Lecteur multimédia

Zappiti One SE 4K HDR

Par Vincent Morette - Publié le 11/03/19
Mustav
Prix indicatif : 349 € TTC
Note AVCesar.com
Type : disque dur multimédia
Disque dur : 3,5" jusqu'à 16 000 Go
Réseau : UPnP (DLNA)
Sortie HDMI : v 2.0b
Dimensions (L x H x P) : 281 x 188 x 50 mm
Poids : 1,65 kg
L’essentiel

Après un lancement de la série HDR comptant trois références, à savoir le Zappiti Mini 4K HDR (passerelle multimédia à 249 €, prix indicatif), le Zappiti One 4K HDR (lecteur multimédia équipé d’un rack pour disque dur interne, 299 € ; cliqué sur le lien pour découvrir le test complet du produit par la rédaction d'AVCesar.com) et le Zappiti Duo 4K HDR (une version à deux emplacements disque durs, 399€), la marque française a lancé une version améliorée de son modèle phare Zappiti One 4K HDR (déjà primé dans nos colonnes, cliquez sur le lien pour son test complet par la rédaction d’AVCesar.com) dite « SE » pour Special Edition (édition spéciale donc), positionnée à 349 € (prix indicatif), soit 50 € de plus que son aîné. Bien que ce nouveau lecteur soit sorti il y a plusieurs mois, il nous est paru intéressant de publier ce test pour énoncer les avantages de cette version, mais aussi pour détailler les nouvelles fonctionnalités logicielles, qui ont été nombreuses à voir le jour depuis la publication du test du Zappiti One 4K HDR premier du nom.

 

 

Cette édition spéciale arbore le même design et châssis que son devancier couronné d’un « Z » central, positionné sur la façade du lecteur, qui ne veut pas dire Zorro mais Zappiti et assure la fonction de capteur IR. Le « Z » en question s’éclaire en bleu au démarrage de l’appareil mais il est bien sûr possible de l’éteindre à l’aide d’une touche dédiée de la télécommande. Notez que la télécommande est rétroéclairée comme sur les autres modèles de la gamme HDR.

 

Présentation du Zappiti One SE 4K HDR

Le Zappiti One 4K HDR est un lecteur multimédia complet et polyvalent visant le marché haut de gamme. La puce Realtek RTD1295 du modèle précédent est toujours de mise, tout comme son puissant processeur Quad Core basé sur une architecture ARM 64 bits. La mémoire interne, 16 Go, est désormais pleinement mise à contribution pour les nouveaux « écrans de veille » video (personnalisable avec des vidéos personnelles). 

Le panneau arrière est, lui, quelque peu différent. On y trouve en particulier des antennes Wi‑Fi détachables (grosse demande de la part des utilisateurs du précédent modèle a‑t‑on appris auprès du constructeur) avec connecteurs plaqués or. On retrouve aussi le report infrarouge (rallonge fournie) qui était proposé sur le petit modèle de la gamme, à savoir le Zappiti Mini 4K HDR. Dorénavant, les connecteurs RCA (sortie stéréo analogique, audio numérique coaxiale et vidéo Composite) sont plaqués or.

Mais c’est surtout sa seconde sortie HDMI Audio Only (audio uniquement) qui fait le principal attrait de ce nouveau venu dans la gamme Zappiti 4K HDR (cf. visuel ci‑dessus avec la connectique Zappiti One SE 4K HDR et celle du Zappiti One 4K HDR au‑dessus). Elle permet, en particulier, d’utiliser les amplificateurs ou barre de son d’ancienne génération dépourvus de connectique HDMI 2.0 ou incapable de transmettre les flux vidéos HDR. 

La sortie HDMI principale (Main) 2.0a est compatible Ultra HD/4K HDR (High Dynamic Range) et 10 bits (avec Upsampling 12 bits). Précision, ce connecteur supporte parfaitement la résolution 4 096 x 2 160 (vrai 4K), format qui peut par exemple être exploité via un projecteur 4K Sony.  

 

 

On trouve également une entrée HDMI 2.0 permettant d'enregistrer un signal vidéo numérique provenant par exemple d'un tuner TNT HD. Ce n'est pas tout, le Zappiti One SE 4KvHDR propose également une sortie optique en plus de la sortie audio numérique coaxiale, un port Ethernet LAN Gigabit, et pas moins de cinq ports USB dont un port USB 3.0 et un port USB Type‑C. Les ports USB supportent l’audio en sortie, ce qui peut être intéressant pour les utilisateurs de Dac externe.

 

 

On retrouve le lecteur de cartes mémoires, déjà présent sur le modèle précédent en version 3.0 pour les débits les plus véloces. Le Wi‑Fi est toujours de mise avec une compatibilité 5 GHz comme sur le modèle précédent. Il est aussi possible de connecter des périphériques externes en Bluetooth (4.0) comme un clavier (y compris Azerty), une souris, des enceintes ou un casque audio sans‑fil. Notez que les modèles Low Latency sont à préférer dans ce dernier cas le cas, sans quoi les signaux audio et vidéo ne seront pas synchronisés correctement.

 

Idem dans la forme, novateur dans le fond

Le design, lui, est strictement identique à celui du modèle précédent avec un châssis intégralement en métal dépourvu de ventilateur pour un silence de fonctionnement total (hormis le bruit du disque dur interne). On retrouve le rack à disque dur sur le flanc droit du boîtier et un port USB sur le côté gauche de l'appareil. Son format plus réduit que celui d’un lecteur Blu‑Ray plaira au plus grand nombre. Et pour ceux qui préfèrent un format standard 43 cm de large, ils pourront s'orienter vers le modèle Zappiti Duo 4K HDR. Précisons ici que le Zappiti Mini 4K HDR dispose de deux fois moins de mémoire que les autres modèles de la gamme HDR.

 

 

Télécommande rétroéclairée infrarouge

On retrouve la télécommande infrarouge rétroéclairée du modèle Zappiti One 4K HDR originel, proposant de nombreuses touches de raccourcis. On peut ainsi passer instantanément de Zappiti à Zappiti Explorer (gestionnaire de fichiers de Zappiti), changer le ratio d'image, le format 3D ou basculer en mode Répétition. On trouve aussi en bas de la télécommande des touches programmables permettant de contrôler un ampli ou un téléviseur avec les principales commandes à savoir On/Off, Volume+/‑ et Source. On peut ainsi se passer de la télécommande de son ampli Home Cinéma ou de sa TV. Pratique ! Et pour les utilisateurs les plus exigeants, le fabricant fournit les codes et « drivers » (des profils en fait contenant tous les codes) pour les plus grandes marques de télécommandes programmables telles que Crestron, Control4, ProControl, Pronto, Logitech Harmony, etc.

 

 

Il est aussi possible de piloter le lecteur via une télécommande virtuelle accessible depuis l'App Zappiti Video Control disponible pour les tablettes et smartphones iOS, ou sa version idoine Android. Notez qu’une app dédiée à la musique permet désormais de piloter la lecture musicale sans TV. Pratique là encore. Ce n’était pas le cas à l’époque de notre test du précédent modèle.

 

 

 

Très large compatibilité multimédia

Le lecteur est compatible avec la plupart des formats vidéo actuels tels que MKV (2D et 3D MVC), UHD Iso et BD Iso (2D et 3D MVC) avec le support des listes de lectures (BD Lite) et support des menus (ça, c’est une grande nouveauté proposée par la marque), DVD Iso avec support des menus, Mov, MP4, M2TS, TS, AVI, etc. ainsi que les codecs les plus utilisés tels que DivX (à partir de la version 5), Xvid, Mpeg2, AVC/H.264, mais aussi HEVC, x265 et ce, jusqu'en 10 bits en résolution 4K. La plupart des formats de sous‑titres sont proposés dont PGS, Sub, IDX, SRT et autres, avec la possibilité de modifier le type d'encodage, la position verticale (y compris sur les sous‑titres PGS, ce qui est rare), la taille ou encore la couleur, le tout avec mémorisation des réglages. Les sous‑titres externes multiples sont supportés.

 

 

Côté son, le lecteur est compatible avec les formats audio multicanaux les plus répandus tels que Dolby TrueHD ou DTS‑HD mais aussi avec les récents formats audio multipoint Dolby Atmos et DTS:X. Pour la musique, le lecteur prend en charge la plupart des formats audio lossless et sans compression à savoir Wav, Flac, Alac ou AIFF jusqu'en 19  kHz/24 bits (processing 32 bits), mais aussi les formats très grand public tels que le format MP3. Il est possible également de connecter un Dac externe en USB pour une écoute plus audiophile. Alors que les formats lossless étaient précédemment downmixés en 48 kHz, ils sont désormais pleinement pris en charge dans leur échantillonnage d’origine jusqu’à 192 kHz (y compris le 176 kHz qui est bien souvent problématique). Bon point !

 

Zappiti Video, Zappiti Explorer, Zappiti Music

La page d'accueil du lecteur propose désormais trois applications principales à savoir Zappiti Video,  Zappiti Explorer et ‑c’est une nouveauté encore‑ Zappiti Music, une application dédiée… à la musique. Le bouton Zappiti donne accès à la fameuse application Zappiti Video (précédemment intitulée Zappiti Media Center) qui a fait la réputation de la marque via son système de jaquettes simple et complet. Le second bouton permet de lancer un explorateur de fichiers. Malgré sa simplicité déconcertante d'utilisation, l'explorateur propose de nombreuses options accessibles via la touche Menu de la télécommande comme Sélectionner, Sélectionner tout, Copier, Couper, Coller, Éditer, des modes de répétitions de lecture, un mode aléatoire et des fonctions de transitions évoluées et dynamiques (style Ken Burns) pour le mode diaporama qui, soit dit en passant, peut être musical.

 

 

Un troisième bouton intitulé Music permet d’accéder à la nouvelle application Zappiti Music, qui comme son nom l’indique, permet de lire sa bibliothèque musicale de manière intuitive. L’interface, volontairement sobre permet d’explorer ses dossiers musicaux, de créer et lire des listes musicales (playlists), de lire le contenu d’un dossier ou sous‑dossiers, et propose différentes options de lectures classiques telles que mise en boucle, lecture mélangée, enchaînement des pistes, etc.

 

En haut de la page d’accueil, le bouton MyApps renvoie vers une liste d'applications externes et donne accès au GooglePlay et à AptoideTV autorisant le téléchargement d’applications Android supplémentaires. Attention, certaines d'entre elles comme MolotovTV ne sont pas compatibles avec le lecteur en raison des DRM. Certaines autres comme YouTube (compatible 4K), Spotify ou Arte HD, téléchargées via AptoideTV sont pleinement fonctionnelles. Il est possible d’ajouter des raccourcis vers des applications en bas de la page d’accueil.

 

Concurrence

Aujourd'hui, très peu de lecteurs compatibles 4K HDR proposant à la fois un emplacement pour disque dur interne et une double sortie HDMI sont disponibles sur le marché. On peut noter cependant le Egreat A11, basé sur une puce concurrente HiSilicon Hi3798CV200. Mais sa fluidité n’est pas toujours au rendez‑vous et la qualité d’image est un peu en dessous de celle du Zappiti. D’autre part, le système de jaquette est moins évolué et surtout moins pratique à utiliser que celui de Zappiti, aujourd’hui la référence dans le domaine. 

 

Les lecteurs Ultra HD Blu‑Ray de chez Panasonic et Pioneer sont réputés pour leur excellente qualité d’image mais ne proposent pas de système de jaquette et les performances et compatibilité en lecture multimédia sont extrêmement pauvres. Le prix est aussi beaucoup plus élevé.

 

Enfin nVidia propose une machine sacrément intéressante, la Shield Android TV (cliquez sur le lien pour découvrir le test complet du produit par la rédaction d'AVCesar.com), même si les disques durs internes formatés en NTFS ne sont pas compatibles et la 3D n'est pas supportée. En revanche, ses capacités vidéoludiques sont uniques sur le marché. Côté qualité d'image, c’est très satisfaisant mais elle n'est cependant pas comparable à celle de ces récents lecteurs Zappiti (cf. plus bas dans le test). Pour les jaquettes, il faut se contenter de Kodi qui, bien qu’étant très complet, reste compliqué à utiliser pour le commun des mortels.

Fiche technique
Type : disque dur multimédia (3,5" jusqu'à 16 000 Go)
Connectique : sortie HDMI (v 2.0b), sortie Composite, sortie audio stéréo, sortie audio numérique (optique), port USB Host, port USB asynchrone, port Ethernet, Wi‑Fi (ac)
Compatibilité : cartes SD, cartes xD, MP3, WMA, AAC, Ogg, Flac, Alac, DSD, DivX (SD et HD), WMV (SD et HD), Mpeg2 (SD et HD), Mpeg4 (SD et HD), Jpeg, gestion DRM
Réseau : UPnP (DLNA), Bluetooth 4.0 + EDR, Podcast, Webradios, Web TV, accès aux contenus de sites web (non)
Gestion vidéo : automatique, Pal (50 Hz), NTSC (60 Hz), Cinéma (24 Hz)
Fonctions : CEC, xvYCC, Deep Color, High BitRate Audio, OSD Français, désentrelacement (vidéo/film) automatique, upscaling vidéo 2 160p, gestion du zoom à partir du 4/3 basique, gamme HDMI étendue
Consommation : 5 W (0,02 W en veille)
Finition : noire
Dim. (L x H x P) : 281 x 188 x 50 mm
Poids : 1,65 kg
ph image
Verdict technique

Le lecteur est assez rapide à s’allumer. Pour les transferts de fichiers, nVerdict techniqueous avons pu atteindre des débits culminant à 113 Mo/s en réseau via SMB (contre 20 Mo/s sur les modèles non HDR). Il est également possible de faire des copies depuis Zappiti Explorer, en multitâches (plusieurs copies possibles simultanément). La mise à jour des applications se fait directement par internet et sans passer par Google Play, très rapidement. Les mises à jour Firmware s’effectuent également par Internet. Le menu Settings (accès direct via la touche verte de la télécommande) donne accès à une multitude de réglages et permet en particulier d'activer la fonction DLNA serveur, FTP serveur, etc.

 

 

Usage simplifié

Au lancement d'une vidéo, le menu contextuel propose un certain nombre de réglages comme le Deep Color, l'activation du mode 24p ou le mode 3D mais aussi le réglage de la langue et des sous‑titres par défaut. Une fois configuré, le lecteur proposera toujours la langue et les sous‑titres configurés (par exemple VO sous‑titrée VF). Un vrai bonheur en usage quotidien ! Pour les sous‑titres, on a aussi accès à un certain nombre de réglages tels que la couleur, la taille, la position, l’encodage ou la synchro. Le panneau Propriétés (accessible aussi depuis la touche Info de la télécommande), permet d'afficher un grand nombre d'informations techniques telles que la fréquence et la résolution du fichier, le codec vidéo, le débit, l'encodage couleur, ou encore la profondeur couleur.

 

 

Multiroom audio‑vidéo…

Tous les fichiers que nous avons pu tester sont passés comme une lettre à la Poste, à l'exception des fichiers DivX3 (datant de 1999), qui, il faut bien le dire, ne sont plus beaucoup utilisés de nos jours. Les plus gros fichiers UHD Iso 2 160p et HDR de plus de 90 Go que nous avions à notre disposition ont été lus de manière parfaitement fluide, aussi bien en réseau SMB (ou Samba) que depuis un disque dur interne ou externe connecté en USB. Même le bien connu fichier de test Jellyfish de 400 Mb/s (environ 4x le débit de l'Ultra HD Blu‑Ray tout de même) a été lu sans saccade.

En plus des menus DVD qui étaient supportés précédemment, comme déjà mentionné, ceux des UHD et Blu‑Ray sont désormais gérés. Au lancement de la vidéo, il est possible de lancer la lecture avec ou sans les menus.

 

 

En lecture, de nombreux raccourcis d’accès direct sont proposés. À savoir, en cours de lecture, les touches Gauche et Droite permettent d'avancer ou de reculer dans le temps (ou sur le Time Code) par paliers de 1 mn tandis que les touches Page +/‑ permettent d’avancer par paliers de 10 secondes. D’autre part, les touches de numéro permettent d'accéder directement à un pourcentage du film de 10% à 90% (0 pour retourner au début). Enfin, on retrouve des touches de fonctions traditionnelles pour l’accès à l'avance et le retour rapide ainsi qu'aux chapitres, s’ils sont présents dans le fichier. Les chapitres MKV sont supportés. En pressant la touche OK ou Pause de la télécommande, quelques infos pertinentes sont affichées à l’écran telles que le nom du fichier et son extension, la piste son en cours et ses propriétés, la langue de sous‑titre et le chapitre en cours ainsi que les infos de durée restante/totale.

 

Une fonction intéressante intitulée Zappiti Share permet de partager les films stockés sur le disque dur interne (ou externe en USB) en réseau afin de pouvoir les lire depuis un autre lecteur Zappiti (y compris de la précédente génération) et cela sans aucune saccade aussi bien en qualité Blu‑Ray qu'en Ultra HD. Impressionnant ! On peut ainsi profiter d'un vrai système multiroom audio‑vidéo.

 

 

Performant traitement Zappiti MagicPixel v2.5

Au niveau de la qualité vidéo, le nouveau Zappiti est remarquable. Grâce à la nouvelle version 2.5 du traitement d’image propriétaire Zappiti Magic Pixel, le piqué d'image est tout bonnement incroyable et on s'est même parfois demandé si ce n'était pas notre lecteur Oppo UDP‑203 (cliquez sur le lien pour découvrir le test complet du produit par la rédaction d'AVCesar.com) qui était connecté. L'image nous a paru également extrêmement fluide et dynamique. Le précédent traitement d’image était déjà impressionnant mais celui‑ci va encore plus loin. Sur nos mires vidéo, la précision du décodage vidéo est flagrante.

 

 

La version 2.5 du procédé Zappiti MagicPixel fait des miracles avec extrêmement peu de bruit résiduel, une précision d'image au scalpel, un contraste saisissant et un excellent Upscaling des sources HD en Ultra HD. Le procédé permet aussi de profiter sur un téléviseur 1 080p d’une partie du traitement appliqué au signal UHD grâce à une sortie vidéo non compressée en 4:4:4 10 bits avec une nouvelle conversion HDR vers SDR plus fidèle, en particulier en termes de rendu des couleurs. En 3D, le traitement d’image fait gagner en profondeur et les sous‑titres 3D sont parfaitement affichés. Notons au passage qu’il est possible de modifier la profondeur d’image, de l’interface et des sous‑titres.

 

 

Et côté son ?

Côté son, nous n'avons pas observé de souci particulier quel que soit le format lu, DTS‑HD, Dolby TrueHD, et même Dolby Atmos et DTS:X. En HDMI Audio Only, la dynamique nous a semblé légèrement plus importante que sur l’ancienne génération, avec une meilleure musicalité. La sortie audio numérique audio coaxiale est excellente aussi, en particulier au niveau des timbres naturels et des harmoniques parfaitement restituées. En association avec une alimentation externe audiophile (en option), la musicalité va encore plus loin avec une image stéréo plus large, des harmoniques mieux restituées et une écoute plus naturelle.

 

 

La plupart des formats audio sont parfaitement lus et cela, jusqu'en 192 kHz/24 bits. Même le format AIFF, rarement pris en charge sur les lecteurs multimédias est supporté. Seul le DSD manque à l'appel et n’est lu qu’à travers des applications externes telles que Teac HR Audio Player ou HibyMusic. Mais comme ce lecteur n'a pas vraiment vocation à intégrer un Dac haut de gamme, cela eût été peu utile. En effet, le flux audio numérique DSD doit être converti nativement. Si ce n'est pas le cas, le signal est converti en PCM, ce qui enlève tout l'intérêt du format. À savoir, les jaquettes audio sont supportées via l'Explorer (format folder.jpg). Mais c’est surtout la nouvelle application Zappiti Music, accessible depuis la page d’accueil qui est à privilégier pour l’écoute musicale. À plus forte raison parce qu’une version mobile pour tablette et smartphone permet de piloter la lecture musicale sans nécessité d’allumer la télévision. Pratique !

 

 

  

Indexation rapide et facile d'une bibliothèque

Comme sur le précédent modèle, la nouvelle mouture intègre l'application Zappiti Video (anciennement Zappiti Media Center v4) qui permet de profiter d'une mise en image de votre collection de films et séries TV. La simplicité de configuration et d'utilisation est déconcertante ! Une fois le compte Zappiti créé et le numéro de licence saisi, il suffit d'indiquer le chemin d'accès aux dossiers Films et Séries TV et c'est fini. Zappiti s'occupe ensuite de tout. Les films et séries sont identifiés, les jaquettes récupérées et tout est classé automatiquement par catégories. Il est possible de réorganiser, de supprimer ou d’ajouter des catégories personnelles en choisissant une icône Genre parmi une centaine disponible et en indiquant le titre de votre choix.

 

 

Et depuis notre test du précédent modèle, la configuration a été encore simplifiée et de très nombreuses options ajoutées. Par exemple, dans le menu, un bouton permet de contacter l’assistance. Un email vous est envoyé et il suffit d’y répondre pour entrer en liaison avec l’équipe Zappiti. Il est aussi possible désormais de contacter l’assistance Zappiti par téléphone (en français) via une ligne gratuite indiquée sur le site Internet du fabricant. C’est suffisamment rare pour être souligné.

 

 

Sur environ 250 films analysés, seuls quelques‑uns n'ont pas été reconnus. Mais il nous a été possible de les identifier manuellement, très facilement, via une nouvelle procédure : il s’agit de saisir, à l’aide des boutons numériques de la télécommande, le code d’identification du film glané sur le site internet TMDb. Et, comme toujours, grâce au système participatif, l'identification manuelle des films profite aux autres utilisateurs Zappiti. Pour les séries TV, il est désormais possible d’identifier les fichiers Iso. Une nouvelle interface propose alors de cocher la saison et les épisodes contenus dans l’Iso. Là aussi, le système est participatif et permettra à terme de ne pratiquement plus avoir besoin de cocher manuellement les épisodes d’un Iso. Cette nouvelle fonctionnalité est particulièrement intéressante pour les utilisateurs du Zappiti Nas Rip 4K HDR (cliquez sur la référence du produit pour découvrir son test complet par ala rédaction d’AVCesar.com) qui peuvent désormais riper des disques DVD, Blu‑Ray ou UHD de série TV, ce qui était impossible précédemment.

 

 

Les jaquettes, pour la plupart créées par la communauté de graphistes Zappiti Db, sont de grande qualité et en français (ou en anglais, au choix), et il est possible de les modifier parmi un large choix d’autres disponibles. Notez que les images de la base de données de jaquettes Zappiti Db sont dimensionnées spécifiquement pour l’interface Zappiti. Ainsi, pas de risque de se retrouver avec des titres coupés ou illisibles. Encore un bon point. Et si vous souhaitez ajouter un poster ou fanart personnalisé, il est possible de charger une image depuis le disque dur de votre ordinateur à l’aide de l’application Zappiti Video pour Mac ou PC. 

 

 

Là encore, la présentation de la page d’accueil Zappiti a été entièrement revue et corrigée récemment en tenant compte des votes et commentaires des utilisateurs (via le système de vote dédié sur le site Zappiti Uservoice). En haut de la page sont présentés les épisodes ou films en cours de lecture ou à défaut l’épisode suivant si l’on a été au bout de l’épisode précédent, un peu comme sur Netflix. En dessous, on retrouve les principaux boutons de la précédente interface, à savoir : Tous (films et séries mélangées), Films, Série, Récents et catégories, auxquels s’ajoutent un grand nombre de nouveaux boutons appelés « modules » dont : Top films (triés par note), Vus, Non vus, En cours, Next, Sagas, Films pour enfants, un raccourci pour Zappiti Explorer... Bien sûr, il est possible de supprimer ou ajouter des boutons et de les réorganiser comme bon vous semble.

 

 

 

L’interface est relativement personnalisable. On peut ainsi afficher la liste des posters sur deux lignes, trois lignes, quatre lignes ou en mur d’image. On peut aussi afficher ou non les reflets sur les posters et les bandeaux (DVD, Blu‑Ray, 4K Ultra HD, …). Dans les nouveautés, il est possible de choisir une langue spécifique pour les jaquettes tout en conservant l’interface en Français.

 

  

Dans chaque section, il est possible de trier les films via différents filtres tels Date de sortie, Note, Durée, etc. Un moteur de recherche permet aussi de trouver facilement un film précis. Les résultats de recherches sont triés par titre, acteur, réalisateur, ou épisode. Lorsqu'un film a été vu, il est automatiquement marqué d'une icône « Vu ». Idem, lorsque l'on a visionné un épisode, il est marqué comme « Vu » et la série est indiquée En cours. Mieux, et c’est une nouveauté, lorsque l’on arrive à la fin d’un épisode, un décompte de cinq secondes s’affiche et lance automatiquement l’épisode suivant. Autre nouveauté, lorsque l’on regarde l’épisode 5 d’une série sans avoir vu les épisodes précédents, Zappiti propose de marquer ces derniers comme « Vus ». Enfin, lorsque l’on entre dans une saison, le focus se déplace automatiquement sur l’épisode en cours, ou à défaut sur l’épisode suivant.

 

 

Parmi les nombreuses nouveautés, l’une d’elles est particulièrement appréciable à l’utilisation. Il s’agit de Zappiti Soundtrack, une fonction permettant de profiter de la bande originale des films lors de la navigation dans les jaquettes de films de sagas et de séries TV.

Si jamais une musique ne vous plait pas ou si aucune n’est associée au média, il est possible d’associer la musique de votre choix depuis l’application Zappidi Video PC ou Mac. Un éditeur permet alors de couper le début et la fin de l’extrait et d’ajouter des fondus. Et comme le système est communautaire au même titre que d’autres fonctions de Zappiti, il suffit qu’une personne associe une bande‑son pour que les autres utilisateurs en profitent.

 

  

Lorsque l'on clique sur un film, on accède à une page de présentation du film avec un résumé (texte défilant), la note, des infos techniques et le casting. Tout est éditable directement à l'aide de la télécommande mais aussi depuis un PC, un Mac ou une tablette/smartphone Android ou iOS. Il est possible d'afficher la bande‑annonce du film, les bonus (y compris sur les fichiers MKV), de changer le ratio de l’interface Zappiti en mode 2.35:1 (autre nouveauté) ou de télécharger les sous‑titres. Notez que l’équipe Zappiti travaille actuellement au développement de sa propre base de données de sous‑titres.

 

 

Très pratique pour les familles, le mode Contrôle parental permet de marquer un film ou un groupe de films en tant que film pour enfant. Au démarrage de Zappiti, un code de contrôle parental est alors demandé. Si au bout de 10 secondes le code n'est pas saisi, Zappiti démarre en mode Enfant, avec une navigation simplifiée et un verrouillage des options d'administration.

 

 

Enfin, une nouvelle fonction permet d’afficher les statistiques de la complète collection de titres. On peut ainsi avoir un aperçu du nombre de contenus tels que le détail des films, séries, sagas, fichiers 4K, fichiers 3D, etc. Il est aussi possible de se faire envoyer par email la liste complète en fichier .cvs afin de pouvoir traiter les données dans un tableur.

 

 

Conclusion

Si cette édition spéciale Zappiti One SE 4K HDR n’est pas une révolution par rapport au modèle premier du nom, elle permet d’aller encore plus loin au niveau des possibilités audio‑vidéo et offre une connectique encore plus fournie répondant à la demande des utilisateurs. D’autre part, la partie logicielle a beaucoup évolué et de très nombreuses nouvelles options permettent à la gamme HDR de mettre la barre encore plus haut face à la concurrence. Grâce à son nouveau traitement d'image Zappiti MagicPixel v2.5 exemplaire, sa nouvelle conversion HDR/SDR parfaite, une télécommande complète et rétroéclairée et des fonctions media center à la fois simples d'utilisation et complètes, sans oublier l'assistance gratuite en français, l'appareil de la marque française se hisse sur la plus haute marche du podium avec un Must AVCesar amplement mérité.

+ Les points forts
»  
Qualité d'image et de son
»  
Seconde sortie HDMI
»  
Excellente conversion HDR > SDR
»  
Antennes Wi‑Fi enfin détachables
»  
Report Infrarouge fourni
»  
Système de jaquette Zappiti intégré
»  
Compatibilité Ultra HD HDR10 et 10 bits
»  
Télécommande rétroéclairée
»  
App Zappiti pour tablettes et smartphones avec fonctions d'édition
»  
Assistance utilisateur gratuite et en français
- Les points faibles
»  
Piles de télécommande non fournies
»  
Pas de compatibilité Netflix 4K
»  
Pas de compatibilité HDR Dolby Vision
BONNES AFFAIRES
Voir l'offre
ACTUALITÉS POPULAIRES
TESTS MATÉRIEL POPULAIRES