Splinter Cell Conviction

Année : 2010
Genre : action
Thème : infiltration
Multijoueur : oui
Jeu en ligne : oui
Éditeur : Ubisoft
Développeur : Ubisoft Montréal
Support : DVD-9 Xbox 360
Sortie : 15/04/10
Prix ind. : 70 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
GD :
PEGI RatingPEGI RatingPEGI RatingPEGI Rating
Format image
Sous-titres
Français
Amazon
13,85 €
Aux côtés de Metal Gear Solid, Splinter Cell s’est imposé dès son premier épisode comme la référence du jeu d’infiltration. Apparue pour la première fois sur la console Xbox première du nom, Splinter Cell avait à l’époque époustouflé tout le monde avec son réalisme exacerbé sur les plans graphique, sonore et même du gameplay. Série tentaculaire, les épisodes se sont rapidement succédés, apportant chacun leur lot de nouveautés et d’améliorations.

Mais, arrivés à un point où il est difficile de trouver de nouvelles idées, les développeurs se sont demandés quoi faire ? Se reposer sur ses lauriers et proposer au public une énième resucée du jeu ou renouveler le challenge à travers un opus novateur ?
Vous l’aurez compris, Ubisoft Montréal a opté pour le second choix. Pari risqué sur le papier, le résultat est cependant à la hauteur de nos espérances : Splinter Cell Conviction, à défaut d’être un « Splinter Cell » au sens premier du terme (comprenez par là un jeu au rythme lent et au héros truffé d’accessoires farfelus), s’avère un excellent jeu d’action/infiltration, savamment inspiré d’œuvres comme 24h Chrono et autres Jason Bourne.

Sam Fisher, notre héros, s’il n’est plus tout jeune, reste pleinement en forme et toujours aussi agile. Et aujourd’hui, plutôt que d’infiltrer des complexes surprotégés et autres lieux bondesques, il doit mener son enquête pour retrouver le coupable de la mort de sa fille, et accessoirement démanteler quelques complots et machinations d’envergure mondiale. Rien de bien nouveau sous le soleil au niveau du scénario donc, on sent que la marque Tom Clancy est toujours présente.
En clair, si Splinter Cell Conviction n’est pas l’épisode ultime de la série, il propose un second souffle bienvenu à la saga. Sans compter que le jeu exploite plutôt les capacités de la console de Microsoft.
Axel Riffard - Publié le 03/05/10
Jouabilité
Le rythme de Splinter Cell Conviction est bien plus rapide que ses prédécesseurs. On ne prend plus le temps de se poser dans l’ombre pour étudier les rondes des gardes pendant de longues minutes avant de trouver le plan idéal. Le joueur est amené à davantage improviser en fonction des situations, ce qui rend le jeu plus naturel et intuitif, pour ne pas dire plus facile.

Cependant cela n’est vrai qu’en apparence, à trop tenter le diable, l’écran affiche rapidement un fatal Game Over. Le moindre dérapage est sanctionné, la moindre erreur se paye cash : Splinter Cell se veut toujours aussi réaliste et il suffit d’une ou deux balles pour mettre à mal notre espion en chef.

Dans cet épisode, Sam possède moins d’accessoires. Si l’on apprécie de pouvoir customiser un peu ses armes (ajout de silencieux par exemple), la panoplie du héros reste au demeurant moins dense.
Cet aspect du jeu se remarque vite, malgré la disponibilité de lunettes capables de traverser les murs et activables une fois proche de la cloison (il faut impérativement être immobile). Au premier abord superfétatoire, cette fonctionnalité devient rapidement indispensable au fur et à mesure que les niveaux se complexifient.

Un des autres aspects du gameplay est l’apparition de la fonction Mark and Execute. Il s’agit de placer des balises sur un plusieurs ennemis, et, d’une simple pression sur un bouton, d’enclencher une scène dans laquelle Sam les abats tous, les uns après les autres. Il faut bien l’avouer, cette possibilité rend les choses beaucoup plus faciles dans les situations chaudes.

Mais, comme toutes les bonnes choses dans la vie, le nombre de Mark and Execute est limité. Pour recharger son compteur et disposer à nouveau de cette option salvatrice, le joueur doit éliminer à mains nues une sentinelle ennemie. À savoir, certains passages du jeu nécessitent obligatoirement l’usage de cette fonction.


Durée de vie
Aussi court qu’intense, Splinter Cell Conviction est une affaire de cinq/six heures de jeu, maximum. C’est peu. Mais, heureusement, un mode coopération -écran splitté ou en ligne- rattrape cette courte durée de vie.

On regrette allègrement qu’un mode Online similaire à celui de Splinter Cell : Pandora Tomorrow n’ait pas été mis en place. L’idée d’opposer une équipe d’espions à une équipe de mercenaires avec un gameplay propre à chacun en faisait pourtant l’un des meilleurs jeux en ligne de la Xbox première génération.
Note Game Design : 4/6
Image
Chaque nouveau Splinter Cell a été une vraie claque sur le plan technique. Splinter Cell Conviction n’échappe pas à la règle et atteint quasiment un niveau photo-réaliste. Mention spéciale aux effets d’ombre et de lumière, tout simplement exceptionnels.

Nouveauté par rapport aux précédents opus, l’accent a été mis sur la mise en scène, très cinématographique : interrogatoires musclés ou rappel des objectifs de mission intégrés dans le décor (comme les titres des épisodes de la série Heroes), tout a été pensé afin d’assurer une immersion totale au joueur.
Note image : 5/6
Son
Les musiques contribuent grandement à l’ambiance et jouent la carte de la discrétion. Elles s’intègrent parfaitement au reste du jeu, à tel point qu’on les oublie un peu. C’est bien là leur rôle toutefois.

Les doublages français sont excellents et on retient particulièrement la voix de l’acteur incarnant Sam, déjà à l’œuvre pour les rôles de Schwarzenegger.
Note son : 4/6



Coulisses - Part I Coulisses - Part II Coulisses - Part III
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

PLANNING
01/11/20 Journal intime
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Liam Neeson - Taken 2
https://www.avcesar.com/source/interview/139/photo_0259145504.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/157/photo_0253124723.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/133/photo_1014195601.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/147/photo_0157140523.jpg
liam-neeson
stefano-sollima
maggie-q
bryan-cranston
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011