4
TV - Écran plat

Sharp LC-46LE830E

Mustav
Prix indicatif : 1 499 € TTC
Note AVCesar.com


Type : LCD à LED
Diagonale de l'image : 117 cm
Standard : HDTV 1 080p et 3D Ready
Résolution native : 1 920 x 1 080 pixels
100 Hz : oui (200 Hz)
Contraste : 8 000 000:1
TNT : simple tuner (SD et HD)
HDMI : 4 (v 1.4, dont 4 latérales)
Dim. (L x H x P) : 1 072 x 711 x 293 mm
Poids : 23 kg
L’essentiel
Le téléviseur HDTV 1 080p 3D Ready Sharp LC‑46LE830E est une nouveauté qui date du premier semestre 2011. il s'agit d'un écran basé sur la technologie 3D active associée à des lunettes à obturation électronique. À savoir, aucune paire n’est incluse dans le carton. Comptez 99 € pour une paire Sharp AN3DG20B rechargeable par USB En revanche, l’émetteur infrarouge (IR) est bien intégré au châssis.

Comme tous les téléviseurs compatibles 3D Ready du constructeur, le Sharp LC‑46LE830 dispose d'une dalle LCD Quattron de résolution 1 920 x 1 080 pixels, ou chacun des points de l’image est composé de quatre sous‑pixels : un rouge, un vert, un bleu et, exclusivité Sharp, un jaune. La marque japonaise, même si elle est par ailleurs un gros pourvoyeur de dalles LCD pour des constructeurs tiers, conserve en effet cette innovation pour ses propres références. Sharp met en avant un meilleur rendu des teintes jaunes, cyans (bleu/vert), cuivres et ors mais aussi une efficacité lumineuse renforcée, donc une consommation moindre. Pour combattre efficacement rémanence en 2D et effet fantôme en 3D, en sus d’un nouveau cristal liquide ‑le LC de LCD‑ plus rapide, Sharp utilise aussi un rafraichissement d’image combiné 200 Hz : 100 Hz pour l’affichage réel de la dalle, auquel s’ajoute un balayage progressif du rétroéclairage LED Edge.

Par le passé, Sharp n’a jamais été un maître du design des téléviseurs. En tous cas, pas pour ses modèles importés en France. Le Sharp LC‑46LE830E fait pourtant exception, arborant la nouvelle esthétique de la marque initiée l'an passé. Mais le choix d'un téléviseur est surtout lié à ses fonctions et la qualité de son image. Ça tombe bien, ce modèle a bien des arguments à avancer. Ses quatre connecteurs HDMI répondent aux exigences de rigueur : CEC (Aquos Link), Deep Color, mais aussi ARC pour récupérer le son des chaînes de télévision sur un système Home Cinéma récent (c'est‑à‑dire lui‑même doté de la fonction ARC). Sinon, le son TNT, câble ou satellite, stéréo ou Dolby Digital 5.1 peut être récupéré via la sortie audio numérique optique. En revanche, la fonction réseau sur HDMI n’est pas supportée. Sur aucun autre téléviseur du marché non plus, d’ailleurs. Toutefois, on peut compter sur un vrai connecteur réseau Ethernet, voire passer par la compatibilité Wi‑Fi pour relier le téléviseur à Internet. Un adaptateur USB pour le téléviseur est inclus à cet effet. Comme sur la plupart de ses condisciples, l’intérêt de cette connexion filaire ou Wi‑Fi est triple : pour les mises à jour, pour profiter du portail de services Internet, et enfin, pour lire du contenu réseau. Sharp, un temps en retard sur les questions de services Internet, s’est associé à Philips et Loewe autour de la proposition « ouverte » NetTV qui a l’avantage d’intégrer un navigateur Internet Opera. Les capacités de la fonction passerelle multimédia UPnP (DLNA) s’étendent aux photos, musiques (LPCM, MP3), et vidéos SD et HD (DivX, WMV, Mov, Mpeg) mais aussi 3D côte à côte. Les MKV sont lisibles uniquement à partir d’un des deux ports USB compatibles Fat32 et NTFS. Notez toutefois que l'ergonomie de cette fonctionnalité n’est pas très intuitive. Elle utilise en fait les touches de couleurs (vert pour stop) et les flèches de la télécommande pour naviguer dans ses fichiers, et non les touches Stop, Lecture, pourtant présentes mais réservées au Time Shifting. Ce dernier est lié au raccordement d'une clé USB d’au moins 1 Go dans le port idoine. Il devient alors possible de mettre en pause le direct. Toutefois, sachez que la clé est formatée, et ne peut donc pas servir pour stocker des fichiers à faire lire par le téléviseur. Par ailleurs, cette clé ne peut pas non plus servir pour la VOD proposée par NetTV. Pour cela, il faut ajouter une mémoire d’au moins 4 Go sur une carte mémoire SD. Enfin, aucune fonction d’enregistrement n’est disponible. On ne peut pas non plus compter, aujourd’hui, sur une application Android ou iOS pour piloter le téléviseur depuis un Smartphone ou une tablette. Il faut se contenter de la zapette habituelle.
Concurrence
Dans le segment des téléviseurs LED 3D Ready, le Sharp LC‑46LE830 ne manque pas de concurrents. D'autant qu’il se trouve sur un créneau de prix plutôt élevé. D'obédience coréenne, son concurrent le plus redoutable, car terriblement sexy et souvent positionné à un prix très agressif, se nomme Samsung UE46D6500. Mais bon nombre de constructeurs ont aussi un compétiteur à lui opposer : Philips 46PFL8606H, Sony KDL‑46NX720, Toshiba 46WL863. Aucun, toutefois, n’intègre de dalle LCD Quattron.
Fiche technique
Type : LCD à LED
Diagonale de l'image : 117 cm
Standard : HDTV 1 080p et 3D Ready
Résolution native : 1 920 x 1 080 pixels
100 Hz : oui (200 Hz)
Contraste : 8 000 000:1
Réception : télétexte, EPG, TNT (simple tuner SD et HD, chaînes payantes via CI+), SAT (simple tuner SD et HD, chaînes payantes via CI+), Câble (simple tuner SD et HD, chaînes payantes via CI+)
Connectique : 4 entrées HDMI (v 1.4, dont 4 latérales), 1 entrée DVI (), 1 entrée YUV (RCA), 1 entrée Data (Sub-D15), 1 entrée péritel (RVB), 1 entrée Stéréo + Composite (arrière), 1 sortie casque (latérale), 1 sortie audio numérique (optique), 1 port CI+, 1 port RS-232, lecteur de cartes mémoire (SD/MMC), 3 ports USB Host (arrière et latéral) , 1 port Ethernet, Wi‑Fi
Compatibilité : NTSC (480i, 480p), Pal (576i, 576p), HD (720p/50, 720p/60, 1 080i/50, 1 080i/60), Full HD (1 080p/24, 1 080p/50, 1 080p/60), Ultra HD (2 160p/24), 3D (côte à côte, dessus/dessous, frame packing), conversion 2D/3D, Data (SXGA+)
Multimédia : MP3, WMA, AAC, DivX (SD et HD), WMV (SD et HD), Mpeg2 (SD et HD), Mpeg4 (SD et HD), Jpeg, UPnP (DLNA), Bluetooth , NFC, iTunes (bonjour), Podcast, Webradios, WebTV (Widgets), accès Web
Usage : télécommande simple, capteur de luminosité, CEC, xvYCC, Super 4/3, 4/3, 14/9, 16/9, Zoom Letterbox, Overscan
Réglage : température de couleur (paramétrable (RVB)), réglage de gamma (préréglage), rétroéclairage (dynamique), renforcement du contraste (dynamique), désentrelacement (vidéo/film) automatique
Réducteur de bruit : D NR, Mpeg NR, Mosquito NR
Optimisation de la netteté dans les mouvements : en SD (480i/576i), en ED (480p/576p), en HD (720p/1 080i), en Full HD (1 080p/24, 1 080p/50, 1 080p/60), en Ultra HD (2 160p/24)
Compensation de mouvement : en SD (480i/576i), en ED (480p/576p), en HD (720p/1 080i), en Full HD (1 080p/24, 1 080p/50, 1 080p/60), en Ultra HD (2 160p/24)
Son : puissance (2 x 10 W), caisson (15 W), décodeur (PCM, Dolby Digital, Dolby Digital Plus, HE-AAC), ARC, eARC, AVL
Consommation : 76 W (< 0,2 W en veille)
Dim. (L x H x P) : 1 072 x 711 x 293 mm
Poids : 23 kg
ph image
Verdict technique
Peu visible en rayonnage, ce téléviseur Sharp LC‑46LE830E a pourtant tous les atouts dans sa manche pour jouer dans la cour des grands. D’accord, il ne propose pas le dernier gadget Internet à la mode, quoique sa fonction passerelle multimédia UPnP (DLNA) soit assez puissante.
Mais pour le reste, c'est‑à‑dire sur la qualité de l’image, il sait y faire. En colorimétrie tout d’abord : le rendu des délicates teintes rosées de peau est un modèle de justesse et de fraicheur. Les bleus azurs sont d’une luminosité éclatante, preuve qu’il est possible de faire un peu de zèle pour se faire plaisir et enjoliver un poil la réalité, tout en restant droit dans ses bottes et irréprochables sur les fondamentaux et les alchimies les plus complexes. Évidemment, même s'il faut bien avouer que les champs de tournesol se font rares dans les films et programmes télévisés pour pouvoir le vérifier tous les jours, les jaunes sont d’une vitalité communicative.

Autre point crucial sur lequel ce téléviseur se défend vraiment très bien, le taux de contraste. Malgré un rétroéclairage dynamique Edge LED, donc pas aussi précis qu’un procédé Local Dimming, les noirs sont parfaitement tenus, et la luminosité contenue. De plus, les ombres ne sont jamais bouchées. En revanche, elles ne sont pas non plus neutres, et se parent notamment d’une petite dominante bleue, certes souvent à propos (dans notre subconscient, la nuit, c’est bleu) mais parfois dérangeante. Par ailleurs, la perte de saturation des couleurs n’est pas non plus négligeable dans les pénombres. Sans que ce soit insupportable, loin de là. Mais c’est à signaler.
Sinon, la luminosité est très confortable. Mieux, en mode 3D, le téléviseur dispose en réserve d'une puissance lumineuse capable de compenser la forte absorption du système d’obturation alterné des lunettes, sans contrepartie visible. Un réglage dans le joli menu en mode fenêtre du téléviseur permet d’incrémenter ce paramètre. Dommage… Il est un peu fastidieux d’accès, comme chez toutes les autres marques d'ailleurs, même si le cheminement est joli, et donc la promenade dans le menu pas désagréable.

L’image affiche un excellent piqué, notamment grâce à une combinaison compensation de mouvement plus rétroéclairage scintillant efficace sur les mouvements, même si la détection et donc, l'application du traitement vidéo, est parfois un peu lente. Pareil pour le désentrelacement SD qui, de temps en temps, hésite sur la nature du programme, film ou vidéo. Il lui arrive provisoirement de se tromper, en laissant apparaître pendant ce très court labs temps de fugaces effets de peigne. Mais en vitesse de croisière, c’est réellement superbe.

La 3D, enfin, boxe dans la catégorie poids lourd. Avec comme déjà évoqué, une luminosité inhabituelle (dans le bon sens du terme), très peu d’effet fantôme, une belle fluidité avec la compensation de mouvement activée, et enfin une vraie résolution 1 920 x 1 080 pixels, a contrario des systèmes 3D polarisée. De surcroît, les lunettes sont plutôt agréables, il est même possible de forcer un visionnage en 2D en appuyant plusieurs fois sur le bouton marche, pour celui ou ceux du public que la 3D indisposent. De la sorte, une seule séance suffit car tout le monde regarde le même écran, en 3D pour les adeptes du relief, en 2D pour les autres. Ingénieux pour viter une crise de famille…
À destination des accros de la 3D en manquent de programmes frais, le téléviseur propose aussi un mode de conversion 2D/3D temps réel qui peut, de temps en temps, faire illusion. Bref, le Sharp LC‑46LE830E s'avère un magnifique téléviseur aux performances méconnues (la marque souffre encore d'un déficit d'image… de marque), tout à fait capable de rivaliser avec les ténors du marché.
+ Les points forts
»  
Lumineux en 3D
»  
Résolution 3D Full HD
»  
Peu d’effet fantôme en 3D
»  
Contraste tenu
»  
Colorimétrie vive mais contrôlée
»  
Compensation de mouvement efficace
»  
Son correct pour un écran fin
- Les points faibles
»  
Manque de saturation dans les ombres
»  
Lunettes 3D non fournies
»  
Détection désentrelacement des films un peu lente
»  
Menu presque trop riche…
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

BONNES AFFAIRES
ACTUALITÉS POPULAIRES
TESTS MATÉRIEL POPULAIRES