Kingdom saisons 1 et 2

Années : 2019-2020
Réalisateurs : Kim Seong-hun, Park In-je
Interprètes : Ji-hoon Ju, Ryu Seung-Ryong, Doona Bae, Snag-ho Kim, Kim Hye-Jun
Éditeur : Netflix
VOD : 12 x 50'
Genre : action, horreur, couleurs
Interdiction : - de 16 ans
Sortie : 25/01/19
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.85
HD 1 080p (saison 1)/UHD 2 160p
SDR (saison 1)/HDR Dolby Vision
SDR (saison 1)/HDR10
16/9
Bande-son
Français Dolby Digital Plus 5.1 (saison 1)/Français Dolby Digital Plus 5.1
Anglais Dolby Digital Plus 5.1 (saison 1)/Anglais Dolby Atmos
Anglais Dolby Digital Plus 7.1
Coréen Dolby Digital 5.1 (saison 1)/Coréen Dolby Atmos
Coréen Dolby Digital Plus 7.1
Allemand Dolby Digital Plus 5.1(saison 1)/Allemand Dolby Digital Plus 5.1
Espagnol Dolby Digital Plus 5.1 (saison 1)/Espagnol Dolby Digital Plus 5.1
Voir plus
Sous-titres
Français, allemand, anglais, arabe

Corée, XVIe siècle. Le vieux roi est malade. Son gendre et principal conseiller Jo Hak a les coudées franches. Jo Hak cache les étranges accès de violence du souverain qui met en pièces ceux qui l’approchent et mise tout sur le fait que sa fille, la nouvelle reine, enceinte, donnera bientôt un nouvel héritier au souverain. Mais le prince Chang, héritier légitime né d’une précédente union, craint une conspiration. On lui interdit de voir son père, le médecin royal a disparu et de soudains troubles dans les provinces du sud pourraient être instrumentalisés par Jo Hak. Accompagné par son garde du corps, Chang part à la recherche du médecin royal, réfugié dans un dispensaire éloigné, pour connaître enfin la vérité sur l’état réel de son père.

 

Kingdom, série originale sud‑coréenne Netflix, mixe le récit historique en costumes, les films d’épée asiatiques avec le thème plus moderne de l'épidémie zombie. La recette pourrait n’être qu’une variante exotique de ce qu’on a déjà vu dans Game of Thrones, il n’en est rien. Kingdom ajoute à sa chronique des touches visuelles et narratives très fortes.

 

Les fameuses créatures de Kingdom ne doivent en effet rien aux cannibales lents et pourrissants imaginés jadis par George Romero et aujourd’hui encore exploités par The Walking Dead. Les fauves véloces de la série penchent plutôt du côté de 28 jours plus tard de Danny Boyle ou de l’excellent drame d’horreur sud‑coréen Dernier train pour Busan. L’ambiance et les attaques des zombies sont d’ailleurs traitées avec une approche baroque, originale et perturbante qui évoque moins les boucheries gores classiques que la voracité presque sensuelle des succubes et incubes de la mythologie catholique.


La trame shakespearienne du récit, les rebondissements multiples et l’extrême soin apporté aux costumes et aux lumières enrichissent l’écrin de Kingdom. Car Kingdom, comme tout bon récit de zombie, déploie un propos transversal fort : la corruption absolue à la tête de l’État qui « infecte » la société jusque dans ses couches sociales les plus modestes. Impeccable dans tous les compartiments du jeu, la saison 1 s’achève sur un cliffhanger aussi remarquable que palpitant.


Dans la saison 2, proposée depuis quelques jours par Netflix, on peut regretter que la série devienne un peu moins singulière. La violence y est traitée de manière plus frontale et gore, l’épidémie presque trop bien expliquée. Et d’un point de vue structurel, on remarque que les péripéties reposent désormais moins sur de savantes avancées narratives que sur un jeu temporel un peu artificiel : la révélation via flashbacks de manœuvres antérieures.

 

En dépit du regrettable abandon de certains de ses atouts les plus originaux, cette saison 2 de Kingdom demeure hautement recommandable. Elle est en effet particulièrement riche en cauchemardesques scènes d’action mises en image avec une efficacité et une force visuelle redoutables. On sera par contre assez contrarié que Kingdom saison 2, qui parvenait à boucler élégamment son propos, ait opté pour une relance certes percutante mais surtout très conventionnelle dans l’objectif évident d’une saison 3 à venir.

Paco Altura - Publié le 27/03/20
Liste des bonus
- Résumé de la saison précédente
- Bande annonce


Commentaire

Rien ou pas grand‑chose.

Note bonus : 0/6
Image

Une image exceptionnelle surtout (dans la saison 2 où le HDR fait son apparition) qui non seulement souligne la beauté des principaux acteurs, celles des costumes mais aussi celle des décors naturels ou artificiels somptueux comme le palais royal. On remarque aussi un savoir‑faire remarquable dans le traitement équilibré des lumières : que l'on soit en plein jour ou durant la nuit, à la lueur de torches ou de lanternes, l'équilibre entre les noirs profonds et le traitement subtil des lumières est juste parfait. On s'en convaincra particulièrement lors de la grande séquence d'action finale, une bataille nocturne sur un lac gelé éclairé par un bâtiment en flammes, d'une terrifiante beauté.

Top image : aucun
Note image : 5/6
Son

Pas vraiment de grands temps forts musicaux mais une VOST qui s'avère bien équilibrée, offrant des sons qui claquent et une très bonne spatialisation propice à toutes les paranoïas et tous les sursauts. La VF propose un casting artistique très différent en termes de tonalité ‑particulièrement pour le prince Chang‑ pariant davantage sur l'humour (le garde du corps de Chang). Malgré ces particularité, elle a elle aussi clairement fait l'objet d'un grand soin dans sa confection.

Top son : aucun
Note son : 4/6



Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

PLANNING
01/11/20 Journal intime
BONNES AFFAIRES
Voir l'offre
INTERVIEWS
Eva Green - Camelot, la légende du roi Arthur saison 1
https://www.avcesar.com/source/interview/127/photo_0547183008.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/153/photo_1156104630.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/148/photo_0250141520.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/144/photo_0912120302.jpg
eva-green
tara-reid
tatiana-maslany
melissa-george
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011