Le pont de la rivière Kwaï

The Bridge on the River Kwai
Année : 1957
Réalisateur : David Lean
Interprètes : William Holden, Alec Guinness, Sessue Hayakawa, Jack Hawkins, Geoffrey Horne, Ann Sears
Éditeur : SPHE
BD : BD-50, 161', toutes zones
Genre : guerre, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 03/11/11
Prix ind. : 19,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.55
HD 1 080p (AVC)
16/9 natif
Bande-son
Français DTS-HD Master Audio 5.1
Anglais DTS-HD Master Audio 5.1
Allemand DTS-HD Master Audio 5.1
Sous-titres
Français, anglais, allemand, arabe, néerlandais, turc
1943, quelque part dans la jungle birmane. Un régiment anglais est fait prisonnier par l'armée japonaise, en manque de main d’œuvre pour la construction d’un pont qui permettrait de relier Bangkok à Rangoon. Le colonel Nicholson s’oppose aux demandes du colonel Saito, qui exige que les officiers britanniques mettent la main à la pâte. Refusant de se plier à ses ordres, invoquant le respect de la Convention de Genève, Nicholson est emprisonné, tout comme ses officiers, dans des « fours », petites baraques en tôle sous un soleil brûlant. Pendant ce temps, un soldat américain, Shears (William Holden), lui aussi captif, a réussi à s’échapper de cet enfer vert et a regagné la côte…

Chef‑d’œuvre impérissable aux sept Oscars (dont celui du Meilleur film), film d’aventures captivant de bout en bout, Le pont de la rivière Kwaï est surtout la plus grande charge jamais faite à l’encontre de la guerre et de l’armée. Les deux colonels britannique et japonais, brillamment interprétés par Alec Guinness (Obi-Wan Kenobi !) et Sessue Hayakawa, vont camper sur leur position pour une question d’honneur, jusqu’à ce que l’un ravale sa fierté et cède, versant des larmes de honte.

Le film de David Lean (Lawrence d'Arabie, Le docteur Jivago) se garde bien de verser dans le manichéisme ou la dénonciation d’un camp, montrant l’absurdité universelle de la guerre. Qu’il s’agisse du pont, que l’on construit par vanité et qui finira détruit, des blessés que l’on soigne pour mieux les envoyer au charbon, ou des évadés que l’on accueille uniquement pour les expédier de force en mission commando, tout n’est que folie, comme le répète inlassablement l'un des personnages sages du film, le médecin : « madness, madness, madness »… Et la nature, qui reprend ses droits, contemple de haut le massacre et le sang versé pour rien.
Laurence Mijoin - Publié le 04/02/11
Liste des bonus
- La traversée du pont (mode de lecture avec incrustation d'images et de graphiques) (161')
- La réalisation du Pont de la rivière Kwaï (53')
- Court métrage d'USC présenté par William Holden (16')
- Une appréciation du réalisateur John Milius (8')
- William Holden et Alec Guinness au Steve Allen Show (7')
- Galerie de photos (7')
- Gloire et chute d'un géant dans la jungle (6')
- Archives audio exclusives : William Holden raconte l'avant‑première du Pont de la rivière Kwaï (2')
- BD Live
- Bandes‑annonces


Commentaire
Malgré un menu d'accueil qui n'est pas du meilleur goût, l'interactivité a été soignée, reprenant les bonus de l'édition DVD Collector et ajoutant de nouveaux suppléments. On retrouve donc l'excellent making of intitulé « La réalisation du Pont de la rivière Kwaï », où différents intervenants reviennent avec force anecdotes sur la genèse du film, le travail d'adaptation du roman de Pierre Boulle et le tournage épique de ce monument du 7e art. On y apprend que le réalisateur, David Lean, malmenait ses acteurs pour obtenir d'eux le meilleur. On comprend également toutes les difficultés du tournage de la séquence finale, une prouesse technique pour l'époque qui nécessita huit mois pour la construction du pont.

Cette édition HD propose d'intéressants courts bonus, comme l'intervention de John Milius, qui vante les qualités du chef‑d’œuvre de Lean, l'un de ses films de chevet. La galerie de photos permet de découvrir une sélection de magnifiques affiches de différents pays. Enfin, pour approfondir la découverte historique et artistique du film, le mode de lecture « La traversée du pont » fournit tout un tas d'informations simultanément au visionnage.
Note bonus : 5/6
Image
Avec cette restauration en 4K, l'éditeur a effectué un très bon travail, respectant le format 2.55 et proposant une copie HD d'une grande finesse, aux teintes soutenues mais toujours naturelles, faisant honneur à la photographie de Jack Hildyard et aux contrastes profonds, le tout bénéficiant de surcroît d'une belle stabilité. Cette image a conservé suffisamment de grain pour ne pas dénaturer le rendu argentique d'origine. On peut d'ailleurs déceler au début de chaque séquence, pendant une fraction de seconde, la qualité de l'image non restaurée, ce qui permet de se rendre compte de l'apport considérable de ce Blu‑Ray indispensable.
Top image : aucun
Note image : 5/6
Son
Les pistes VO et VF DTS‑HD Master Audio 5.1, assez équivalentes (même si on note une présence un peu plus appuyée et des dialogues un peu plus sourds en français), jouent la carte de la retenue en termes de spatialisation, les canaux arrière n'étant que très peu utilisés, et pour des effets discrets. On profite ici de versions respectant le mixage d'origine, au rendu naturel et évitant les effets tapageurs. Un peu plus de répartition n'aurait toutefois pas été superflu, surtout pour la partie aventure, lorsque le commando pénètre dans la jungle.
Top son : aucun
Note son : 4/6


PLANNING
DVD 18/06/19 Les estivants
DVD 18/06/19 Good
DVD 18/06/19 Désirée
BLU 18/06/19 Désirée
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Matt Dillon - Wayward Pines
https://www.avcesar.com/source/interview/160/photo_1145102402.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/151/photo_0557184527.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/171/photo_0331123722.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/128/photo_0541080530.jpg
matt-dillon
lars-lundstrom
rotem-shamir
lucky-mckee
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011