Parlement saison 1

Année : 2020
Réalisateurs : Émilie Noblet, Jérémie Sein
Interprètes : Xavier Lacaille, Liz Kingsman, Philippe Duquesne, Lucas Englander, William Nadylam, Christiane Paul
Éditeur : France.tv
VOD : 10 x 26'
Genre : comédie satirique, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 09/04/20
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français/anglais Dolby Digital 2.0
Sous-titres
Français

Samy (Xavier Lacaille), un jeune assistant parlementaire sans expérience, arrive à Bruxelles. Il découvre vite que l’eurodéputé centriste qu’il assiste, Michel Specklin (excellent Philippe Duquesne, Roubaix une lumière, Scènes de ménages), est un homme aimable mais feignant comme une couleuvre et totalement incompétent. Presque par accident, Samy se retrouve contraint à rédiger et faire adopter un amendement sur la pêche des requins. Une tâche d’une complexité technique quasi insurmontable même si Samy peut compter sur l'appui de nouveaux amis, notamment Rose (Liz Kingsman), assistante d’une parlementaire britannique pro‑Brexit. Tout le monde semble d’ailleurs se moquer du fameux texte qui va pourtant placer Samy au centre de grandes manœuvres politiques d’une conseillère allemande glaciale et manipulatrice.

 

À l’annonce d’une série d’humour sur le Parlement européen, visible gratuitement uniquement sur la plateforme numérique publique France.tv jusqu'à fin 2022, on pouvait craindre le pire tant titiller la fibre anti‑européenne des téléspectateurs semblait aisé, jouant les grandes orgues sur l'air de l’hydre bureaucratique engloutissant sans rime ni raison les fonds européens. Or il n’en est rien.


Imaginée par un jeune scénariste très talentueux né à Strasbourg, Noé Debré (Dheepan, Problemos, Le Brio, Le monde est à toi), Parlement offre un nouveau regard très frais et franchement poilant sur les séries politiques (on pense bien sûr à la série de HBO Veep avec Julia Louis‑Dreyfus). C’est piquant, satirique et tout le monde ‑principalement les eurodéputés‑ en prend effectivement pour son grade. Mais la série est suffisamment bien écrite pour offrir non seulement une bonne rasade d’absurde et de loufoquerie ‑The Office ou même les Monty Pyton ne sont pas loin‑ mais aussi une assez subtile approche pédagogique des institutions européennes. Derrière le nez rouge, il y a du fond !


Un scénario attrayant et des dialogues hilarants ne font pas tout : ça tombe bien, Parlement, filmée à Bruxelles et Strasbourg avec une belle énergie par Jérémie Sein et Émilie Noblet, profite aussi d’un admirable casting international. Les comédiens habitent avec un talent inouï les personnages les plus improbables. Qu’il s’agisse d’un Candide qui apprend vite (Xavier Lacaille), d'assistants parlementaires accablés (Liz Kingsman) ou barrés (Lucas Englander) ou bien encore d’un administrateur philosophe et surdoué (William Nadylam), tous sont géniaux. Parlement est rien moins qu’une formidable pépite à découvrir d’urgence : vos zygomatiques ‑et sans doute aussi votre fibre européenne‑ vous remercieront !

Paco Altura - Publié le 14/05/20
Liste des bonus
- Making of (9')
- Courte présentation de 6 personnages (12')
- Ça parle de quoi Parlement ? (3')
- Bande-annonce


Commentaire

Sur le site de France.tv (cliquer ici pour l'accès direct), outre une présentation en 2 minutes de chacun des protagonistes, on peut aussi retrouver un court making of. Malgré sa brièveté, ce bonus propose, grâce notamment au scénariste Noé Debré, un efficace panorama des intentions de la série, de ses inspirations (la série The Office et le long métrage In the Loop) ainsi que de la manière dont elle a été filmée in situ à Bruxelles et Strasbourg.

Note bonus : 2/6
Image

Les images caméra à l'épaule servent avec dynamisme et efficacité l'évolution des personnages dans le dédale des couloirs et des annexes administratives (plus glauques, impossible…). Mais elles savent aussi se poser pour restituer au mieux la majesté des imposants lieux de délibération européens. La colorimétrie soignée et dense, tirant volontiers sur les nuances bleues, restitue avec fidélité aussi bien les éclairages artificiels que les plus rares passages aux lumières naturelles. 

Top image : aucun
Note image : 4/6
Son

Bruxelles et Strasbourg étant des lieux d'échanges internationaux, la piste audio stéréo mêle sans faillir français et anglais (avec sous‑titres). Et restitue avec limpidité les dialogues tout en offrant à l'occasion un semblant d'ambiance (scènes dans l'enceinte du Parlement) appréciable. Du travail propre et sans bavure accompagné par une bande‑son conceptuelle principalement basée sur les percussions et les rythmes (on pense parfois au groupe LCD Soundsystem), le tout relevé par de belles basses.

Top son : aucun
Note son : 4/6



Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

PLANNING
01/06/20 Cats
02/06/20 Gloria Mundi
03/06/20 Toni
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
François-Charles Bideaux - directeur de la production des chaînes sport, groupe Canal+
https://www.avcesar.com/source/interview/159/photo_0855101528.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/149/photo_0450174503.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/136/photo_0107121104.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/171/photo_0331123722.jpg
francois-charles-bideaux
sophie-turner
fabrice-gobert
rotem-shamir
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011