Smartphone

Oppo Reno4 5G

Par Michel Brunet - Publié le 23/02/21
Mustav
Prix indicatif : 499 € TTC
Note AVCesar.com
Type : Smartphone
Stockage : 128 Go
Caméra : 48 + 8 + 2 Megapixels
Selfie caméra : 32 Megapixels
Dimensions (L x H x P) : 159,3 x 74 x 7,8 mm
Poids : 0,183 kg
L’essentiel

Avec ses nombreux partenariats sportifs qui l’ont rapidement fait connaître et une politique de développement qui s’est d’abord appuyé sur le haut de gamme voire le très haut de gamme, Oppo est sans nul doute une des marques les plus ambitieuses du moment. Depuis ses premiers pas en France (ils ne datent officiellement que du mois de juin 2018), Oppo a considérablement élargi sa gamme produits basée sur trois familles de smartphones capables de convenir tous les budgets : la série A pour l’entrée de gamme, la série Reno pour le milieu de gamme et enfin les modèles Find qui viennent coiffer l’offre de la marque asiatique.

 

 

Le constructeur est aussi le porte‑étendard de la 5G et se donne pour mission de démocratiser l’accès à cette technologie de télécommunication qui continue de faire couler beaucoup d’encre. Et son dernier‑né, le Reno4 5G affiché au prix de 500 € environ, illustre parfaitement la stratégie et la volonté d’Oppo. Il vient donc se placer entre les segments milieu de gamme et haut de gamme et est proposé, en France, en une seule configuration mémoire : 8 Go de mémoire vive et 128 Go de stockage, mais en deux coloris, noir spatial et bleu galactique.

 

Discrétion et élégance

L’Oppo Reno4 5G n’est pas forcément un smartphone sur lequel on se retourne. Ses lignes demeurent plutôt classiques, plus encore dans sa livrée noire alors que la robe bleu irisée donne du peps à ce design sage. Il apparaît relativement compact, ce qu’il n’est pas vraiment puisque son écran offre la confortable diagonale de 6,4 pouces. Bien entendu, les designers de la marque ont cherché (comme les autres) à réduire au maximum les bordures autour de la dalle qui bénéficie de la protection d’une vitre en verre Gorilla Glass 5. Cet effort est surtout remarquable en haut et sur les côtés, le talon, autrement dit la bordure du bas, demeurant à peine plus large. Oppo revendique pour cet écran un taux d’occupation de la façade d’un peu plus de 90% mais notons que ce chiffre est ramené à 84,7% par des spécialistes ayant réalisé leurs propres mesures. Toujours est‑il que lorsque l’on a le smartphone face à soi, l’impression d’immersion est bien là. Précision, le Reno4 5G dispose d’une double caméra frontale qui prend place dans un poinçon un peu large forcément (cf. photo ci‑dessous).

 

 

Reno4 5G, la façade

La dalle de cet écran s’appuie sur la technologie Amoled avec une fréquence de rafraîchissement de 60 Hz, il faudra donc se tourner la version Pro ou Z du Reno4 5G si l’on souhaite mieux. Sa définition est tout ce qu’il y a de plus classique, en Full HD+ soit ici 1 080 x 2 400 pixels. Cela donne une belle densité de 409 points par pouce. Oppo a opté pour un format 20/9 qui permet de conserver un smartphone assez étroit afin que les mains les moins grandes aient une bonne préhension.

 

 

Reno4 5G, le dos

L’arrière du smartphone est lui aussi d’une discrétion absolue. Nous voilà face à une plaque de verre qui vient très légèrement se courber sur ses bords. Les trois caméras sur lesquelles nous reviendrons sont alignées verticalement dans un bloc rectangulaire qui accueille aussi le flash LED et la fenêtre de l’autofocus. Le tout ne dépasse que légèrement et s’intègre vraiment bien au dos du terminal. Les flancs du Reno4 5G sont en métal de la même couleur que le reste du smartphone. Nous retrouvons à gauche les deux touches permettant d’ajuster le volume et à droite le bouton de mise sous tension. Puisque l’essentiel est dans les détails, Oppo a particulièrement soigné ce bouton.

 

 

L’emblématique liseré vert est bien présent et la surface est suffisamment proéminente pour être trouvée à l’aveugle. La tranche inférieure accueille simplement le connecteur USB‑C, l’absence de prise casque mini‑Jack 3,5 mm est donc véritablement en passe de devenir la norme. 

 

Cœur de l'Oppo Reno4 5G

L’Oppo Reno4 5G s’appuie sur la plateforme Qualcomm Snapdragon 765G épaulée par une puce graphique Adreno 618, une mécanique devenue très classique dans cette gamme de prix. Cette puce est gravée en 7 nm comme pour son grand frère le Snapdragon 865. Elle intègre un cœur Kryo 475 Prime cadencé à 2,4 GHz qui entre en action lorsqu’il s’agit de faire parler la poudre, un cœur Kryo 475 Gold à 2,2 GHz et enfin six cœurs Kryo 475 Silver. Une architecture complexe pensée pour offrir un savant compromis entre puissance et frugalité. Ce Snapdragon 765G est associé à 8 Go de mémoire vive LPDDR4 cadencée à 2 133 mégahertz.

 

 

Nous n’avons bien entendu pas manqué de soumettre l’Oppo Reno4 5G à notre batterie de tests habituelle. Face à AnTuTu, ce smartphone obtient ainsi le score de 331 815 points contre 284 574 points pour le Google Pixel 4a ou encore 343 856 points pour un autre mobile Oppo, le Find X2 Lite (cliquez sur la référence produit pour découvrir son test complet par la rédaction d’AVCesar.com) également équipé d’un Snapdragon 765G. En ce qui concerne Geekbench 5, le nouveau venu surclasse d’une courte tête en revanche son cousin germain avec 607 et 1 762 points, respectivement en Single Core et en Multi Core. Enfin, nous avons lancé 3DMark Single Shot Extreme afin d’évaluer les performances de ce smartphone pour les jeux. Il atteint le score de 3 296 points contre 1 855 pour le Pixel 4a.

 

Pour le stockage, il faudra faire avec les 128 Go proposés en interne car le smartphone ne dispose pas d’emplacement pour une carte mémoire micro‑SD.

 

Capacités photo et vidéo

L’Oppo Reno4 5G embarque trois caméras. Le module principal est un grand‑angle qui équivaut à un caillou 26 mm argentique. L’optique f/1,7 est couplée à un capteur 48 mégapixels. La seconde caméra est l’incontournable ultra grand‑angle qui est ici capable d’embrasser une scène sur 119 degrés. Elle utilise un capteur 8 mégapixels. Le troisième module photo met à contribution son capteur 2 mégapixels pour amener des informations plus précises sur la profondeur de champ et réaliser des portraits affichant un effet bokeh réussi. Le smartphone dispose d’une stabilisation numérique et peut filmer jusqu’en [abc]Ultra HD[/abc] 4K à 30 images par seconde et [abc]1 080p[/abc] à 30, 60 et 120 images par seconde.

 

 

Zoom sur la connectivité

L’atout majeur expliquant le succès de la plateforme Qualcomm 765G réside dans le fait qu’elle intègre un modem 5G. Il s’agit en l’occurrence du X52 qui se montre logiquement un peu moins performant que le X55 équipant les spécimens hauts de gamme mais qui est se montre largement surdimensionné face au réseau mobile actuel. En effet, il peut atteindre 3,7 Gb/s en download et 1,6 Gb/s en upload. En attendant la diffusion de la technologie 5G, vous pourrez bénéficier d’une 4G là aussi à la hauteur avec cette fois un débit, toujours maximal et théorique, de 1,2 Gb/s. Nous retrouvons pour le reste les fonctions NFC, Bluetooth 5.1 et enfin Wi‑Fi 802.11ac.

 

Recharge ultrarapide

Oppo se targue d’être un spécialiste de la recharge ultrarapide et ce Reno4 5G enfonce le clou dans le milieu de gamme puisqu’il embarque la technologie SuperVOOC 2.0. Avec son bloc secteur de 65 W, il serait capable selon la marque de retrouver 60% de sa charge en 15 minutes et 100% en 36 minutes. Si la batterie affiche une très correcte capacité de 4 000 mAh, le Reno4 5G fait en revanche l’impasse sur la recharge sans‑fil.

 

Concurrence

Rarement nous avons vu une nouvelle technologie descendre aussi rapidement en gamme que la 5G. Preuve que c’était vraisemblablement le relais de croissance que toute l’industrie attendait. Quelques semaines après son arrivée sur les très haut de gamme facturés plus de 1 000 €, de nombreuses marques ont lancé des smartphones 5G à moins de 500 euros. Dans ce segment fortement concurrentiel, le Reno4 5G d’Oppo pourrait créer la surprise mais la lutte sera sévère avec notamment Xiaomi.

Fiche technique
Type : Smartphone
Écran : 6,4"
Résolution : 2 400 x 1 080 px
Stockage : 128 Go
Batterie : 4 020 mAh
RAM : 8 000 Mo
Processeur : Qualcomm Snapdragon 765G (ARM, 2,4 Ghz, 8 cœurs, 8 000 Mo RAM)
Ecran : OLED (tactile capacitif, 2 400 x 1 080 pixels)
Lecteur d'empreinte : oui
Réseau : 5G, Wi-Fi ac, Bluetooth 5.1 + EDR, NFC
Caméra : capteur arrière 48 + 8 + 2 Megapixels avec flash, capteur avant 32 Megapixels
 
Connectique : , port USB OTG, lecteur de carte sans
Compatibilité : MP3, WMA (via app. tiers), AAC (via app. tiers), Ogg (via app. tiers), Flac (via app. tiers), résolution maximum Ultra HD (2160 lignes), Divx, WMV, Mpeg2 (via app. tiers), Mpeg4
Fonctions : magasin d'applications universel, UPnP (via app. tiers), tuner (, T-DMB), standard vidéo automatique, PAL 50 Hz, NTSC 60 Hz, désentrelacement (vidéo/film)
Finition : noire ou bleue
Dimensions (L x H x P) : 159,3 x 74 x 7,8 mm
Poids : 0,183 kg
ph image
Verdict technique

Pour 500 €, l’Oppo Reno4 offre donc à son utilisateur des lignes réussies très bien servies par un assemblage rigoureux et des matériaux premium. Son processeur est suffisamment puissant pour l’immense majorité des utilisateurs et sa partie radio compatible avec la fameuse 5G est propice à affronter l’avenir pour les années à venir. Sa partie photo manquant de polyvalence sera vite oubliée grâce à sa charge SuperVOOC super‑rapide.

 

 

Ergonomie

En optant pour un format d’écran plutôt allongé, le 20/9 en l’occurrence, le Reno4 conserve une largeur acceptable pour les mains les plus petites. Cela permet donc une bonne tenue, ce qui permet de limiter les risques de chute. De plus, la main ne devra pas s’étirer pour aller chercher les différentes touches matérielles dont l’emplacement est bien pensé. Du moins pour les droitiers. Même si le quart supérieur de l’écran est assez haut, ce smartphone demeure agréable à utiliser. Son dos plat ne provoque pas d’inconfort particulier. Comme souvent, nous trouvons que le capteur biométrique intégré à l’écran est un peu bas. Notre pouce doit faire un petit effort de contorsion pour aller le chercher.

 

 

Dommage car il fonctionne parfaitement. Il lit à merveille nos empreintes pour un déverrouillage instantané du système. Le smartphone d’Oppo dispose en prime de la technologie de reconnaissance faciale extrêmement véloce à défaut peut‑être d’être la plus sûre. Le poids d’un peu plus de 180 g est dans les standards actuels. Ce n’est certes pas un poids‑plume mais rien de véritablement rédhibitoire est à noter. Preuve s’il en est que nos mains se sont habituées aux grands et lourds smartphones. Rien à redire sur la qualité de fabrication. Les différents éléments jouissent d’un ajustement ultra‑précis et les matériaux premium présentent bien. Sans surprise, le verre Glossy au dos du Reno4 sera rapidement maculé de traces de doigt. Dommage aussi qu’il n’y ait pas d’étanchéité au programme ni même un semblant « officiel » de résistance aux projections d’eau.

 

60 Hz pour l'écran

L’écran de l’Oppo Reno4 s’appuie donc sur une dalle Amoled 6,43 pouces. Nous retrouvons fort logiquement toutes les qualités intrinsèques liées à cette technologie d’affichage. Le contraste est extrêmement élevé (800 000:1) et le tout résiste bien aux reflets en extérieur. La dalle est bien aidée en cela par sa luminosité élevée, la marque indique 430 nits en condition normale, 600 nits en plein soleil et un pic lumineux à 800 nits. La différence avec les écrans des modèles plus haut de gamme se retrouve autour de la couverture des gammes de couleurs qui n’atteint pas les 100% du DCI‑P3 et de l’absence de l’affichage HDR (cf. photo ci‑dessous). Les couleurs sont plutôt agréables et précises. ColorOS, la surcouche d’Android développée par Oppo, offre de nombreuses possibilités de réglages qui permettront aux utilisateurs les plus pointilleux de parfaire le rendu.

 

 

 

Quant à la limitation de la fréquence de rafraichissement à 60 Hz, elle apparaîtra surtout aux personnes ayant déjà eu entre les mains des smartphones offrant un taux de 90 Hz ou 120 hertz. Pour les autres, cette carence ne leur sautera donc pas aux yeux. Le Reno4 permet d’apprécier les vidéos en haute définition de toutes les plateformes de SVOD car il est compatible avec la fameuse DRM Widevine L1. Les deux caméras frontales viennent forcément ternir un peu le spectacle car le poinçon prend un peu de place. Au final ce n’est pas si grave, leur emplacement correspondant en effet très souvent aux bandes noires entourant les vidéos 16/9 placés sur un écran 20/9.

 

Section sonore

Le chapitre consacré au son sera bref car cet aspect n’est pas au cœur de la proposition de ce mobile. En effet, il n’embarque qu’un seul haut‑parleur placé dans la tranche inférieure à côté de la prise USB‑C, la prise casque analogique étant passée à la trappe. L’unique transducteur présente cependant bien avec une bonne puissance et une bonne résistance à la saturation lorsque l’on monte le volume. Des qualités suffisantes pour suivre dans de bonnes conditions un épisode de série mais bien entendu pas pour écouter de la musique.

 

 

Comme quasiment tous les smartphones Oppo, nous retrouvons la technologie Dolby Atmos qui transparaît au travers de la présence d’un unique panneau de commande. Quatre réglages sont accessibles : Musique, Jeu, Théâtre et Intelligent. C’est ce dernier qui est activé par défaut : il adapte automatiquement le réglage en fonction de l’utilisation. Tous les formats audio sont supportés. En ce qui concerne la puce Bluetooth 5.1 signée Qualcomm, elle est compatible avec les codecs SBC/AAC/APT‑X / APT‑X HD/ APT‑X TWS et LDAC.

 

Expérience fluide et Android 11 au menu

Comme les mesures issues de nos différents benchmarks le suggèrent, la différence en termes de puissance brute entre le Snapdragon 765G et le 865 est plutôt importante. Elle se manifestera surtout dans le cadre d’utilisations « extrêmes » comme le montage de vidéo UHD 4K et face à des jeux. Mais force est de constater qu’au quotidien cette mécanique est largement suffisante. Au cours de notre test, nous n’avons pas relevé de latence, de ces petits micro‑ralentissements qui viennent un peu gâcher l’expérience utilisateur. Les applications se lancent rapidement et l’ensemble des menus apparaissent avec la même vélocité. Les prises de vues s’enchaînent rapidement et les retouches dans Snapseed dégagent la même impression de fluidité y compris lorsque nous traitons des photos 48 mégapixels.

 

 

Nous avons par ailleurs un peu retardé la sortie de notre test pour bénéficier de la mise à jour ColorOS 11 qui est aussi synonyme d’Android 11. Ce duo est réellement très agréable, icônes et menus sont clairs et immédiatement compréhensibles. Les débutants pourront très rapidement prendre en main leur nouveau smartphone. Comme toujours chez Oppo, les utilisateurs avancés trouveront aussi leur bonheur avec de nombreuses possibilités de paramétrage. Le mode Sombre est séduisant et ColorOS propose un mode Alway On riche en possibilités (cf.  troisième photo ci‑dessus).

 

Focus sur les prises de vue

Pour la photo, le capteur principal 48 Mpxls est le classique et maintenant un peu ancien Sony IMX586. Bien entendu, par défaut, le Reno4 laisse la technologie Pixels Binning opérer. En fusionnant quatre pixels en un, cela permet d’optimiser le rendu des clichés lorsque la lumière manque. Les photos font donc au final 12 mégapixels. En extérieur, le Reno4 s’en sort très bien avec des clichés offrant un bon piqué grâce à des traitements numériques plutôt maîtrisés. Une fois n’est pas coutume, c’est aussi le cas lorsque nous activons l’IA. Les couleurs sont boostées mais nous n’aboutissons pas pour autant à un résultat totalement surnaturel. L’autofocus est à la fois précis et rapide.

 

 

Autre bon point, le tableau est tout aussi bon lorsque la lumière se fait plus rare (cf. photo ci‑dessus). Le bruit numérique résultat de la montée en Iso est maîtrisé et la balance des blancs permet d’obtenir une photo tout à fait exploitable. Le smartphone dispose d’un mode Ultra HD qui réalise des clichés de 12 032 x 9 024 pixels soit 108 Mpxls environ. Il s’agit du procédé exactement inverse du mode Pixels Binning puisque chaque pixel est ici multiplié par quatre. À titre de comparaison, une même scène photographiée en 12 Mpxls pèse 3,3 Mo contre 16,6 Mo en Ultra HD. Ce mode n’apporte à nos yeux pas grand‑chose à part peut‑être zoomer dans l’image pour faire une photo type macro… Il faudra alors bénéficier de beaucoup de lumière.

 

 

La seconde caméra est l’incontournable ultra grand‑angle (cf. photo ci‑dessous). Si les photos réalisées semblent plutôt correctes de prime abord, en y regardant de plus près un certain manque de piqué apparaît et la dynamique n’est pas à la hauteur de celle de la caméra principale. En revanche, la déformation optique est contenue. Cet ultra grand‑angle s’en sort encore relativement bien en intérieur avec un éclairage artificiel soutenu même si sans surprise il avoue rapidement ses limites de nuit.

 

 

Les portraits tirent bénéfice de la présence d’un troisième module photo qui vient mesurer avec une grande précision la profondeur des champs. Résultat des courses, le détourage du sujet est précis et le flou de l’arrière‑plan est agréable. Même satisfecit du côté de la caméra frontale qui dispose il est vrai d’un impressionnant capteur 32 mégapixels ! Nous avons particulièrement apprécié la retranscription du grain de peau.

 

Performances vidéo

Oppo mise aussi beaucoup sur les capacités vidéos de son Reno4. Pour cela, il dispose de plusieurs technologies essentiellement basées sur des traitements numériques : mode Nuit, mode Ultra Stable 3.0, mode Cinéma (réglages manuels et captation en 21/9)… Avec en prime de nombreux filtres créatifs et l’application de montage Soloop.

 

D’une manière générale, le Reno4 réalise de belles vidéos nettes et fluides avec une bonne dynamique et un piqué pleinement satisfaisant. La stabilisation fait du bon travail et le mode Ultra Stable 3.0 améliore légèrement les choses. Légèrement seulement mais rappelons qu’il ne s’agit que d’un artifice logiciel. Sinon, le mode Nuit permet de retrouver des informations et rendre visible un sujet mais c’est au prix d’un rendu pas vraiment naturel avec des couleurs étranges.

 

Recharge supersonique

La capacité de la batterie de l’Oppo Reno4, avec 4 000 mAh, n’impressionne plus vraiment en 2021. Ce chiffre n’est certes pas honteux mais il n’est pas non plus exceptionnel. Ce qui l’est en revanche, c’est la vitesse avec laquelle cet accumulateur va se charger. Nous avons pu reproduire les performances annoncées par la marque avec 35 minutes pour passer de 0 % à 100% de charge. Cela va très vite et apparemment sans trop de risque : nous n’avons pas relevé de chauffe excessive que ce soit du côté smartphone ou du côté adaptateur secteur. Cette technologie inaugurée sur le Find X2 Pro (cliquez sur la référence produit pour découvrir son test complet par la rédaction d’AVCesar.com) descend donc en gamme et c’est tant mieux !

 

 

Bien entendu, l’autonomie du Reno4 dépendra beaucoup de l’intensité de votre utilisation. Dans notre cas, nous avons pu utiliser ce smartphone de 7h00 à 13h00 le lendemain. À moins d’être véritablement accros au jeu Fornite, le Reno4 devrait a minima donc vous accompagner une très grosse journée.

 

Conclusion

L’Oppo Reno4 est un très bon smartphone qui ne manque vraiment pas de qualités, mais il débarque dans un segment largement encombré. Saura‑t‑il trouver sa place face à des concurrents parfois mieux équipés, du moins sur le papier, notamment dans le domaine de la photo ? Ce nouveau modèle manque peut‑être de saillant, de fonctions ou qualités capables de faire parler de lui.

 

A contrario, et c’est aussi une force, c’est un modèle homogène et cohérent, sans défaut rédhibitoire. Sa partie photo est maîtrisée mais il lui manque un téléobjectif. Quant à son écran, il est bon, très bon même une fois quelques réglages faits mais de nombreux concurrents proposent pour le même prix du 90 Hz voire du 120 hertz. Vous l’aurez compris, si le Reno4 ne sort pas du lot, c’est un terminal travailleur, qui ne rechigne jamais à la tâche et qui répond à l’immense majorité des besoins des consommateurs. Un peu cher au tarif affiché de 499 €, compte tenu des remarques sur ses concurrents, il devient en revanche beaucoup plus intéressant avec le bénéfice de l’offre de remboursement de 100 € proposée par la marque jusqu’au 31 avril.

+ Les points forts
»  
Excellentes finitions
»  
Snapdragon 765G en pleine forme
»  
8 Go de Ram
»  
Bonne autonomie
»  
Caméra principale convaincante
»  
Vitesse de charge impressionnante
»  
Bel écran…
- Les points faibles
»  
…mais seulement en 60 Hz
»  
Pas de téléobjectif
»  
Pas de prise casque
»  
Pas de micro‑SD
»  
Prix un peu élevé
999€ 1490€
il y a 7 jours
20€ 69€
il y a 1 mois
121€ 249€
il y a 1 mois
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

ACTUALITÉS POPULAIRES
TESTS MATÉRIEL POPULAIRES
N°01
N°02
N°03
N°04
N°05
Accepter les cookies
Accepter
Refuser