Le livre d'Eli

The Book of Eli
Année : 2009
Réalisateurs : Albert Hughes, Allen Hughes
Interprètes : Denzel Washington, Mila Kunis, Gary Oldman, Ray Stevenson, Malcolm McDowell, Jennifer Beals
Éditeur : Metropolitan Film & Vidéo
BD : BD-50, 117', zone B
Genre : drame, couleurs
Interdiction : tous publics (certaines scènes peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes)
Sortie : 26/05/10
Prix ind. : 24,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
HD 1 080p (AVC)
16/9 natif
Bande-son
Français DTS-HD Master Audio 5.1
Anglais DTS-HD Master Audio 5.1
Sous-titres
Français
Amazon
14,99 €
Deux façons d’aborder le dernier long métrage des frères Hughes, auteurs d’un formidable film méconnu (Dead Presidents en 1995) puis d’un honorable From Hell. Le prendre à la lettre, au risque de finir les yeux écarquillés devant un tel ratage, ou bien armé d’un énième degré salvateur qui ferait passer La passion du Christ de Mel Gibson pour un manifeste pré‑Vatican III.

Le livre d’Eli, peut‑on lire dans le dossier de presse, relève moins de l’industrie hollywoodienne que d’une révélation, d’une mission mystique menée espèces trébuchantes par le producteur Joel Silver et l’acteur Denzel Washington. Les forces occultes et bigotes ont toujours tenté d’influer souterrainement la production hollywoodienne -du code Hays aux protestations organisées par des ligues puritaines contre des films jugés blasphématoires-, mais celui des frères Hughes pousse le vice un cran plus loin.

Dans une Amérique dévastée par une guerre atomique, un homme solitaire tente d’atteindre l’Ouest du pays. À coups de machettes et avec l’aide de Dieu (qui, occasionnellement, se transforme en gilet pare‑balles), notre illuminé protège un mystérieux livre (en fait, la Bible, dont ce serait l’ultime exemplaire) de hordes de sauvages cradingues et dégénérés dirigés par un certain Carnegie (Gary Oldman), tyran en col fourré et fan de Mussolini, désireux de mettre la main sur cet ouvrage censé accroître son pouvoir de manipulation.

Esthétiquement, Le livre d’Eli ressemble à une série Z italienne gonflée aux hormones de blockbuster, sorte de version pontifiante de Mad Max ou des Guerriers du Bronx passée au filtre sépia façon Belle des Champs post‑apocalyptique. Car notre homme, à l’image du film, a entendu une voix, peut‑être un hululement divin échappé d’une ancienne pub pour le Chaussée aux Moines. Depuis, la foi guide chacun de ses pas et ce gros livre, qu’il relit chaque soir depuis trente hivers, assurera, c’est écrit, la rédemption d’une humanité perdue.

Pourtant, cette foi justifie tous les moyens. L’avènement de Dieu souffrira bien quelques massacres, et les manquements aux commandements, comme les contradictions de fond, se succèdent : tu ne tueras point, sauf si tu en as envie ; tu ne convoiteras pas la maison de ton prochain sauf si elle ressemble à la chaumière du Magicien d’Oz ; tu ne le déroberas point à moins que ses pompes soient plus seyantes que les tiennes, etc.

La pilule est si grosse, le sérieux du film si papal, que l’on se demande si l’on n'assiste pas à un cas d’hypnose collective ou à un hypothétique syndrome Sara Palin. Seul bon point : la B.O atmosphérique d’Atticus Ross.
Jean-Baptiste Thoret - Publié le 14/06/10
Liste des bonus
- Coulisses du film HD : création, aspect visuel, story‑board… (18')
- Rencontre avec Eli, alias Denzel Washington en SD (20')
- Contes perdus : deux films d'animation revenant sur l'enfance du méchant et sur Eli avant l'apocalypse (10')
- Une nouvelle civilisation en HD : vision des protagonistes du film sur la vie après le chaos (13')
- Focus sur la musique du film en compagnie du compositeur, en HD (5')
- Scènes coupées en HD (2')
- Bandes-annonces et lien Internet


Commentaire
Il faudra bien entendu avoir apprécié le film pour visionner ces bonus, qui ne sont d'ailleurs pas tous d'un intérêt suprême. Bon point pour les coulisses et la musique du film, mauvais point en revanche pour l'interview très promo de Denzel Washington et les dessins animés cheap.
Note bonus : 4/6
Image
Bien sûr, il faut aimer le look clinquant apocalypto-bling-bling du film, mais il faut avouer que sur nos diffuseurs HD, c'est une symphonie de couleurs brunes, de ciels étonnants et de gros plans comme captés au microscope. Dans le genre atmosphère irrespirable, lourde et irréelle, les frères Hughes font mouche. Compression, contrastes… tout est impressionnant. On perçoit même les grains de poussière voler devant l'objectif.
Top image : aucun
Note image : 6/6
Son
Des bandes-son vives et enveloppantes qui sauront tantôt vous surprendre à coups de bruitages secs comme des os que l'on brise, tantôt vous emmener dans un monde fictif et planant rempli de violence, de mysticisme et de magie noire. Un trip à vivre en VO en priorité pour plus d'immersion.
Top son : aucun
Note son : 5/6


PLANNING
DVD 20/06/19 The Kid
BLU 20/06/19 The Kid
DVD 20/06/19 Destroyer
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Lucky McKee - The Woman
https://www.avcesar.com/source/interview/128/photo_0541080530.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/131/photo_0525105410.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/130/photo_0548183008.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/126/photo_0549181508.jpg
lucky-mckee
joel-schumacher
christian-rouaud
lucy-lawless
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011