Le métro de la mort

Raw Meat
Année : 1972
Réalisateur : Gary Sherman
Interprètes : Donald Pleasence, Christopher Lee, David Ladd, Norman Rossington, Sharon Gurney, Clive Swift
Éditeur : Rimini Éditions
BD : 1 BD-50 + 1 DVD-9, 87', zone B
Genre : horreur, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 16/10/21
Prix ind. : 22,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.85
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français DTS‑HD Master Audio 2.0
Anglais DTS‑HD Master Audio 2.0
Sous-titres
Français
Amazon
23,25  €
Fnac
28,26 €
Rakuten
27,34 €

L’inspecteur Calhoun (Donald Pleasence) mène l’enquête sur une vague de disparitions dans le métro londonien.


Premier film de Gary Sherman (Réincarnations, Vice Squad), Le métro de la mort réalisé en 1972 donne un coup de boost aux productions ronflantes de la Hammer. Exit les châteaux en ruines et les monstres de la littérature gothique, un cadre urbain particulièrement anxiogène devient désormais l’antichambre de l’horreur. Le cinéaste élabore celle‑ci à partir de l’histoire occultée de la ville sous laquelle des ouvriers se retrouvèrent pris au piège lors de la construction de tunnels. L’ultime survivant de cette catastrophe rejoint les nouveaux monstres de la décennie ‑les Rednecks de La colline a des yeux, Leatherface (Massacre à la tronçonneuse) entre autres‑ soit autant de visages masqués ou défigurés qui reflètent les béances d’une société malade.

 

Les saillies décalées de l’inspecteur Calhoun (la prestation de Pleasence est tout bonnement jubilatoire) sirotant son thé tranquillement posé à son bureau tranchent avec les incursions cauchemardesques dans le métro. Sherman ne nous épargne d'ailleurs aucun détail organique, des corps en putréfaction et démembrés aux ossements rongés par les rats, le cinéaste passe du glauque absolu à l’humour surréaliste lorsque l’immense Christopher Lee, en privé guindé, pose sa cape de Dracula le temps d’une rencontre lunaire avec Calhoun. À (re)voir d’urgence.

Carole Lépinay - Publié le 21/03/22
Liste des bonus
- Des profondeurs. Conversation entre David Ladd, acteur, et Paul Maslanksy, producteur (13')
- Fermeture des portes ! Interview du comédien Hugh Armstrong (16')
- Les contes du métro. Interview du réalisateur Gary Sherman et des producteurs exécutifs Jay Kanter et Alan Ladd Jr (19')
- Film-annonce
- Spots TV
- Livret de 24 pages


Commentaire

Une conversation entre l'acteur principal David Ladd et Paul Maslansky permet d'en savoir plus sur la genèse et la conception du film. Tous deux soulignent la qualité du scénario dont les différents niveaux de lecture offraient autant d'opportunités de mise en scène que d'interprétation. Très intimidé face Donald Pleasence au moment du tournage, Ladd reste admiratif face à sa présence et se souvient de son humour particulier. 

 

Hugh Armstrong, « The Man » dans le film, revient sur son parcours d'acteur. De sa rupture avec l'armée à l'apprentissage des arts dramatiques au Rose Bruford College, Armstrong fait ses débuts au théâtre (il intègre la Royal Shakespeare Company, joue au Royal Court Theatre) avant d'embrasser une carrière télévisuelle. L'acteur se souvient de sa rencontre avec Gary Sherman : « Tu n'as pas vraiment de script. Tu n'as qu'une seule réplique "Fermeture des portes !" ». Sur le plateau, Armstrong partait toujours d'une situation et démontrait sa capacité d'improvisation à partir de cette fameuse réplique.

 

Gary Sherman, qui travaille dans la même boîte de pub que Jonathan Demme à l'époque, lui fait lire le scénario du Métro de la mort (co-écrit avec Ceri Jones). Le futur réalisateur du Silence des agneaux (qui aurait été le producteur du film si Roger Corman ne l'avait pas pris sous son aile aux États‑Unis) lui file alors le contact du producteur Paul Maslansky. Les producteurs exécutifs Jay Kanter et Alan Ladd Jr. embarquent à leur tour dans l'aventure. En compagnie du réalisateur, ils échangent de précieux souvenirs comme défendre le projet auprès de la Rank Organisation (un groupe puissant qui détient le monopole de la distribution comme celui de la production à l'époque) ou se rappeler l'authenticité au sein d'une communauté d'acteurs que l'on ne retrouvera plus aujourd'hui.

Note bonus : 3/6
Image

On retient du film ses couleurs volontiers criardes qui font plaisir à voir et son design moderniste qui détonne des productions horrifiques de l'époque. Reste que les contrastes sont parfois bouchés et le rendu encore coincé dans les Seventies. On fait avec, d'autant que les innombrables défauts d'usure d'antan sont définitivement partis en vacances.

Top image : aucun
Note image : 3/6
Son

Bruitages suramplifiés, lignes inquiétantes au Bontempi, cris et râles d'outre‑tombe, pas de doute, le design sonore est vite planté. Évidemment, tout cela a pas mal vieilli, mais il ressort de cette bande‑son une sorte de drôlerie 100% vintage. VO à privilégier tant les doublages français font flop. 

Top son : aucun
Note son : 3/6



PLANNING
18/05/22 Scream
18/05/22 Le proviseur
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
Lars Lundström - Real Humans saison 2
https://www.avcesar.com/source/interview/151/photo_0557184527.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/138/photo_0315185626.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/158/photo_0627103424.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/128/photo_0541080530.jpg
lars-lundstrom
pascal-laugier-et-louis-thevenon
kyan-khojandi
lucky-mckee
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011
Accepter les cookies
Accepter
Refuser