Midnight Silence

Année : 2021
Réalisateur : Oh-Seung Kwon
Interprètes : Wi Ha-Joon, Ki-Joo Jin, Park Hoon
Éditeur : The Jokers
BD : BD-50, 103', zone B
Genre : thriller, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 11/05/22
Prix ind. : 19,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Coréen DTS‑HD Master Audio 5.1
Français DTS‑HD Master Audio 5.1
Sous-titres
Français pour sourds et malentendants, français imposé
Amazon
19,99  €
Fnac
19,99 €
Fnac
19,99 €

C’est la règle du jeu : la belle et nécessaire visibilité dont bénéficie le cinéma coréen à travers le monde aujourd’hui nous amène aussi des paquets de films médiocres qui n’auraient manqué à personne s’ils n’avaient pas traversé les frontières de la péninsule. Et c’est malheureusement le cas de Midnight Silence, le premier film d’Oh‑Seung Kwon qui nous arrive directement en Blu‑Ray et DVD ce printemps après une sortie en salle l’an passé en Corée. Un thriller qui peine à sortir des clichés du genre malgré les promesses de son intrigue : par une nuit sombre à Séoul, un tueur en série rôde dans les ruelles à la recherche de sa prochaine victime. Mais alors qu’il vient de commettre un kidnapping, il est vu par une jeune femme sourde et muette. Commence alors une course‑poursuite sadique jusqu’au bout de la nuit…

 

Quiproquos poussifs et mise en scène attendue

Il y avait pourtant quelque chose à créer autour de cette lutte nerveuse entre une héroïne privée de deux sens et un tueur machiavélique, mais encore aurait‑il fallu qu’Oh‑Seung Kwon ait la moindre idée neuve concernant l’un ou l’autre de ses personnages. La présence de la jeune sourde‑muette, plutôt bien campée par Kim‑Joo Jin (pas du tout sourde‑muette), n’est ici prétexte qu’à des successions de quiproquos poussifs avec le reste du casting, ainsi qu’à des moments de suspense où le son de l’action est tout simplement coupé, comme si les personnes sourdes vivaient leur vie avec des boules Quiès. Là où le ressenti de ce personnage différent aurait pu être exploré audacieusement, il ne sert ici qu’à amplifier la faiblesse de la jeune femme innocente poursuivie par son bourreau.

 

Un serial killer banal

Un manque d’imagination exacerbé par la médiocrité du tueur en série face à elle. Sans motivations claires ni personnalité forte, multipliant sans cesse les rictus de tête à claques plutôt que de susciter le moindre effroi, le film nous sert un serial killer absolument banal : un type avec un mini‑van qui tue des femmes la nuit, parce que c'est de ça qu'un thriller a besoin. Rien ne justifie sa décision de poursuivre pendant toute une nuit cette jeune femme, et aucune de ses actions ne fait preuve d’une quelconque ruse qui saurait chambouler le spectateur. La victime fuit et notre tueur la suit en faisant des regards fous durant 100 minutes qui tournent en rond sans avoir le mérite d’éviter les temps morts. D’autant que pour aller au bout de sa confrontation, Midnight Silence s’autorise son lot de facilités scénaristiques aberrantes : tueur qui apparaît comme par magie, policiers exagérément à côté de la plaque…

 

Des séquences énergiques

On saura trouver des qualités à la réalisation d’Oh‑Seung Kwon, qui réussit à proposer quelques séquences énergiques dans les multiples courses‑poursuites du film, avec des mouvements de caméra nous plaçant au cœur de l’action. Mais là encore, les clichés reviennent vite, comme dans cette séquence où le tueur détruit une porte à la hache, clin d’œil appuyé à Shining mais faisant plus l’effet d’un copier‑coller paresseux qu’un vrai hommage. Ne reste que l’impression d’un film fait à la va‑vite, abusant de tics usés pour offrir qu’un divertissement comme il en existe tant d’autres. Pas de quoi détrôner The Chaser ou J'ai rencontré le Diable…

Émilien Villeroy - Publié le 11/04/22
Liste des bonus
- Analyse du film (12')
- Bande-annonce


Commentaire

Influences, casting, accélération de la caméra pour une sensation de vitesse accrue, utilisation du handicap d'un des personnages, tous les grands axes du film sont passés en revue.

Note bonus : 2/6
Image

Entre parkings souterrains et ruelles en pleine nuit, Midnight Silence propose une image souvent sombre et malheureusement un peu monotone. Dommage que cette course dans le Séoul nocturne ne développe pas davantage d'idées visuelles car techniquement, tout est là et toujours lisible : des noirs corsés, un piqué tranchant et des touches de couleurs bienvenues mais trop timides.

Top image : aucun
Note image : 4/6
Son

En dehors de la pure paresse au mixage que de couper le son quand la caméra nous met du côté de la jeune sourde‑muette, c'est principalement la musique passe‑partout au possible de Midnight Silence qui irrite, avec ses lourds accents de film d'action bas du front. Le volume est plus fort en français pour cause de débit supérieur, ce qui n'engendre pas forcément plus de détail. Il faudra faire aussi avec des voix trop projetées, alors qu'en VO, ces dernières sont forcément plus naturelles et mélodieuses.

Top son : aucun
Note son : 3/6



PLANNING
18/05/22 Scream
18/05/22 Le proviseur
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
Kyan Khojandi - Les nouveaux héros
https://www.avcesar.com/source/interview/158/photo_0627103424.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/135/photo_0315184326.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/173/photo_1036183401.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/162/photo_0347144329.jpg
kyan-khojandi
sidse-babett-knudsen
michael-c-hall
leila-bekhti
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011
Accepter les cookies
Accepter
Refuser