Le chant du loup

Année : 2019
Réalisateur : Antonin Baudry
Interprètes : François Civil, Matthieu Kassovitz, Reda Kateb, Omar Sy, Paula beer, Alexis Michalik
Éditeur : Pathé
BD : 1 UHD-99 + 1 BD-50, 115', toutes zones
Genre : thriller, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 26/06/19
Prix ind. : 29,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
UHD 2 160p (HEVC)
HDR10
16/9
Bande-son
Français Dolby Atmos
Français Dolby TrueHD 7.1
Français DTS‑HD Master Audio 2.0
Audiovision
Sous-titres
Français pour sourds et malentendants
Amazon
28,90 €
Rakuten
22 €
Fnac
29,99 €

Chanteraide (François Civil) a le don extraordinaire de reconnaître chaque son qu’il entend. Jeune recrue de la Marine nationale, l’Oreille d’or, comme on le surnomme, va pourtant commettre une grave erreur lors d’une mission périlleuse…


Premier long métrage d’Antonin Baudry (l’ancien diplomate a co‑scénarisé Quai d’Orsay de Tavernier en 2013), Le chant du loup entend puiser dans la réserve anxiogène des thrillers sous‑marins US type À la poursuite d’Octobre rouge, USS Alabama, K19. Porté par une séquence inaugurale remarquable dans laquelle chaque son peut devenir un danger de mort, le film excelle dans l’exploitation de la tension en huis clos. Son point faible : déléguer une mission militaire de grande envergure à un équipage qui peine à distiller l’énergie collective et la cohésion dans son interprétation, Reda Kateb et Matthieu Kassovitz font pourtant ce qu’ils peuvent… Un premier film néanmoins prometteur.

Carole Lépinay - Publié le 16/07/19
Liste des bonus
- Rencontre avec le public, échanges avec Anthony Baudry, Reda Kateb et François Civil (28')
- Entretien autour du film avec Matthieu Kassovitz et Omar Sy (12')
- Making of des prises de vues sous‑marines (10')
- Blu-Ray du film


Commentaire

Après la projection du film au Forum des images en février 2019, le réalisateur et deux de ses acteurs principaux ont pu interagir avec le public. Baudry évoque sa passion pour les sous‑marins et raconte la genèse de sa première fiction et la nécessité de se documenter auprès d'experts afin d'appréhender un sujet aussi complexe. Absolument étrangers à cet univers, Reda Kateb et François Civil racontent leur immersion dans « le monde du silence ».

 

Après avoir avoué à Matthieu Kassovitz (grand fan du genre) qu'il n'a jamais vu le classique de John McTiernan, Omar Sy présente son personnage et trouve génial que des héros français soient sollicités pour sauver le monde.

 

Enfin, on réalise l'incroyable déploiement logistique autour des prises de vues sous‑marines, rien n'est laissé au hasard et l'équipe technique nous convie à plonger avec elle dans le feu dans l'action.

Note bonus : 3/6
Image

Un film de sous‑marins en France de cette envergure, il fallait oser. Bravo à Pathé et à Antonin Baudry qui ont su faire coïncider leur vision du film pour un rendu à l'image ultra‑crédible. Parfois cadré un peu serré pour éviter d'accroître encore davantage les dépenses, le film parvient à faire illusion la plupart du temps, l'explosion de l'hélico restant le seul véritable passage délicat (il apparaît toutefois ici moins cheap qu'au cinéma, des retouches numériques auraient‑elles été opérées entre‑temps ?). 

 

Discrète mais efficace et surtout harmonieuse, la 4K UHD (Digital Intermediate 4K, master retouché par le réalisateur et son étalonneur pour la sortie vidéo) apporte des lumières artificielles électriques et anxiogènes dans les salles de commandement à bord des sous‑marins, avec une forte prédominance des rouges et des bleus massifs pour encore plus de tension, sans toutefois tomber dans la figure de style esthétisante.

 

Un parti pris qui aboutit à des scènes extérieures naturelles presque brutes (les noirs ne sont pas outranciers ni durs mais servent clairement à faire ressortir les couleurs), et à une précision indiscutable des visages, souvent filmés de près et bardés des reflets colorés provenant de l'environnement ambiant. Un rendu au final réaliste, solide, qui ne vacille jamais.

Top image : aucun
Note image : 6/6
Son

Sans le son, pas de film. Partie intégrante du récit, l'univers sonore des hommes à bord et en dehors est parfaitement retranscrit en Dolby Atmos avec une précision implacable et des détails multiples et variés que l'on se surprend à chercher dans tous les recoins de la pièce. Un jeu de pistes sonore très immersif qui nous place littéralement dans la tête et les oreilles de Chanteraide. 

 

La mise en scène de Baudry et son travail avec les équipes de Skywalker Ranch sont à cet égard une grande réussite, complétés par tous les éléments aquatiques habituels (baleines, torpilles, sonars, dauphins, on imagine à peine toute la collection de sons qui ont présidé à leur élaboration…) et une bande‑son suffisamment organique et discrète pour se fondre dans le décor. 

 

Sans doute la partie la plus intéressante du film (retravaillée et remixée par le réalisateur et son mixeur pour la sortie vidéo) qui, en DTS‑HD Master Audio 2.0, n'a malheureusement plus rien à voir… Un film qui plus est doté de basses et d'infragraves qui vont vibrer les carlingues en Dolby Atmos, splendide. 

Top son : aucun
Note son : 6/6



PLANNING
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Jesse Tyler Ferguson - Modern Family saison 2
https://www.avcesar.com/source/interview/134/photo_1022184229.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/170/photo_1215120005.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/144/photo_0912120302.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/133/photo_1014195601.jpg
jesse-tyler-ferguson
anthony-hopkins
melissa-george
maggie-q
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011