batailles épiques. Mais en version largement upgradée par rapport à la dernière version Blu-Ray disponible.

 

Et l'émerveillement commence très vite avec l'ouverture en flashback sur Sméagol, période pré‑Gollum, ce personnage tout en images de synthèse qui va s’intégrer à merveille dans les décors plus avant dans le film. D'ailleurs, la plupart des CGI ne posent ici aucun problème hormis quelques personnages sortant anormalement des fonds en de rares occasions (certains effets spéciaux ont été remoulinés pour passer le crash‑test de la 4K et son impitoyable DI 4K). Quant à cette toute première lutte pour l'anneau sur un tapis d'herbe vert chlorophylle, elle s'impose d'emblée comme une invitation à plonger littéralement dans l'écran. 

 

Il est en fait réellement impossible de ne pas apprécier le spectacle. Tourné en 35 mm comme le premier film et le troisième (voir La communauté de l'anneau), le léger grain n'est presque plus de mise par le truchement des filtres DNR, ces derniers ayant été également utilisés pour parfaire l'intégration de certains effets spéciaux. Sur les séquences live, on apprécie la précision sans faille et la lumière inouïe, le tout magnifié par des couleurs que l'on ne soupçonnait même pas jusqu'alors. Seuls les visages apparaissent parfois un poil lisses en gros plan. Une féerie visuelle où l'on va de découverte en découverte : la splendeur blanche baignée de lumière de la Cité de Rois, le vert émeraude de l'armée d'Aragorn, la fluorescence nappant l'armée des Morts, le spectacle de la destruction de la tour bardée de feu et de lave flamboyants. 

 

Encore une fois, Peter Jackson a privilégié des tonalités plus chaleureuses qu'auparavant, cherchant à harmoniser ses deux trilogies et donnant à ses films une dimension plus humaine, plus réaliste aussi. Le relief apporté par ce master 4K ajoute sans conteste de la profondeur de champ pour une immersion totale. Une image cristalline et puissante à la fois.

Top image : 48'44 (la Porte Noire s'ouvre), 78'54 (les Oliphants entrent en scène), 96'17 (l'armée de Saroumane en marche), 132'40 (la bataille du Gouffre de Helm), 159'30 (les cavaliers arrivent en renfort)
Note image : 6/6
Son

Côté français, on retrouve sur la version cinéma la précédente piste DTS‑HD Master Audio 5.1 du Blu-Ray : efficace, suffisamment ample mais pas trop. On gagne surtout en VO une piste Dolby Atmos/Dolby TrueHD 7.1 qui s'accorde clairement mieux à ces images rénovées de fond en comble. Cette fois, tout fait sens, tout s'accorde à merveille quelque que soit l'action à l'écran pour un rendu presque opératique. On semble voler au‑dessus des paysages, affronter le vent en pleine face, guerroyer auprès des armées d’Aragorn.

 

Le spectateur est tantôt bercé d’une douce musique, tantôt bousculé par des déchaînements grandioses où les infragraves, graves et bas‑médiums claquent dans la pièce, où les aigus filent à toute allure. Un relief et une bulle sonore parfaits pour tester la précision de votre installation avec du détail partout, de la force, de l'inventivité et de la malice. Une bande‑son physique comme on les aime (la bataille du Gouffre de Helm notamment), vibrante, que l'on ressent à travers tout le corps. Et a contrario des derniers Marvel parfois proches du capharnaüm, des séquences plus calmes permettent de reprendre son souffle. Bravo.

Top son : 132'40 (la bataille du Gouffre de Helm)
Note son : 6/6



4999€ 6990€
il y a 1 jour
212€ 279€
il y a 1 jour
PLANNING
01/03/21 Shalako
01/03/21 Plein soleil
01/03/21 Ouvre les yeux
01/03/21 Notre histoire
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
Florent Siri - Otage
https://www.avcesar.com/source/interview/140/photo_0412164405.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/152/photo_0641125609.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/139/photo_0259145504.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/150/photo_0520115613.jpg
florent-siri
nic-pizzolatto
liam-neeson
kevin-bacon
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011