Decision to Leave

Année : 2022
Réalisateur : Park Chan-Wook
Interprètes : Park Hae-il, Tang Wei, Lee Jung-hyun
Éditeur : M6 Vidéo
BD : BD-50, 138', zone B
Genre : thriller, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 16/11/22
Prix ind. : 19,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français DTS‑HD Master Audio 5.1
Français DTS‑HD Master Audio 2.0
Coréen Dolby Atmos
Coréen Dolby TrueHD 7.1
Sous-titres
Français, français pour sourds et malentendants
Amazon
19,99  €
Fnac
19,99 €
Rakuten
19,99 €

En deux décennies de carrière, Park Chan‑Wook est passé maître dans l’art de tisser des films comme autant de jeux de pistes macabres, où l'on s'égare comme dans des labyrinthes, jamais sûrs de la direction à prendre et de la finalité de ces mystères. Un talent déjà prouvé dans quelques films qui ont fait de lui un grand nom du cinéma coréen (Old Boy en tête), mais qu’il développe désormais avec la minutie d’un Hitchcock moderne. Et si Mademoiselle en 2016 réussissait à nous faire tourner la tête avec son érotisme troublant, Decision to Leave s’attaque lui aux codes du film policier avec un soupçon de Vertigo, pour un thriller épais, plein de culs‑de‑sac et d’étonnants changements de registre, où l’on prend un plaisir fou à être mené par le bout du nez.

 

Sans doute son film le plus dense
L’histoire commence comme tant d’autres : un homme est retrouvé mort au pied d’une montagne. Accident d’alpinisme ou meurtre déguisé ? Un inspecteur méticuleux est mis sur l’affaire. Très rapidement, les soupçons se posent sur l’épouse du défunt, beaucoup plus jeune que son mari et richement bénéficiaire sur son testament. Une figure trouble, tantôt veuve noire, tantôt victime. En se frottant au plus près de la suspecte, le policier se rapproche d’elle, peut‑être un peu trop…

Les références abondent dès ce simple synopsis : ce sont des décennies de films noirs qui semblent être évoquées ici, depuis les femmes fatales des années 40 jusqu’aux polars sulfureux façon Basic Instinct de Paul Verhoeven. Et pourtant, à l’écran, Park Chan‑Wook ne ressemble à personne d’autre qu’à lui‑même, signant sans doute son film le plus dense, obsessionnel et idiosyncratique de sa carrière ‑lui ayant d'ailleurs valu le prix du Meilleur réalisateur au Festival de Cannes l'an passé.

 

Un thriller sinueux
Le premier quart d’heure est à ce titre un incroyable tour de force, avec un montage brillant et haletant, passant du coq à l’âne pour mieux désorienter le spectateur, faisant la démonstration d’une mise en scène qui n’a jamais été aussi soignée, précise, chaque plan débordant d’idées pour nous présenter de manière inédite, et parfois délicieusement outrée, tous les lieux communs du film d’enquête.

Si cette narration fiévreuse accepte ensuite de ralentir un peu le rythme, Decision to Leave ne se détache jamais de cette curieuse sensation d’étrangeté, de cette impossibilité de donner des réponses claires et des narrations en ligne droite, comme si le brouillard refusait de se lever (le film est en partie inspiré par une ancienne chanson coréenne appelée « Brume »), même lorsque la vérité éclate. Aucune conclusion satisfaisante comme dans un Agatha Christie. Sinueux, le thriller s'amuse avec son public, avec cet humour froid si particulier du cinéma coréen dans un premier temps, avant de réussir à toucher avec beaucoup de justesse des registres plus graves dans son final, faisant passer Decision to Leave avec brio dans le registre du mélodrame.

 

Un habile jeu d'équilibriste

Un jeu d'équilibriste permis grâce à la justesse de son duo d’acteurs en tête d’affiche : Park Hae‑il (déjà croisé dans Memories of Murder ou The Host) et tout particulièrement Tang Wei, exceptionnelle dans ce rôle d’expatriée chinoise aux mille ambiguïtés, surjouant la naïveté pour mieux tisser sa toile, rejoignant les autres grandes anti‑héroïnes de l’œuvre étourdissante de Park Chan‑Wook (Lady Vengeance et les deux héroïnes de Mademoiselle en tête).

 

Ensemble, ils donnent corps à ce couple maudit, passant de la défiance à la passion au fil de l'intrigue. Car c'est finalement là que revient toujours le cinéma de Park Chan‑Wook : l'amour interdit et impossible, et les valeurs que l'on serait prêt à transgresser pour celui‑ci. Peut‑on décider de croire une personne quand la raison s'y oppose ? Peu importe alors les enquêtes et les coupables : en fin de course, Decision to Leave nous laisse finalement avec la morsure de cette romance bouleversante et cruelle. Et encore une fois, Park Chan‑Wook nous a entraînés dans son piège.

Émilien Villeroy - Publié le 23/01/23
Liste des bonus
- Commentaire de Philippe Rouyer (critique et historien du cinéma à la revue Positif) (38')
- Making of (9')


Commentaire

Entre terre et mer : le commentaire de Philippe Rouyer est un passage obligé pour approfondir le travail du réalisateur coréen Park Chan‑Wook, ses influences et inspirations pour ce film (notamment une chanson d'enfance du cinéaste et la série des romans policiers suédois Martin Beck, traduits assez récemment en Corée). Peu à peu, après une brève présentation du réalisateur (« la nouvelle vague du cinéma coréen »), le critique cinéma resserre son propos jusqu'aux détails de mise en scène pour une analyse fine et passionnante.

 

Le making of est essentiellement une série d'entretiens de l'équipe face caméra (petite erreur de nomemclature, donc). La légendaire réserve des intervenants coréens se vérifie encore ici. 

Note bonus : 4/6
Image

Beau, graphique, parfois paraitement symétrique, le film est porté par une mise en scène et un art du montage qui offrent aux spectateurs une multitude d'instants réjouissants et/surprenants. Split‑screen naturel grâce à des reflets dans de simples vitres (poste de police), raccords et jeu sur les temporalités, angles et axes de caméras originaux, décors grandioses, tonalités brunes/bleutées de toute beauté : on ne peut que regretter l'absence de 4K UHD sur ce titre. En l'état, ce master Blu‑Ray est déjà hautement satisfaisant avec une très belle précision et quelques touches de couleur éclatantes qui font sens (les grenades). Superbe.

Top image : aucun
Note image : 6/6
Son

Une VO pas spectaculaire comme on pourrait s'y attendre avec un Dolby Atmos, mais hautement raffinée et diversifiée (grâce au Dolby Atmos justement), portant à merveille les sons d'ambiance et nombreux effets localisés, comme autant d'indices placés par le metteur en scène. La VF s'en sort techniquement bien mais ne peut rivaliser au niveau de l'ambiance, du naturel des voix et de l'immersion au cœur du récit.  

Top son : aucun
Note son : 5/6



150€ 400€
il y a 10 jours
899€ 1099€
il y a 10 jours
PLANNING
01/02/23 Sans filtre
01/02/23 Outrages
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
Maggie Q - Nikita saison 1
https://www.avcesar.com/source/interview/133/photo_1014195601.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/126/photo_0549181508.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/145/photo_1133162811.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/155/photo_1119161630.jpg
maggie-q
lucy-lawless
mads-mikkelsen
tatiana-maslany
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011
Accepter les cookies
Accepter
Refuser