Coma, esprits prisonniers

Koma
Année : 2019
Réalisateur : Nikita Argunov
Interprètes : Rinal Mukhametov, Lyubov Aksyonova, Anton Pampushnyy, Konstantin Lavronenko
Éditeur : Program Store
BD : BD-50, 111', zone B
Genre : anticipation, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 19/08/20
Prix ind. : 14,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français DTS 5.1
Français Dolby Digital 5.1
Anglais DTS 5.1
Anglais Dolby Digital 5.1
Russe DTS 5.1
Russe Dolby Digital 5.1
Sous-titres
Français

Après un accident de voiture, un jeune amnésique découvre un univers étrange n’obéissant à aucune loi physique, mais constitué d’un empilement de souvenirs instables que partagent toutes les personnes dans le coma. Sauvé par quelques survivants des griffes de créatures cauchemardesques, les Reapers, le pauvre hère ignore s'il se trouve dans le monde réel, tandis que d'autres personnes semblables à lui semblent développer des pouvoirs spéciaux… La route sera longue pour comprendre ce qu’il fait là, comment il y est arrivé et qui sont ses compagnons d’infortune.

 

Au démarrage de la superproduction russe Coma, ce sont immédiatement d’autres films qui reviennent en mémoire, particulièrement les géométries folles de MatrixInception et Dr Strange. Malgré ces inspirations visuelles puissantes, on se rend vite compte que Coma esquisse moins une énième réflexion sur un univers virtuel piégé qu’un thriller d’anticipation à tiroirs.


Cette ambitieuse entreprise, riche en coups de théâtre petits et grands, promet d'être excitante. Elle va hélas être entravée par des écueils de plus en plus gênants. D’une part son casting : Rinal Mukhametov, qui incarne le héros, est certes bel homme, mais s’avère surtout un comédien peu expressif. Même combat pour la ravissante Lyubov Aksyonova, l’interprète d’une des survivantes avec qui l’amnésique va se lier. Seule exception à ce défilé de figures ternes, le personnage de Phantom, (Anton Pampushnyy), composé sans subtilité en antagoniste gentiment psychopathe.


Autre difficulté : Coma prend un temps fou à installer son principal levier ‑la découverte par le héros de son pouvoir‑ qui n’intervient qu’au bout d’une grosse demi‑heure. Puis le mouvement s’accélère furieusement via des flashbacks très (trop) démonstratifs jusqu’à un grand final bavard où le « méchant » commet une ultime et non sensique vilénie avant de s’expliquer à n’en plus finir.

 

Faute d’accroche psychologique ou émotionnelle avec des personnages en général très ternes, le spectateur ne peut donc s’intéresser au récit qu’à travers les scènes d’action spectaculaires, soutenues par d’impressionnants effets spéciaux numériques. Les architectures mobiles n'obéissant à aucune physique réelle sont effectivement soufflantes et offrent des décors très attrayants aux fusillades et aux poursuites. Reste qu'avec autant d’obstacles, il est difficile de se passionner pour Coma signé par le spécialiste des effets spéciaux Nikita Argunov (MongolGuardians).

 

Dommage, Coma comportait suffisamment de bonnes idées scénaristiques et visuelles pour donner bien plus qu’un agréable divertissement. La grande fresque dystopique ici en germe est, hélas, demeurée dans les limbes.

François Coulaud - Publié le 05/02/21
Liste des bonus
- Le monde de Coma (3')
- Les personnages (3')
- Les effets spéciaux (1')
- Bande-annonce et teaser


Commentaire

Des bonus promotionnels syncopés et guère passionnants. On pourra toutefois jeter un œil au Monde de Coma qui permet de découvrir fugacement des croquis préparatoires et quelques images de séquences coupées au montage. Dans la mesure où 1 700 plans du film, soit la quasi‑totalité de Coma, ont été truqués, pourquoi ne consacrer aux effets spéciaux qu'une featurette sans âme et beaucoup trop courte ?

Note bonus : 2/6
Image

C'est le gros point fort du film. La photographie fine et bien éclairée signée Sergey Dyshuk mixe joliment le côté roots et fatigué des héros et de leur foyer, avec une jolie brillance presque irréelle pour les « reliefs » du monde de Coma. À noter aussi, le soin de la colorimétrie bien différenciée suivant les endroits visités par les personnages. L'avant‑dernière scène dénote toutefois avec son éclairage quasi olympien, soulignant plus nettement les effets numériques.

Top image : aucun
Note image : 5/6
Son

En VO russe DTS, le mixage n'est pas du tout à la hauteur des impressionnantes images. Bien spatialisée et plutôt pêchue sur les graves, la piste VO se mélange parfois les algorithmes lorsque les bruitages sont mêlés aux musiques signées Ilya Andrus. S'ensuivent d'épisodiques ‑heureusement courts et surtout localisés au début du film‑ instants de saturation pour une désagréable bouillie sonore. La VF manque quant à elle de dynamique, particulièrement lors des passages musicaux. Le timbre des doubleurs s'avère également très éloigné de celui des comédiens russes.

Top son : aucun
Note son : 3/6



349€ 499€
il y a 1 jour
299€ 399€
il y a 1 jour
499€ 899€
il y a 1 jour
PLANNING
10/03/21 Skyfire
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
https://www.avcesar.com/source/interview/138/photo_0315185626.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/151/photo_0557184527.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/135/photo_0315184326.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/173/photo_1036183401.jpg
pascal-laugier-et-louis-thevenon
lars-lundstrom
sidse-babett-knudsen
michael-c-hall
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011