Backtrack

a.k.a Catchfire
Année : 1990
Réalisateur : Dennis Hopper
Interprètes : Dennis Hopper, Jodie Foster, Dean Stockwell, Vincent Price, John Turturro, Fred Ward
Éditeur : Carlotta
BD : BD-50, 99' (version cinéma)/116' (Director's Cut), zone B
Genre : thriller, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 07/07/21
Prix ind. : 19,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.78
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français DTS‑HD Master Audio 2.0 (version Cinéma)
Anglais DTS‑HD Master Audio 2.0 (version Cinéma et Director's Cut)
Sous-titres
Français
Amazon
18,58  €
Fnac
22,62 €
Rakuten
10,80 €

Los Angeles. Témoin d’un meurtre, Anne Benton (Jodie Foster), une jeune artiste en vogue, sollicite la protection de la police. Bientôt traquée par les commanditaires associés à la mafia, elle s’enfuit sous une fausse identité. Missionné pour retrouver sa trace, Milo (Dennis Hopper), un tueur à gages impitoyable, tombe fou amoureux de sa cible…


Inspiré des grands films de gangsters des années 40, Backtrack (également connu sous le titre Catchfire) exploite les archétypes du genre avec une savoureuse dose d’humour décalé. Chapeau de cow‑boy vissé sur la tête, costume impeccable, Milo, tueur à gages sensible aux bas résille, détone dans le paysage arty qui relie Los Angeles au Nouveau‑Mexique.

 

Deux lieux de tournage chers au réalisateur d’Easy Rider, appréhendés d’une part comme le fief d’artistes contemporains prometteurs (la scène inaugurale s’ouvre sur un entretien radiophonique relatant la consécration d’Anne Benton) pour arriver, quelques séquences de traque plus tard, dans les grands espaces sublimés par la peinture de Georgia O’Keeffe.

 

Les références autour de l’art contemporain sont effectivement nombreuses, occasionnant même un échange cocasse entre un artiste en pleine création (Bob Dylan hilarant flanqué d’un marteau‑piqueur) et le tueur à gages fin connaisseur du béton lui‑aussi (clin d’œil mafieux). Un bon moment.

Carole Lépinay - Publié le 17/09/21
Liste des bonus
- L'art dans Backtrack (17')
- Dans les coulisses de Backtrack (7')
- Hopper collectionneur d'art (8')
- Bande-annonce


Commentaire

Dans la continuité du documentaire Along for the Ride réalisé en 2016, Nick Ebling et Satya de la Manitou (respectivement bras droit de Dennis Hopper et scénariste sur le doc) proposent un touchant portrait du rider emblématique de la contre‑culture. Sa passion pour l'art contemporain le poussa à s'engager auprès d'artistes débutants comme Laddie John Dill. On apprend alors qu'il investit dans un terrain à Venice Beach destiné à leur servir de pied‑à‑terre pour leurs créations. 

 

Les coulisses du film nous laissent découvrir les propositions de Jodie Foster lors de la scène à la banque. De son côté, Dennis Hopper reste détendu et cool avec son équipe. 

 

Enfin, cet immense passionné d'art contemporain ouvre les portes de sa résidence de Venice à des journalistes. La visite guidée donne lieu à une petite initiation aux œuvres de Keith Haring, George Herms, Micheal Heizer, Llyn Foulkes ou encore Bruce Conner, un cinéaste expérimental que Hopper affectionne particulièrement. C'est aussi l'occasion de découvrir l'affiche originale de The Last Movie, son second film réalisé en 1971. Taos, petite ville du Nouveau‑Mexique dans laquelle le cinéaste choisit de s'installer à l'époque et de monter ce western post‑moderne (dans sa résidence de Mud Palace) lui servira de décorum pour Backtrack.

Note bonus : 3/6
Image

Ça commence plutôt mal avec des fourmillements en veux‑tu en voilà, autant sur les décors que les visages. Et puis cela s'améliore peu à peu pour arriver à une jolie lisibilité bien que la photographie reste très blanche. Un petit manque de saturation qui n'enlève rien à la belle photographie d’Ed Lachman et au pouvoir d'attraction de cette nouvelle restauration HD qui efface l'image un peu brouillée que l'on gardait du film.

Top image : aucun
Note image : 4/6
Son

Une VO stéréo classique mais tendue, remplie d'informations sonores à tous les niveaux. Le rendu est clair et immersif. Beaucoup moins de naturel et d'incarnation en VF. On n'est pas surpris.

Top son : aucun
Note son : 4/6



PLANNING
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
Eva Green - Camelot, la légende du roi Arthur saison 1
https://www.avcesar.com/source/interview/127/photo_0547183008.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/143/photo_0727170802.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/170/photo_1215120005.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/166/photo_0804204009.jpg
eva-green
eric-rochant
anthony-hopkins
sarah-jessica-parker
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011
Accepter les cookies
Accepter
Refuser