Baron noir saison 3

Année : 2018
Réalisateurs : Éric Benzekri, Jean‑Baptiste Delafon
Interprètes : Kad Merad, Anna Mouglalis, François Morel
Éditeur : Studiocanal
BD : 3 BD-50, 8 x 50', zone B
Genre : politique‑fiction, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 04/03/20
Prix ind. : 34,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.85
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français DTS‑HD Master Audio 5.1
Sous-titres
Français pour sourds et malentendants
Amazon
43,08  €
Rakuten
41,02 €
Fnac
29,99 €

La première chose qui marque suite au visionnage des nouveaux épisodes de la saison 3 de Baron noir, c’est la montée en puissance de Kad Merad dans la peau Philippe Rickwaert. Plus les saisons avancent (voir Baron noir saison 1 et saison 2), plus le comédien prend de l’épaisseur et de la crédibilité dans le rôle de cette machine politique hors normes. À la fois violent et roublard, malin et fascinant, touchant et fragile, la palette de jeu du comédien s’étoffe. Les seconds rôles ne sont pas en reste, ils haussent eux aussi leur niveau de jeu.

 

L'écriture de la série suit la même pente ascendante, faisant oublier au passage la baisse de niveau de la saison 2. Cette saison 3 est d'entrée plus pertinente, plus enlevée, plus dense, offrant quelques séquences de débat et de joutes verbales fort bien troussées. Toujours aussi documentée sur les rouages de la politique, la série opère toutefois un tournant avec un ton plus défaitiste qu'auparavant, plus désespéré. L’idéalisme des débuts se craquelle sous les coups de boutoir des réseaux sociaux et finira par se fracasser sur l’autel du populisme. Le prix à payer pour atteindre le pouvoir ‑et y rester‑ est bien trop cher, tous les personnages l’apprendront à leurs dépens. 

 

Les politiques ? Très certainement une race à part d'animaux à sang froid mais qui, parfois, font montre d'un peu d’humanité. C'est ce que la saison réussit très bien à restituer, entre petits espaces plus intimes et folle ambition politique.

 

Une excellente saison dopée par une réalisation sobre et efficace.

Cédric Melon - Publié le 27/03/20
Liste des bonus
- Aucun


Commentaire

Incompréhensible pour une série de cet acabit, française qui plus est.

Note bonus : 0/6
Image

Des plans toujours en mouvement, une réalisation fluide, un montage nerveux, beaucoup de lumière naturelle et de réalisme. Un rendu dans la veine des saisons précédentes et un master HD toujours impeccable.

Top image : aucun
Note image : 5/6
Son

Des joutes verbales toujours claires et limpides. Aucun problème à noter même si la mise en scène et le design sonore auraient peut‑être pu être plus imbriqués. Du classique en somme pour du DTS‑HD Master Audio 5.1, mais efficace.

Top son : aucun
Note son : 4/6



Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

PLANNING
01/06/20 Cats
02/06/20 Gloria Mundi
03/06/20 Toni
BONNES AFFAIRES
Voir l'offre
INTERVIEWS
Christian Rouaud - Tous au Larzac
https://www.avcesar.com/source/interview/130/photo_0548183008.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/141/photo_0421152318.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/126/photo_0549181508.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/175/photo_0556215604.jpg
christian-rouaud
poppy-montgomery
lucy-lawless
mathieu-amalric
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011