Zack Snyder's Justice League

Steelbook limité collector
Année : 2021
Réalisateur : Zack Snyder
Interprètes : Ben Affleck, Gal Gadot, Henry Cavill, Jason Momoa, Ezra Miller
Éditeur : Warner
BD : 1 UHD-99 + 1 UHD-66 + 2 BD-50, 232', zone B
Genre : super-héros, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 09/06/21
Prix ind. : 29,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.33
UHD 2 160p (HEVC)
HDR10
4/3
Bande-son
Français Dolby Atmos 5.1
Français Dolby TrueHD 5.1
Français Dolby Digital 5.1
Anglais Dolby Atmos 5.1
Anglais Dolby TrueHD 5.1
Anglais Dolby Digital 5.1
Anglais Audiodescription
Allemand Dolby Atmos 5.1
Allemand Dolby TrueHD 5.1
Allemand Dolby Digital 5.1
Allemand Audiodescription
Italien DTS‑HD Master Audio 5.1
Polonais Dolby Digital 5.1
Espagnol Dolby Digital 5.1
Tchèque Dolby Digital 5.1
Voir plus
Sous-titres
Français, anglais/allemand/italien pour sourds et malentendants, espagnol, néerlandais, espagnol, chinois, tchèque, danois, finnois, grec, hongrois, norvégien, polonais, roumain, suédois, coréen

Petits rappels aux distraits et oublieux avant d'évoquer cette œuvre bizarre qu’est ce Zack Snyder’s Justice League. Mémo histoire d’abord : Superman mort (Batman Vs Superman), Batman (Ben Affleck) tente de réunir une équipe de super‑héros pour lutter contre une nouvelle menace extraterrestre. Si Wonder Woman (Gal Gadot) se joint rapidement au justicier de Gotham, l’Atlante Aquaman (Jason Momoa) joue les farouches, tout comme le cyborg Victor Stone (Ray Fisher) ou l’ultrarapide Flash (Ezra Miller).


Mémento ciné aussi. Justice League, démarré par Zack Snyder en avril 2016 après une gestation très compliquée (le film était quand même annoncé en… 2007 !) a été une énorme épine dans le flanc du réalisateur. Si l’on met de côté les innombrables conflits et réécritures imposées par Warner Bros, y compris l’arrivée impromptue du scénariste Joss Whedon (Buffy contre les vampires), Zack Snyder a dû abandonner en catastrophe la post‑production du film en plein montage. S'il a quitté le navire avant l'arrivée, ça n'était pas par caprice mais en raison du suicide de sa fille Autumn en mars 2017. Zack Snyder’s Justice League est d'ailleurs dédié à la disparue.


Désormais piloté et lourdement réécrit par Whedon, encore en odeur de sainteté à l’époque, le film initial a muté avec presque deux mois de tournage supplémentaires non prévus. Au final, malgré ses 300 millions de dollars de budget, Justice League (lire notre critique du film à l’époque) s’avérait une œuvre bancale, incohérente par rapport à ses postulats initiaux et ridiculement copiée sur l’équation action‑humour qui avait si bien réussi aux films Marvel. C’est peu dire que les fans avaient été déçus.


Dans un mouvement de groupe rare, les fans affligés par la créature boiteuse accouchée par Whedon ont tempêté pour obtenir une version Zack Snyder. Après des dizaines de milliers de signatures, des mouvements d’humeur en plein comité d’entreprise Warner, le limogeage de cadres à l’origine de l’arrivée de Whedon et le soutien actif d’une large partie du casting, cette version Snyder a finalement vu le jour.


Le réalisateur a ainsi récupéré toutes les scènes coupées au montage et même pu gratter quelques dizaines de millions pour retourner une douzaine de minutes inédites, ajouter des tonnes de nouveaux effets spéciaux, particulièrement sur le méchant Steppenwolf, l’alien à la tête de l’attaque extraterrestre contre la Terre. Et surtout balancer à la benne l’intégralité des scènes filmées par Joss Whedon.


Alors, que vaut cette version Zack Snyder, attendue pendant tant d’années ? On pourrait passer la nuit à comparer les deux versions, les douzaines de scènes rajoutées et/ou filmées différemment. Mais il suffira finalement de quelques arguments pour vous convaincre que voir cette nouvelle version, que vous ayez ou non vu le torchon livré par Whedon, s’impose.


On se lance : dans la version Snyder, tous les personnages, y compris le méchant, ont un background et une histoire. Incroyable : les pathétiques silhouettes agitées par Whedon avaient donc une âme, des regrets, des conflits. Un peu de matière, certains des failles… Pas du Shakespeare certes mais des tensions importantes à tout récit. Les personnages sont par ailleurs tous mieux filmés, mieux présentés. Un seul exemple : Wonder Woman, au lieu d’être un simple prétexte à d’innombrables plans fessiers (version Whedon), retrouve une dimension guerrière et surtout une dignité héroïque cohérente avec le premier film centré sur l’Amazone.

 

Plus important encore, cette fois (version Snyder), ce n’est pas un seul héros qui sauve l’affaire (version Whedon) mais la défaite alien est vraiment le fruit d’un travail de groupe. Tous les personnages prennent leur part, y compris Aquaman, Victor Stone et Flash, jadis (version Whedon) réduits à encaisser des pains et lancer des punchlines nulles.


Plus qu’un film alternatif plus puissant et plus violent, Zack Snyder livre un film divergent. Discordant jusque dans la forme puisque le réalisateur a choisi de filmer sa version en 4/3 et de découper son récit en chapitres pour mieux se différencier de la version ciné originale.

 

Sans pour autant devenir une œuvre du calibre de The Dark Knight, Justice League est métamorphosée. S'ensuit un long récit (242 minutes) ‑sans doute un peu trop au regard de ses enjeux‑ mais le spectateur ne s’y ennuiera pas une minute. D’autant moins qu’il n’est, contrairement à la version Whedon, jamais pris pour un semi‑débile.

 

C’est donc bien une vraie histoire héroïque, intense et remuante, peuplée de personnages dotés d'épines dorsales et d'une vraie intrigue enrichie d’innombrables clins d’œil à l’univers DC qui est présentée. L'existence même de cette version Snyder est un vrai miracle. Une anomalie dans le Hollywood indigent qui prévaut aujourd’hui. Un tel phénomène se doit d’être dégusté et apprécié comme il se doit.

François Coulaud - Publié le 31/05/21
Liste des bonus
- Making of  (25')


Commentaire

Un making of assez passionnant en compagnie du principal intéressé. Zack Snyder revient en 25 minutes, accompagnées d'images du tournage, sur l'histoire du film et ceux qui sont liés, sa vision globale transunivers des super‑héros, sa méthodologie (il storyboarde lui‑même le film entièrement en amont pendant deux ou trois mois), ses références cachées (soyez attentif au moindre logo et inscription… tout fait sens). Passé ce doc, impossible de dire que le Monsieur ne sait pas ce qu'il fait.

Note bonus : 3/6
Image

Mélange d'argentique 35 mm, d'Imax 70 mm et de séquences 100% numériques, ce Justice League 2021 en 4K native (quand même !) aligne pas mal de nouveautés tournées grâce à un budget additionnel de 70 millions de dollars, dont 2 650 plans supplémentaires à effets spéciaux et des changements de design de plusieurs personnages. 

 

Largement de quoi faire oublier les (nombreux) aléas d'une telle entreprise laissant apparaître des rendus tout‑numériques à peine crédibles, qui ont toutefois le bon goût de ne durer que quelques secondes. Le début du film avec les Amazones est tristoune, brouillon, marron gris… Bof. Mais plus loin, les lumières extrêmes (éclairs de Flash, lumières de Cyborg notamment) font fureur en 4K UHD (deux disques 4K pour 4 heures de film, cela faisait longtemps…).

 

Tout comme les touches de couleurs qui percent magnifiquement un ensemble volontairement très noirci et désaturé. Les noirs sont d'ailleurs toujours aussi brillants (malgré la perte du HDR Dolby Vision) et les reflets encore plus éblouissants. Un résultat visuellement pulp qui fourmille de détails, nous bombarde à chaque instant d'un trop‑plein d'images et d'éléments visuels qui se télescopent. Boursoufflé oui, mais fun. Une prouesse vu le barouf.

 

Moralité : déjà excellent techniquement côté 4K, le précédent Justice League est battu par cette version new look et sa 4K certes décalée par rapport aux autres films mais singulière. Personne ne sera déçu de ce côté‑là. Enfin pas tout à fait on imagine, puisque l'on sent déjà poindre les mécontentements de certains spectateurs au sujet du nouveau format 4/3 et ses barres verticales noires visibles sur grand écran 16/9. Pas de recadrage selon le souhait du réalisateur, mais rassurez‑vous, on s'y fait très bien.

Top image : aucun
Note image : 6/6
Son

Sans surprise, comme sur le précédent film, les pistes Dolby Atmos VOST et VF « envoient du bois » et offrent le meilleur spectacle possible avec des effets tout hauteur qui prolongent le plaisir au‑delà des murs de votre salon. Spatialisation, dynamique des effets sonores et des musiques (partition signée de Tom Holkenberg), ambiances géniales, c'est un carton plein en accord avec le nouvel univers visuel du film. À noter toutefois que la VF Atmos paraît sensiblement moins impactante en termes sonore que la VO.

 

Après s'être fait bercer les oreilles par l'Atmos, difficile d'évaluer correctement un plus classique DTS‑HD Master Audio 5.1 sans lui trouver tous les défauts du monde… Dans les faits, ces pistes sont très convenables mais n'offrent qu'une partie du spectacle. On reste néanmoins circonspects sur les choix artistiques des voix françaises (Aquaman notamment).

Top son : aucun
Note son : 5/6



"; } function loadGA(){ loadAds(); var e=document.createElement("script");e.type="text/javascript",e.src="https://www.googletagmanager.com/gtag/js?id="+GA_ID,head.appendChild(e),(e=document.createElement("script")).type="text/javascript",e.textContent="window.dataLayer = window.dataLayer || []; function gtag(){dataLayer.push(arguments);} gtag('js', new Date()); gtag('config', '"+GA_ID+"' );",head.appendChild(e)} function cookieAccepted(){ console.log("cookieAccepted()"); $("body").removeClass("bodyRGPDNotAccepted");domCookie&&setTimeout(function(){domCookie.style.display="none"},hideDelay) let r=localStorage.getItem(refuseCookie); tb=new Date(r); if( r && tb-now>0) { domRefuse.style.display="block"; domCookie.style.display="none"; } else { loadGA(); } } function checkCookieAccept(){ console.log("checkCookieAccept()"); $("body").addClass("bodyRGPDNotAccepted"); let r=localStorage.getItem(refuseCookie); tb=new Date(r); if(tb-now>0) {cookieAccepted(); } let e=localStorage.getItem(idCookie),t=new Date(e);e?t-now>0?cookieAccepted():localStorage.removeItem(idCookie):domCookie&&(domCookie.style.display="block") } function acceptCookie(){ if(localStorage.getItem(idCookie)) { localStorage.removeItem(refuseCookie); } localStorage.getItem(idCookie)||(localStorage.setItem(idCookie,expirationDate),cookieAccepted())}checkCookieAccept(),domCookieAccept&&domCookieAccept.addEventListener("click",acceptCookie); });
Vous avez choisi de refuser les cookies du site
Accepter les cookies
En refusant le dépôt de cookies lors de votre navigation sur notre site, vous réduisez sensiblement la part de revenus complémentaires liés à la publicité utiles à la rémunération de l’équipe de journalistes d’AVCesar.com. En effet, AVCesar.com et ses partenaires peuvent, indépendamment ou conjointement, déposer lors de votre passage sur ce site des cookies et technologies similaires. Pour plus d’informations, consulter notre politique de confidentialité (NDFL : ça débouche sur quoi ?)

À l’exception de ceux nécessaires au fonctionnement du site ainsi que, sous certaines conditions, à la mesure d’audience, les cookies et technologies similaires ne peuvent être déposés qu’avec votre consentement (modifiable à tout moment en accédant à notre outil de paramétrage des cookies).

Que se passe-t-il si je refuse ?

Si vous refusez les cookies publicitaires, vous pourrez accéder au site. Mais le refus de certains cookies est susceptible de dégrader des fonctionnalités du site (exemple : lecture des vidéos). AVCesar.com pourrait aussi afficher lors de votre navigation un bandeau pour solliciter de nouveau votre consentement.
Accepter
Refuser