The Wicker Man

Année : 1977
Réalisateur : Robin Hardy
Interprètes : Edward Woodward, Christopher Lee, Diane Cilento, Britt Ekland, Ingrid Pitt, Lindsay Kemp
Éditeur : Studiocanal
BD : 1 BD-50 + 1 DVD-9, 94', zone B
Genre : horreur, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 02/12/20
Prix ind. : 19,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.78
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Anglais DTS‑HD Master Audio 2.0
Sous-titres
Français imposé sur la VO
Amazon
19,99  €
Rakuten
23,28 €
Fnac
26,28 €

Fraîchement débarqué sur la petite île de Summerisle au large de l’Écosse pour mener une enquête, le sergent Neil Howie (Edward Woodward) découvre une communauté païenne dont les mœurs libertaires se heurtent à ses convictions religieuses.


Face aux insulaires dont le rapport à la nature et à la sexualité est décomplexé (voir la scène cocasse de l’école dans laquelle de jeunes élèves célèbrent la fertilité autour d’un « mât » en guise de symbole phallique), Howie, bigot patenté, n’envisage aucune autre focale que celle de la condamnation, voire du blasphème.

 

Les rares indices autour de la mystérieuse disparition de la jeune fille sont autant de prétextes pour mettre à l’épreuve son ouverture d’esprit, mais à aucun moment, il n’adhère à ce microcosme régenté par ses coutumes intrinsèques. L’impossibilité des uns et des autres à se comprendre est au cœur du postulat de The Wicker Man (traduisez « l’homme d’osier ») et suscite une violente remise en cause des religions, tandis que les reliquats de l’utopie post‑hippie s’invitent à la grande fête païenne.

 

Un fleuron culte du cinéma d’horreur qui a inspiré Ari Aster en 2019 pour son conte suédois aussi solaire que cruel, Midsommar.

Carole Lépinay - Publié le 08/03/21
Liste des bonus
- Préface de Jean‑Baptiste Thoret (10')
- Entretien avec Robin Hardy (16')
- La musique de The Wicker Man (15')
- Bande-annonce
- DVD du film


Commentaire

Comme à l'accoutumée, une présentation très complète du film par JB Thoret. On apprend ainsi l'existence de deux versions, dont une amputée par les distributeurs de l'époque. Documentariste de formation, Robin Hardy propose une fiction inclassable avec la collaboration du scénariste Anthony Shaffer (FrenzyLe Limier) et la participation inestimable de Christopher Lee. 

 

Lors de son entretien, Robin Hady parle de sa longue collaboration (douze ans) avec Anthony Shaffer. Fasciné par le thème du jeu (Le Limier introduisait déjà un personnage pris à son propre piège), celui‑ci a su exploiter sa dimension à la fois ludique et subversive dans The Wicker Man.

 

De son côté, en saisissant l'opportunité d'élargir son jeu, Christopher Lee a même conclu qu'il s'agissait de l'une de ses meilleures performances. Quant à Britt Ekhland, la femme de Peter Sellers, son accent suédois très prononcé a été négocié avec les producteurs…

 

Tourné en plein hiver sur une petite île au large de l'Écosse, il a aussi fallu redoubler d'inventivité afin de rendre crédible la saison printanière, l'action étant supposée se dérouler en mai. De la glace dans la bouche des figurants aux chauffages directionnels pour les gros plans sur les acteurs, des arbres et des fleurs trimballés dans des camions afin de dissimuler la neige, tous les moyens étaient bons pour que la célébration de l'homme d'osier ne soit pas gâchée. Enfin, Robin Hardy boucle son intervention avec un passage émouvant sur la pérennité de son film quarante ans plus tard. 

 

Pour finir, Gary Carpenter, directeur musical associé sur le film, raconte sa collaboration avec Paul Shaffer, extrêmement précis quant à l'univers musical du rituel de Summerisle. Cultivant une esthétique très particulière, le musicien exigeait une proximité avec le micro et une interprétation à mi‑voix pour l'enregistrement des chansons. 

Note bonus : 4/6
Image

Malgré la restauration et le bond qualitatif évident, il faudra faire avec nombre de plans encore flous, la définition fluctuante, des contrastes parfois durs (manque de texture dans les zones noires et blanches) et une gamme dynamique limitée. Heureusement, parfois, tout s'arrange l'espace de quelques séquences, auréolées qui plus est de belles couleurs. La sensation d'instabilité demeure malgré tout.  

Top image : aucun
Note image : 3/6
Son

La partie sonore a mieux résisté au temps que l'image avec des voix agréables à l'écoute et surtout des partis pris intéressants donnant l'impression de débarquer dans un autre monde. Les bruitages bien que limités apportent un petit relief bienvenu. 

Top son : aucun
Note son : 4/6



1569€ 2290€
il y a 12 heures
299€ 699€
il y a 2 jours
484€ 899€
il y a 4 jours
PLANNING
07/12/21 Petite maman
07/12/21 Metropolis
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
Joel Schumacher - Phone Game
https://www.avcesar.com/source/interview/131/photo_0525105410.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/175/photo_0556215604.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/132/photo_0731173018.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/147/photo_0157140523.jpg
joel-schumacher
mathieu-amalric
lucas-belvaux
bryan-cranston
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011
Accepter les cookies
Accepter
Refuser