Depeche Mode : Spirits in the Forest

Live in Berlin
Année : 2020
Réalisateur : Anton Corbijn
Avec : Martin Gore, Dave Gahan, Andrew Fletcher, Christian Eigner, Peter Gordeno
Éditeur : Sony Music/Columbia
BD : 2 BD-50 + 2 CD, 127' + 82', toutes zones
Genre : concert, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 26/06/20
Prix ind. : 22,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.78
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
DTS-HD Master Audio 5.1
LPCM stéréo
Sous-titres
Aucun

Quarante ans après ses premiers gigs du côté de Basildon et London, Depeche Mode rassemble encore une fois ses fans du monde entier dans des messes XXL ‑et le terme n'est pas trop fort‑ à la fois sombres et festives, dignes des plus grandes communions de masse. Face aux p(r)êcheurs bardés de paillettes, dress code noir de rigueur pour le public venu en totale osmose lors des deux soirées berlinoises venant clore la tournée Global Spirit Tour longue de deux ans, appuyant le 14e album studio du groupe et ayant rassemblé 3 millions de spectateurs lors de 115 concerts. Dans la forêt à ciel ouvert, le Waldbühne de Berlin permet au groupe d'enfoncer le clou de son imagerie si particulière avec un film au nom évocateur : Spirits in the Forest (documentaire à découvrir en bonus de ce coffret). Le décor est planté, on découvre les premières images du groupe backstage juste avant son entrée sur scène, galvanisé et heureux, rien à voir avec les fantômes du passé où chacun devait rester de son côté en coulisses sous peine de collision de substances non autorisées. 

 

Accompagné des fidèles Christian Eigner (batterie) et Peter Gordeno (clavier/voix), le trio mythique ouvre sur Going Backwards (« reculer ») du dernier album Spirit, un titre au nom évocateur qui dit tout de la vision pessimiste de Martin Gore sur le monde et ses contemporains (soucieux d'écologie, le groupe supporte depuis des années l'acheminement de l'eau en Afrique). Nul doute que le titre Where's the Revolution, qui arrive un peu plus tard dans la soirée, résume bien son sentiment profond et le caractère précurseur d'un grand désastre à venir.

 

En attendant, dans une sorte de folle mélancolie, DM égraine ses tubes, piochant à l'envi dans ses millésimes hallucinants une setlist jouissive, longue montée en puissance vers les tubes incontournables dont on ne se lasse décidément jamais : Enjoy the Silence, Never Let me Down Again (et son champ de blé qui donne toujours le frisson), Personal Jesus et même en point d'orgue l'enfantin et ultra‑sautillant Just Can't Get Enough période Speak and Spell, premier tube mondial du groupe en 1981 et dernier single composé par Vince Clarke avant son départ de Depeche Mode. 

 

Détendu, jovial (Martin Gore tente même quelques pas de danse, une vraie prouesse pour cet introverti invétéré), le groupe n'a plus rien à prouver, il joue désormais uniquement pour le plaisir et celui de ses fans. Dave Gahan, 56 ans à l'époque (on est les 23 et 25 juillet 2018), se permet toutes les fantaisies, grimace, mime on ne sait qui ou quoi, saute, tourne (le Derviche tourneur est toujours là), harangue la foule, se frappe le poitrail comme un gorille en guise de remerciement adressé à la foule. Et la voix, quelle voix. Après un rapide tour de chauffe, la chaleur et la force reviennent comme par magie et le frontman de DM prouve une fois encore qu'il est bel et bien un des derniers parrains vivants du rock. 

 

Autrefois souvent dans la confrontation, Gore et Gahan se bisouillent presque sur scène et savourent pleinement leur parcours semé de (très) hauts et de (très) bas (on rappelle que Dave Gahan est cliniquement mort plusieurs minutes suite à une overdose par le passé), le premier ayant laissé plus de place au second, notamment dans l'écriture. Résultat : une des plus belles chansons du groupe de ces dernières années, Cover me, composée par Dave Gahan, Christian Eigner et Peter Gordeno. Douce et vibrante, ses sonorités électro synthétiques sonnent comme une parenthèse planante au milieu d'un discours noir et engagé qui cache bien son jeu, comme toujours avec DM. 

 

Seul regret mais de taille dans la réalisation de ce live par l'ami de toujours Anton Corbijn, le pari pris de mixer par petites touches les deux soirées au mitan du film, créant un faux raccord visuel perpétuel au niveau de la tenue de Dave Gahan (dos bleu ou rouge, bottines rouges ou or). Agaçant, d'autant que les plans ainsi substitués n'apportent très clairement rien de plus, ici un retournement, là un plan de coupe. Quelle drôle d'idée.

 

Malgré tout et pour toujours, « CU next time ».     

Carina Ramon - Publié le 04/08/20
Liste des bonus
- Documentaire Spirits in the Forest (82')
- Livret photo
- Live audio 20 titres (2 CD)


Commentaire

Outre le live sur deux CD audio, énorme bonus avec la présence du très touchant film documentaire Spirits in the Forest réalisé par Anton Corbijn dans le sillage de six fans du groupe à travers le monde, diffusé sur Arte fin janvier dernier.

 

Une plongée dans l'essence même du groupe où des fans du bout du monde, tous différents mais unis par une histoire commune, racontent leur rapport si spécial au groupe et leur sentiment d'appartenir à une communauté. Un jeune gay qui dépasse ses peurs, une Française amnésique qui ne se souvient que de la musique de Depeche Mode à son réveil, un ex‑SDF qui a tenu grâce au groupe, encore le Colombien Dicken Schrader et ses enfants, connus dans le monde entier pour leurs reprises maison des tubes de Depeche Mode. Un petit échantillon de la « planète DM » qui se retrouvera dans les gradins à Berlin et permet de comprendre un peu plus le rapport si spécial que les fans entretiennent avec leur groupe fétiche.

Note bonus : 5/6
Image

Sony n'est pas resté sourd face aux reproches du dernier Live in Berlin, uniquement disponible sur DVD (une gageure pour un tel groupe). Cette fois, nous avons bien droit à un impeccable master HD. Des infimes particules de paillettes qui nimbent la peau de Martin Gore aux gros plans sur le bondissant Dave Gahan, tout est net, précis, taillé pour retranscrire l'énergie du groupe sur scène. Chargé en plans, en axes de caméras et vues d'ensemble sur la foule, la réalisation retranscrit plutôt bien la sensation du live et, à l'heure où les concerts ont quasiment disparu de notre quotidien, apporte clairement du baume au cœur des égarés du watt. Seul hic encore une fois, le mix des deux soirées qui serait parfaitement passé à l'image si la tenue de Dave Gahan avait été parfaitement identique d'un soir à l'autre. Anton Corbijn peut toutefois être fier de sa scénographie très graphique, épurée et décalée comme toujours, jamais redondante. 

Top image : aucun
Note image : 5/6
Son

Diffusé une unique fois sur Youtube, le concert n'a rien à voir d'un point de vue sonore avec le streaming. Énorme dynamique en DTS‑HD Master Audio 5.1 et ça change tout. La voix immédiatement reconnaissable de Gahan est toujours mise en avant mais tout le reste des instruments se réveille de façon impressionnante. La batterie de Christian Eigner martèle les enceintes, les solos de Gore se font plus précis que jamais et le « son Depeche Mode » prend toute l'ampleur attendue, révélant au passage les mille et un détails et variations aux fans les plus hardcore. Un grand live à qui il ne manque que la 4K et le Dolby Atmos pour une immersion totale (message à Sony ?). En attendant, le mix 5.1 de Simon Gibson masterisé à Abbey Road est une petite merveille.

Top son : aucun
Note son : 6/6



3999€ 5499€
il y a 15 heures
1799€ 2499€
il y a 21 heures
PLANNING
08/12/20 Le Parrain III
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
Mathieu Amalric - L'agent immobilier
https://www.avcesar.com/source/interview/175/photo_0556215604.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/138/photo_0315185626.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/126/photo_0549181508.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/131/photo_0525105410.jpg
mathieu-amalric
pascal-laugier-et-louis-thevenon
lucy-lawless
joel-schumacher
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011