Orelsan : Montre jamais ça à personne, saison 2

Année : 2022
Réalisateurs : Clément Cotentin, Christophe Offenstein
Avec : Orelsan, Skread, Ablaye
Éditeur : Amazon Prime Video
VOD : 4 x 45'
Genre : documentaire, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 13/10/22
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
Formats d'image divers
HD 1 080p (AVC)
SDR
16/9
4/3
Bande-son
Français Dolby Digital Plus 5.1
Audiodescription
Sous-titres
Français
Fnac
15,99 €
Rakuten
9,90 €

Teasée dans les derniers moments d’une première saison étonnante mais formidablement menée, la suite de la série documentaire Montre jamais ça à personne voit Clément Cotentin continuer de filmer au jour le jour le rappeur Orelsan, ou peut‑être plus simplement son frère, Aurélien. Un portrait profondément intimiste qui avait su faire mouche grâce à sa sincérité et son ton sans filtres.

 

Après avoir retracé toute la carrière du rappeur, depuis les chambres aux rideaux tirés jusqu’aux stades affichant complets, en puisant dans des heures d’archives pléthoriques, l’exercice pour cette seconde époque était un peu différent pour Cotentin : documenter dans le détail l’écriture du nouvel album de son frère, depuis la page blanche jusqu’à sa sortie, en suivant toutes les étapes et les obstacles. Et passer finalement de la frise chronologique à un document beaucoup plus fouillé sur ce que c’est de composer et d’enregistrer un album qui se vend à des millions d’exemplaires aujourd’hui, en étant au plus près de son créateur.

 

Au plus près de la création

Et difficile d'être plus près d’Orelsan quand le documentaire commence, prenant son point de départ en mars 2020 : le confinement est annoncé, le rappeur décide de rentrer à Caen, juste à côté de chez son frère, où il a récemment fait construire un petit home studio tout en bois au fond d’un jardin. Malgré l’atmosphère anxiogène de la période, le moral est bon : quelques semaines d’isolation en famille pour se concentrer sur l’écriture d’un nouvel album, trois ans après la sortie de La fête est finie, opus de la consécration.

 

Et si les acolytes de toujours, Skread et Ablaye, ne sont pas là (confinement oblige), la perspective d'entamer le travail seul est vue par le rappeur comme une occasion de se lancer sans pression. Commence alors une année de travail douloureuse, pleine de doutes et de circonvolutions, qui aboutira finalement sur la sortie de Civilisation, en novembre 2021. Une genèse qui se sera faite dans la douleur et que la série nous décrit sans fard, mais sans appuyer non plus sur le mélodrame façon « problèmes de stars ».

 

Au contraire, Clément Cotentin (malgré ses voix off toujours aussi gamines, ayant l’air de présenter les dessins animés sur Gulli) réussit à capturer avec justesse toutes les douleurs du processus ingrat de la création musicale : les heures à essayer des tas de choses sans réussir à s’accrocher à une idée, les sautes d’humeur extrêmes qui font passer d’une euphorie goguenarde (« incroyable ma dernière idée ») à la déprime sans fond (« c’est le pire truc que j’ai jamais fait »). Orelsan le dit souvent à la caméra de son frère, présent dans tous les abysses : faire de la musique est un exercice compliqué, pénible, où il n’y a rien d’autre à faire qu’avancer, pousser, travailler, creuser, en espérant que ça donne quelque chose.

 

L'angoisse existentielle

Et les problèmes sont légion pour la création de cet album : ce confinement déjà, prolongé pendant deux mois et demi et qui se transforme rapidement en prison mentale pour le rappeur, complètement paumé à l’issue du premier épisode alors qu’arrivent à la rescousse le producteur Skread et l’ami de toujours Ablaye. Mais la fin des autorisations de sortie ne simplifie pas le reste de l’histoire : sessions d’enregistrement infructueuses dans des villas en Normandie, Skread accaparé par un projet solo qui s’embourbe et transporte la bande jusqu’au Mexique, problèmes informatiques qui privent Orelsan de centaines de pages de notes…

 

Et puis plus généralement, une angoisse existentielle pour le rappeur : celle de ne plus rien avoir à dire, cherchant des idées neuves sans en trouver ou revenant vers des thèmes plus fétiches, mais sans arriver à trouver des mots justes. Pire, la peur d’être un vieux type à la ramasse, affichant son âge sur sa tête (séquence lunaire où une photo peu flatteuse prise sur le tournage d’un clip vaut à Orelsan d’être vu quasiment comme un grabataire sur les réseaux sociaux pendant quelques semaines).

 

Une sincérité stupéfiante

À ce titre, Montre jamais ça à personne est d’une sincérité stupéfiante, nous faisant entendre les pires idées du rappeur (l’atroce Ah la France qui fait éclater de rire nerveusement ses comparses lors de la première écoute, et que le rappeur a mis avec humour dans la récente réédition de son album), mais aussi ses difficultés d’écriture, qui les pousseront même à annuler un morceau en featuring avec Angèle, pensé comme tube de l’album mais où Orelsan aura toutes les peines du monde à écrire ses couplets.

 

Plus généralement, il est passionnant de voir la façon dont des albums aussi populaires se font, se transforment, partent d’idées en vrac jusqu’à ne garder que certains éléments complètement transfigurés dans le produit fini, des premières démos à l’arrache jusqu’aux versions finales, sans pour autant donner l’impression que le résultat soit le résultat de budgets pharaoniques ou d’armées de producteurs. À la fin de la journée, il ne s’agit que de quatre ou cinq personnes, collaborateurs fidèles ou nouveaux partenaires, devant des ordinateurs, des claviers et des micros, qui se démènent pour écrire quelques morceaux.

 

Si les fans du rappeur seront évidemment les premiers intéressés par un tel carnet de création, incroyablement détaillé, la franchise du propos et la simplicité de la narration réussiront à captiver même ceux qui goûtent moins au rap‑pop d’Orelsan : pour sa précieuse sincérité, mais aussi pour le plaisir qu’il y a à traîner pendant quatre heures avec une bande de potes, drôles et toujours aussi simples malgré le succès.

Émilien Villeroy - Publié le 08/11/22
Liste des bonus
- Aucun


Commentaire

Pas de bonus, mais le documentaire est bien assez fourni pour cela.

Note bonus : 0/6
Image

La qualité a forcément connu une petite montée en gamme depuis les caméras DV de la première saison ! Malgré sa petite équipe (remerciée d'ailleurs en fin de documentaire), le documentaire affiche de bout en bout une image plutôt soignée, sans pour autant sortir de ce qui fait le sel de la série : des images prises sur le vif, comme si vous y étiez.

Top image : aucun
Note image : 4/6
Son

Que ce soit des interviews en face à face ou des dialogues à cœur ouvert au détour d'une séance d'enregistrement, la parole des intervenants reste claire d'un bout à l'autre du documentaire. Les musiques, quand elles ne sont pas captées en prise directe depuis les haut‑parleurs d'un ordinateur à 3 heures du matin, rythment de manière pêchue la narration.

Top son : aucun
Note son : 4/6



2299€ 3999€
il y a 3 jours
1099€ 2499€
il y a 3 jours
200€ 500€
il y a 3 jours
PLANNING
07/12/22 Music Hole
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
Stefano Sollima - Gomorra saison 1
https://www.avcesar.com/source/interview/157/photo_0253124723.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/158/photo_0627103424.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/143/photo_0727170802.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/148/photo_0250141520.jpg
stefano-sollima
kyan-khojandi
eric-rochant
tatiana-maslany
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011
Accepter les cookies
Accepter
Refuser