The Guilty

Année : 2021
Réalisateur : Antoine Fuqua
Interprètes : Jake Gyllenhaal, Peter Sarsgaard, Ethan Hawke, Riley Keough, Paul Dano
Éditeur : Netflix
VOD : 89'
Genre : suspense, couleurs
Interdiction : - de 12 ans
Sortie : 01/10/21
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
HD 2 160p (HEVC)
HDR Dolby Vision
HDR10
16/9
Bande-son
Français Dolby Digital Plus 5.1
Anglais Dolby Atmos
Anglais Dolby Digital Plus 5.1
Portugais Dolby Digital Plus 5.1
Allemand Dolby Digital Plus 5.1
Espagnol Dolby Digital Plus 5.1
Sous-titres
Français, anglais, allemand, espagnol, arabe

Joe (Jake Gyllenhaal), flic à Los Angeles, attend son procès en bossant à la cellule d’urgence « 911 ». Les appels s’enchaînent jusqu’à ce qu’une jeune femme en danger de mort sollicite son aide.


Au départ, The Guilty est un thriller danois étouffant de Gustav Möller, qui a fait sensation en 2018. Ce remake américain est orchestré par Antoine Fuqua et adapté par Nic Pizzolatto. Quoique « adaptation » est un grand mot tant le créateur de True Detective a davantage opéré un franc et massif « copier‑coller ». Difficile en effet de faire la différence entre les deux versions proposées. Mais ceci n’est absolument pas grave pour ceux qui n’auraient pas vu l’original et qui vont découvrir un petit bijou de thriller, véritable montée en puissance vers une tragédie noire et implacable qui, sans jamais sortir ou presque d'un centre d’appels d’urgence, tient en haleine sans jamais ennuyer.

 

Pour les autres, il va falloir trouver ailleurs une raison de regarder ce remake. Et contre toute attente, elles sont réelles. La première est la performance de Jake Gyllenhaal, absolument bouleversant dans la peau de ce flic en colère et révolté qui va petit à petit laisser sa part d’humanité le submerger et briser sa carapace. Face à lui, les acteurs, dont on entend que les voix (Peter Sarsgaard, Ethan Hawke, ou encore Paul Dano et l’incroyable performance de Riley Keough), réussissent la performance de faire exister leur personnage sans apparaître une seule fois à l’écran. Ils sont tous remarquables.

 

Autre raison de se réjouir, la réalisation de Fuqua. Elle parvient à donner du rythme et du sens à la narration grâce à une mise en scène précise où chaque plan fait sens. Même si en l’état, ce remake est moins dépouillé que l’original et sollicite un petit peu moins l’imaginaire (les quelques plans extérieurs sont parfaitement inutiles), il reste suffisamment sobre et les acteurs géniaux pour susciter de belles émotions.

Cédric Melon - Publié le 04/10/21
Liste des bonus
- Aucun


Commentaire

Hélas…

Note bonus : 0/6
Image

L’image n’est pas en reste avec une progression visuelle signifiant peu à peu l’isolement (plus on avance dans le film, plus on se rapproche du personnage). Une économie de décors, donc de couleurs, où les noirs règnent en maître. La belle profondeur de ces derniers permet des plans de pénombre de toute beauté. Le tout sublimé par une patine et une élégance naturelles. Le HDR Dolby Vision apporte énormément de relief et de volume à cette unité de lieu en quasi‑huis clos.

 

Top image : aucun
Note image : 5/6
Son

Avec un tel film‑concept, le travail sur le son ne pouvait pas être en reste. Et il est tout bonnement incroyable. Il est l’œuvre de David Espaça et Mandell Winter, en charge du son pendant le tournage et le mixage. Ils ont travaillé en étroite collaboration avec le réalisateur pour littéralement faire entrer le sound design dans la narration et la mise en scène.

 

Les voix d’abord s’inscrivent parfaitement dans le contexte. Elles sont à la fois parfaitement audibles et donnent pourtant l’impression de distance. Puis il y a toutes les ambiances sonores que les deux ingénieurs mettent en valeur de manière spécifique et détaillée, toujours au bon moment. Chaque son est ainsi utilisé comme élément dramatique à part entière en plus de l’image. Le bruit spécifique des doigts sur les touches sur le clavier, les différentes sonneries, les sirènes de police, l’écho dans les toilettes, etc. Autant de traitements spécifiques qui façonnent in fine un mixage sonore de haute volée, magnifié par un Dolby Atmos ultra‑précis qui donne une épaisseur folle à l'ensemble.

Top son : aucun
Note son : 5/6



PLANNING
19/10/21 Petite maman
19/10/21 Orfeu Negro
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
Florent Siri - Otage
https://www.avcesar.com/source/interview/140/photo_0412164405.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/148/photo_0250141520.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/162/photo_0347144329.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/173/photo_1036183401.jpg
florent-siri
tatiana-maslany
leila-bekhti
michael-c-hall
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011
Accepter les cookies
Accepter
Refuser