Licorice Pizza

Année : 2021
Réalisateur : Paul Thomas Anderson
Interprètes : Cooper Hoffman, Alana Haim, Bradley Cooper, Sean Penn, John C. Reilly, Tom Waits
Éditeur : Universal
BD : BD-50, 133', zone B
Genre : comédie, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 01/06/22
Prix ind. : 19,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français DTS 5.1
Anglais DTS‑HD Master Audio 5.1
Anglais Audiodescription
Allemand DTS 5.1
Sous-titres
Français, anglais, allemand, espagnol, néerlandais, tchèque
Amazon
19,99  €
Fnac
19,99 €
Rakuten
19,99 €

Los Angeles en 1973. Lycéen de 15 ans, Gary Valentine (Cooper Hoffman) séduit une femme un peu paumée, Alana (Alana Haim), de dix ans son aînée. Gary, acteur dans une sitcom à succès, convie Alana au tournage d’un épisode, filmé en direct à New York. Lors des prises de vues, Gary fait l’andouille et perd son job. Pas de quoi décourager l’entreprenant jeune homme qui, avec Alana, se lance dans une affaire de matelas à eau que le duo espère juteuse…

 

Alana Haim, la révélation du film

Silencieux depuis Phantom Thread (2017), Paul Thomas Anderson revient au cinéma avec une modeste production, récit personnel et plongée dans le Los Angeles de son enfance. Une immersion qui, sur fond de romance improbable, permet au réalisateur de filmer avec une constante tendresse ses deux comédiens débutants. Deux figures juvéniles formées par l'épatante Alana Haim ‑claire révélation du film‑ ainsi que Cooper Hoffman, fils du regretté Philip Seymour Hoffman qui a tant tourné avec Paul Thomas Anderson (Boogie NightsMagnolia).


Des apparitions surprises

Devant la caméra de « PTA » évoluent aussi de savoureux seconds rôles. Tels la star de ciné Jack Holden (Sean Penn) en quête de sa vigueur perdue et surtout le personnage de Jon Peters, compagnon de Barbra Streisand et amateur bas du front d’arts martiaux, campés par un Bradley Cooper hilarant. À noter aussi, le discret passage de troisièmes couteaux incarnés par George DiCaprio (oui, le père de) ou Sasha Spielberg (oui, la fille de).


Rien n'est impossible

Cette culbute dans une époque révolue s’avère un peu plus qu’un fantasque coup d’œil dans le rétroviseur. Avec Licorice Pizza (Pizza à la réglisse) ‑terme d'argot désignant les disques vinyles LP‑ on n’est certes pas face à la précision millimétrée d’un Phantom Thread ou d’un There Will be Blood. Ici, la trame est un peu lâche et quelques scènes trop longues (la cascade de Holden). Mais ce que le récit de Paul Thomas Anderson égare en acuité, il le gagne en énergie en croquant, tel un fruit mûr, la hardiesse et l’incandescence d’une jeunesse à qui rien n’est impossible.

François Coulaud - Publié le 13/06/22
Liste des bonus
- Essai de caméra (4')
- La scène de Monsieur La Paluche (2')
- La pub « Fat Bernie's » (1')
- Coulisses du tournage  (11')


Commentaire

Ce sont surtout les coulisses de tournage, tout aussi tendres et doux que le flm, qui méritent le détour. Mixant diaporama, bout de film comme des souvenirs de vacances, répétitions et plein de petits moments volés, on plonge en plein tournage avec « PTA », bien loin des grosses productions qui font toujours tout mieux que tout le monde. Un bon moment.

Note bonus : 4/6
Image

Paul Thomas Anderson et son co‑directeur photo Michael Bauman évitent le piège de la mise en image vintage. Les deux techniciens ont jeté aux orties les filtres et traitements numériques désormais de rigueur en post‑production. Licorice Pizza est non seulement filmé en 35 mm mais profite aussi d'optiques d'époque (voir les essais de caméra dans les bonus). Et ce soin technique ne s'avère pas une inutile coqueterie. Il opère comme un charme la cure de jouvence espérée en conférant aux images un grain, une lumière, des couleurs et même une texture (scènes au crépuscule) beaucoup plus authentiques.

Top image : aucun
Note image : 4/6
Son

Une bande‑son elle aussi très délicate, bercée par quelques titres savammrnt choisis, de David Bowie à Sonny & Cher en passant par Donovan ou encore Seals and Crofts. Une plongée dans le début des Seventies qui apporte là encore authenticité et souvenirs réactivés. La VO DTS‑HD Master Audio 5.1 apporte une générosité évidente comparée à la VF simple DTS qui annule tout le jeu en dentelle des comédiens.

Top son : aucun
Note son : 4/6



899€ 1499€
il y a 11 jours
879€ 1049€
il y a 11 jours
PLANNING
20/07/22 L'aventurier
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
Matt Dillon - Wayward Pines
https://www.avcesar.com/source/interview/160/photo_1145102402.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/151/photo_0557184527.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/170/photo_1215120005.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/145/photo_1133162811.jpg
matt-dillon
lars-lundstrom
anthony-hopkins
mads-mikkelsen
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011
Accepter les cookies
Accepter
Refuser