Minuit dans l'univers

The Midnight Sky
Année : 2020
Réalisateur : George Clooney
Interprètes : George Clooney, Felicity Jones, Kyle Chandler, Caoilinn Springall
Éditeur : Netflix
VOD : 118'
Genre : drame, couleurs
Interdiction : - de 12 ans
Sortie : 23/12/20
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
HD 2 160p (HEVC)
HDR Dolby Vision
HDR10
16/9
Bande-son
Français Dolby Digital Plus 5.1
Français audiodescription
Anglais Dolby Digital Plus 5.1
Anglais audiodescription
Allemand Dolby Digital Plus 5.1
Allemand audiodescription
Espagnol Dolby Digital Plus 5.1
Espagnol audiodescription
Portugais Dolby Digital Plus 5.1
Portugais audiodescription
Voir plus
Sous-titres
Français, anglais, allemand, espagnol, arabe

Avec son dernier film, l’acteur et réalisateur George Clooney s’essaie au récit d’anticipation post‑apocalyptique teinté de SF. L’essai semble sincère, mais au final, trop long et dénué d'émotion.


Excellent acteur quand il est filmé par les frères Coen (O'Brother, Burn After Reading) ou Soderbergh (la saga Ocean, Hors d’atteinte), son bilan de réalisateur est plus mitigé même si Good Night and Good Luck (2005) et Les marches du pouvoir (2011) étaient des films engagés plutôt convaincants. En tout cas, Clooney le réalisateur n’a pas encore tourné le film qui fera date dans sa carrière derrière la caméra, et ce n’est pas avec Minuit dans l’univers qu’il franchira le cap.

 

Pour son septième film en tant que réalisateur, il choisit d’adapter le best‑seller apocalyptique de Lily Brooks‑Dalton (Good Morning, Midnight) qui se déroule en 2049 et met en scène une Terre ravagée par le réchauffement climatique (ou un virus, on ne sait pas très bien). Alors que les derniers survivants sont contraints de se réfugier sous terre, le scientifique Augustine (Clooney), doublement condamné par une maladie, préfère vivre ses derniers instants en surface, enfermé dans un laboratoire de l'Arctique. Chaque jour, il essaie d'entrer en contact avec des astronautes en mission dans l'espace depuis des années. L'apparition soudaine d'une petite fille égarée va le sortir de sa torpeur dépressive.


La barbe hirsute, le regard triste, Clooney est tout à fait convaincant dans la peau de ce scientifique au bout du rouleau, mais peine malgré tout à capter l'émotion du spectateur, la faute à un scénario qui ne parvient pas à faire émerger des enjeux dramatiques clairs pour son personnage principal et à une structure faussement complexe en flash-back. L’encéphalogramme émotionnel reste désespérément plat. Tous les bons ingrédients étaient pourtant là dès le début…

 

Au final, malgré certains plans magnifiques (la déferlante de météorites en hommage à Gravity ?) et un message humaniste salutaire, le manque d'enjeu et la lourdeur des rares dialogues, le tout surligné les violons d'Alexandre Desplat, parachèvent le sentiment de passer à côté du sujet. Sans compter quelques détails techniques agaçants comme l'absence de vapeur d’eau et de gaz carbonique au sortir de la bouche de Clooney en plein Arctique, ou encore sa survie humainement impossible suite à sa chute dans l’eau glacée…


À noter que le résumé officiel de Netflix expédie une heure de film pour se concentrer sur deux minutes d’un enjeu dramatique perdu au milieu des autres. La preuve supplémentaire d'un joli flou artistique.

Cédric Melon - Publié le 08/01/21
Liste des bonus
- Bande-annonce


Commentaire

Rien à signaler donc.

Note bonus : 0/6
Image

Un rendu inégal où toutes les séquences intérieures sont magnifiquement éclairées grâce au HDR Dolby Vision (parfois trop même, certaines manquent de réalisme) et où les effets spéciaux varient en fonction de l'importance de la scène. Évidemment, les plans dans l’espace sont magnifiques et élégants. Bien plus réussis que la scène en scooter des neiges en pleine tempête.

Top image : aucun
Note image : 4/6
Son

Avec ce film très axé sur l'intime hormis quelques séquences, la spatialisation n'est clairement pas remarquable. Les reliefs sont en général peu appuyés et certains dialogues quasi inaudibles. Mais c'est surtout la partition originale de Desplat qui plombe le film tant sa présence est massive et son thème larmoyant trop appuyé.

Top son : aucun
Note son : 3/6



76€ 99€
il y a 14 heures
29€ 59€
il y a 17 heures
349€ 449€
il y a 17 heures
PLANNING
27/01/21 Judo
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
François-Charles Bideaux - directeur de la production des chaînes sport, groupe Canal+
https://www.avcesar.com/source/interview/159/photo_0855101528.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/151/photo_0557184527.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/135/photo_0315184326.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/161/photo_1108160423.jpg
francois-charles-bideaux
lars-lundstrom
sidse-babett-knudsen
priyanka-chopra
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011