Au nom de ma fille

Année : 2016
Réalisateur : Vincent Garenq
Interprètes : Daniel Auteuil, Marie-Josée Croze, Sebastian Koch, Christelle Cornil, Emma Besson, Serge Feuillard
Éditeur : Studiocanal
DVD : DVD-9, 83', zone 2
Genre : drame, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 26/07/16
Prix ind. : 19,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.40
SD 576i (Mpeg2)
16/9
Bande-son
Français Dolby Digital 5.1
Français Dolby Digital 2.0
Français Audiodescription
Sous-titres
Français pour sourds et malentendants
Amazon
16,99 €
Juillet 1982. Alors qu’elle passe l’été en Allemagne auprès de sa mère et son beau‑père, Kalinka Bamberski (Emma Besson), 14 ans, trouve la mort dans des circonstances troublantes. Les résultats de l’autopsie, bien que peu fiables, alimentent les soupçons de son père André (Daniel Auteuil) envers le docteur Krombach (Sebastian Koch), le beau‑père. Meurtri, Bamberski entreprend une éprouvante bataille judiciaire.

Après Présumé coupable et L’enquête, Vincent Garenq s’empare de la célèbre affaire Dieter Kombrach et met ainsi à l’épreuve les limites des pouvoirs judiciaires face à l’investigation personnelle d’un père inconsolable. La séquence inaugurale dans laquelle Bamberski (Daniel Auteuil, formidable) attend, résigné, que les flics le cueillent à cause de son inclination pour l’auto‑défense, en dit déjà bien long sur sa détermination. Son combat mû en obsession aura duré vingt‑sept ans.

Selon une chronologie minutieuse, Garenq décompose chaque élément du dossier, mais c’est surtout le courage et la persévérance d’un père qu’ii veut honorer, en toute sobriété.
Carole Lépinay - Publié le 20/09/16
Liste des bonus
- Making of (17')


Commentaire
Vincent Garenq revient sur ses souvenirs de tournage, il nous confie sa façon d'appréhender un sujet aussi sensible et les secrets de sa direction d'acteur.
Note bonus : 3/6
Image
Une image pour le moins austère, plombante. Ses tonalités hivernales et ses contrastes marqués n'incitent pas à la douceur. Aucun souci de définition par ailleurs. Juste un parti pris esthétique et une légère reconstitution historique qui font profil bas devant la charge émotionnelle du sujet.
Top image : aucun
Note image : 4/6
Son
Un authoring loin d'être pratique pour changer de bande‑son en cours de route (il faut revenir au menu, passer toutes les présentations et l'avertissement pour malvoyants). À part cela, le 5.1 très naturel et ouvert apporte un peu d'ampleur au film avec des enceintes surround qui s'activent volontiers. La stéréo est moins précise au niveau des dialogues mais se comporte elle aussi très bien.
Top son : aucun
Note son : 4/6



PLANNING
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Lucas Belvaux - 38 témoins
https://www.avcesar.com/source/interview/132/photo_0731173018.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/155/photo_1119161630.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/131/photo_0525105410.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/147/photo_0157140523.jpg
lucas-belvaux
tatiana-maslany
joel-schumacher
bryan-cranston
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011