Esther

Orphan
Année : 2009
Réalisateur : Jaume Collet-Serra
Interprètes : Vera Farmiga, Peter Sarsgaard, Isabelle Fuhrman, CCH Pounder, Jimmy Bennett, Aryana Engineer
Éditeur : Warner
BD : BD-50, 123', zone B
Genre : horreur, couleurs
Interdiction : - de 12 ans
Sortie : 05/05/10
Prix ind. : 24,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.85
HD 1 080p (VC-1)
16/9 natif
Bande-son
Français Dolby Digital 5.1
Anglais Dolby TrueHD 5.1
Italien Dolby Digital 5.1
Sous-titres
Français, anglais pour sourds et malentendants, italien, italien pour sourds et malentendants
Amazon
9,99 €
Kate Coleman (Vera Farmiga), une mère de famille fragile, se remet difficilement de la disparition de son enfant morte‑née. Profondément traumatisée par cette épreuve, Kate a sombré au plus bas, mais tente désormais de redonner un équilibre à sa vie de couple, ainsi qu’à ses deux jeunes enfants. Avec son conjoint John (Peter Sarsgaard), elle finit par choisir d’adopter. Dès leur arrivée à l’orphelinat, une étrange fillette prénommée Esther (Isabelle Fuhrman) retient leur attention. La voilà, toute douce et presque trop parfaite, intégrant la famille Coleman. Mais Esther est loin d’être une enfant comme les autres.

Conte horrifique génial, Esther puise ses racines du Mal dans les angoisses nichées au cœur des ténèbres d’une Europe de l’Est rétrograde et dégénérée (elle serait d’abord d’origine russe, puis estonienne). En effet, du haut de ses 9 ans, la fillette échappe à son temps, avec ses robes de petite bourgeoise catholique, ses boucles d'ébène, ses rubans sur les poignets qui dissimulent un passé obscur. L’inquiétante enfant porte ainsi en elle les signaux mortifères d’une Europe sombre et mythologique (l’allusion à la Transylvanie, la bâtisse gothique crachant des cadavres dessinée par la gamine dérangée, la prétendue Bible de couleur noire connotant davantage le satanisme et la sorcellerie qu’un livre religieux) en lutte contre les clichés d’une Amérique dépravée (les parents qui font l’amour sous les yeux de la parfaite Esther, la nonne en apparence irréprochable fumant des cigarettes, le grand frère Danny abasourdi par les riffs métalleux de Guitar Hero, les chérubins du primaire déjà accro à leur téléphone portable).

Enfin, sous ses airs de princesse candide, Esther se tient à mi‑chemin entre les espiègleries juvéniles et la cruelle lucidité inhérente à l’âge adulte. Et rien de plus terrifiant qu’un cadre recouvert de neige pour laisser œuvrer le Mal. La neige, pure, comme les pulsions dévastatrices de l’enfant à l’innocence perdue.
Carole Lépinay - Publié le 18/05/10
Liste des bonus
- Making of (15')
- Scènes inédites (3')
- Fin alternative (1')


Commentaire
Des prétendues scènes inédites et une fin alternative qui, heureusement, n'ont pas été intégrées au montage final du film. Reste le making of, plutôt sympa malgré son côté promo.
Note bonus : 2/6
Image
Après une ouverture aux lumières blafardes entachées de rouge couleur sang, le film revient à des tons plus terreux, opaques, froids comme la mort. On assiste ainsi médusés à une alternance de plans surexposés et sous‑exposés, toujours limpides mais dérangeants. Une photographie assez irréelle, entre intérieurs sombres et lumières glaciales. Effet garanti, même si l'on remarque ici ou là quelques fourmillements en arrière‑plan.
Top image : aucun
Note image : 5/6
Son
Une petite ambiance sonore, économe en musique, en effets et en spatialisation. Le registre de la parcimonie a été privilégié. Ici, pas de cris ni de musiques criardes. Encore moins de vagues dévastatrices et effrayantes. Cela dit, la VO propose une atmosphère beaucoup plus riche, notamment en graves, et une aération accrue. VF vraiment en demi‑teinte.
Top son : aucun
Note son : 4/6



PLANNING
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Nic Pizzolatto - True Detective saison 1
https://www.avcesar.com/source/interview/152/photo_0641125609.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/137/photo_0142105021.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/150/photo_0520115613.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/158/photo_0627103424.jpg
nic-pizzolatto
ken-follett
kevin-bacon
kyan-khojandi
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011