Succession saison 3

Année : 2021
Créateur : Jesse Armstrong
Interprètes : Jeremy Strong, Brian Cox, Kieran Culkin, Sarah Snook, Matthew Macfadyen, Hiam Abbass, Nicholas Braun,
Éditeur : OCS
VOD : 9 x 56'
Genre : drame, couleurs
Interdiction : - de 12 ans
Sortie : 18/10/21
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.78
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Anglais Dolby Digital 2.0
Sous-titres
Français

Après deux saisons exceptionnelles (voir Succession 1 et 2) se concluant sur un final magistral et deux ans d’absence, la suite de la phénoménale série ne déçoit pas même si elle n’est pas encore tout à fait (la presse n'a pas pu voir les derniers épisodes) à la hauteur des deux claques précédentes.


Retardée pour cause de pandémie, cette saison 3 a créé une attente rarement vue depuis quelques années dans le monde de la série, d’autant que la saison 2 se terminait de manière tonitruante avec un rebondissement d’anthologie (on imagine d'ailleurs mal cette saison ne pas faire aussi fort dans ses ultimes secondes).  

 

La guerre des Roy

La saison 3 reprend donc juste après « l'événement » qui a laissé tout le monde sous le choc, et cette fois, la guerre entre Logan Roy et ses quatre enfants, prêts à tout pour prendre le contrôle de l’empire paternel, est vraiment déclarée. Deux camps s’opposent à couteaux tirés. D’un côté Logan Roy (sublime Brian Cox), le patriarche qui ne veut pas renoncer à son empire. De l’autre, Kendall Roy (Jeremy Strong, toujours aussi brillant) qui a refusé d’être l’agneau sacrifié et compte désormais destituer son père, quel qu’en soit le prix. Entre les deux, les autres frères et sœurs, Siobhan (Sarah Snook), Roman (Kieran Culkin) et Connor (Alan Ruck), ne savent plus à quel « salopard » se vouer.

 

La puissance des silences

Ce qui frappe d'emblée, c’est le faux rythme qui s'empare de la narration de cette nouvelle saison. En comparaison des épisodes précédents, à peu près tous fulgurants, les auteurs ont sans doute profité du temps suspendu imposé par le Covid pour se réorganiser presque exclusivement autour des comédiens et leur jeu ciselé, peaufinant les dialogues à la virgule près et laissant même d'impressionnants silences envahir l'écran. À commencer par celui, mémorable, entre Logan et Kendall au bord de l'océan, où la frontière entre vérité et mensonges qui s'estompe complètement les projette en plein doute. Un parti pris rendu possible grâce à des comédiens tous de haute volée, gérant fractures, punchlines et body langague avec brio.

 

Personnages au bord de la folie pure

Au final, cette saison 3 peut se résumer à une lutte d’ego à huis clos, certes brillante, mais parfois en manque d'action. Nul doute qu'un ou plusieurs de ces personnages au bord de la folie pure finiront déclencher les mécanismes d'une machinerie infernale…

 

En attendant, HBO vient de renouveler la série pour une saison 4 qui sera probablement la dernière. Les scénaristes l'ont dit, ils veulent pouvoir s’organiser narrativement et véritablement se lâcher. Une sortie, vu l'historique de la série, que l'on ne peut difficilement imaginer loupée. 

Cédric Melon - Publié le 14/11/21
Liste des bonus
- Résumé saison 2
- Teaser et trailer saison 3
- Qui mange qui ?  (3')


Commentaire

Un très court montage sur les moments forts de cette saison agrementé de mini interviews. C'est mieux que rien mais ça ne reste pas grand‑chose.

Note bonus : 1/6
Image

Adieu yachts, avions, palaces et autres chalets grand luxe, tout se joue ici presque à huis clos, soit dans des appartements feutrés, soit au siège de la compagnie. Tout est soigné jusque dans les moindres détails, le jeu des couleurs (bleu, brun, beige) est subtil et il ne manque pas grand‑chose pour accéder au paradis de la série. Plus d'ampleur peut‑être, de grandiose, d'exceptionnel. Techniquement en tout cas, c'est impeccable.

Top image : aucun
Note image : 5/6
Son

Tous les personnages étant extrêmement bavards, tchatcheurs voire bonimenteurs, la partie sonore est essentiellement axée sur leurs joutes verbales. Les punchlines toujours aussi percutantes s'enchaînent, comme les « fuck off », sorte de marque de fabrique de la série dont il faut absolument profiter en VO, au risque de perdre tout ce qui fait son essence. On adore malgré la simple piste stéréo.

Top son : aucun
Note son : 4/6



299€ 699€
il y a 3 jours
484€ 899€
il y a 4 jours
PLANNING
07/12/21 Petite maman
07/12/21 Metropolis
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
François-Charles Bideaux - directeur de la production des chaînes sport, groupe Canal+
https://www.avcesar.com/source/interview/159/photo_0855101528.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/127/photo_0547183008.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/157/photo_0253124723.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/138/photo_0315185626.jpg
francois-charles-bideaux
eva-green
stefano-sollima
pascal-laugier-et-louis-thevenon
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011
Accepter les cookies
Accepter
Refuser