Zone hostile

Outside the Wire
Année : 2021
Réalisateur : Mikael Hafström
Interprètes : Anthony Mackie, Damson Idris, Emily Beecham, Michael Kelly, Enzo Cilenti
Éditeur : Netflix
VOD : 115'
Genre : anticipation guerrière, couleurs
Interdiction : - de 16 ans
Sortie : 15/01/21
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.75
HD 2 160p (HEVC)
HDR Dolby Vision
HDR10
16/9
Bande-son
Français Dolby Digital Plus 5.1
Anglais Dolby Digital Plus 5.1
Anglais audiodescription
Allemand Dolby Digital Plus 5.1
Espagnol Dolby Digital Plus 5.1
Portugais Dolby Digital Plus 5.1
Sous-titres
Français, allemand, arabe, espagnol, anglais

Dans un futur proche, Thomas Harp (Damson Idris), un efficace pilote de drone militaire, est sanctionné pour avoir désobéi à des ordres directs. Transféré sur un terrain de guerre européen ravagé par Victor Koval (Pilou Asbæk), un sbire des Russes, Harp est placé sous les ordres d’un officier, Léo (Anthony Mackie). Léo est chargé d’opérations de renseignement en territoire ennemi et, ainsi qu’Harp le constate vite, il est surtout un androïde ultra‑perfectionné secrètement déployé par l’armée américaine. Les deux équipiers découvrent que Victor Koval tente de mettre la main sur un vieux système soviétique de lancement de missiles nucléaires...

 

À voir cette nouvelle superproduction Netflix, on a plusieurs certitudes. Celles que le réalisateur suédois Mikael Hafström (Chambre 1408, Le rite) a visionné encore et encore le thriller Training Day et le récit de SF Chappie tant Zone hostile louche dans la forme et dans le fond sur ces aînés. Des « inspirations » qui ne sont pas forcément une mauvaise chose... si l’on trouve une manière originale de les exploiter.

 

Hélas, Zone hostile, qui s’annonçait comme une réflexion potentiellement passionnante sur la guerre du futur et la place des intelligences artificielles, s’avère surtout un luxueux capharnaüm. Un bazar à gros budget au design bricolé, parfois doté de bons effets spéciaux (les soldats robotiques baptisés Gumps) et ponctué de séquences d’action plutôt efficaces. Restent par contre sur le carreau toute esquisse d’ambiance, et pire, d'émotion, pourtant au cœur des discussions des deux héros. Ajoutez à cela des erreurs d'écriture étonnantes tel le méchant Victor Koval (Pilou Asbæk exfiltré de Game of Thrones et Borgen), simple McGuffin expédié en moins de deux minutes, des personnages secondaires à peine esquissés (Emily Beecham, Michael Kelly) et deux principaux protagonistes inexpressifs qui bloquent toute tentative d’identification ou d’implication du spectateur.

 

Lorsque, dans son dernier tiers, le récit prend une accélération après un coup de théâtre, on regrette que Mikael Hafström n’ait par contre pas revu Ex Machina, voire quelques films de Christopher Nolan, pour mieux exposer ses nouveaux enjeux et la relecture in fine du film. Zone hostile s’achève dans un grand n’importe quoi scénaristique qui, à défaut de faire palpiter, laisse au spectateur une nouvelle certitude : il a gaspillé 1h55 de vie.

François Coulaud - Publié le 26/01/21
Liste des bonus
- Aucun


Commentaire

Comme d'habitude avec Netflix mais là, exceptionnellement, cela n'est pas plus mal.

Note bonus : 0/6
Image

Le directeur photo Michael Bonvillain (Cloverfield, Bienvenue à Zombieland) signe ici de jolis effets de lumière et des images aussi propres en intérieur qu'en extérieur. Ces dernières profitent en prime d'une légère désaturation des couleurs pour leur conférer une allure plus documentaire qui s'avère un précieux appui lors des scènes d'action. Du beau travail bien qu'un peu impersonnel. Le master Digital Intermediate 4K est quant à lui impeccable. 

Top image : aucun
Note image : 4/6
Son

Du bon gros son en VOST, avec une très bonne spatialisation, une belle dynamique et des impacts très convaincants (merci les graves) durant les nombreuses séquences de combat. La VF est de qualité au niveau des voix ‑avec un choix discutable mais explicable‑ d'une voix plus jeune pour le personnage incarné par Damson Idris. Par contre, cette piste française propose un encodage qui semble bizarrement plus brouillon : dès que « ça chauffe », tout s'emmêle avec en prime un manque de pêche sur les sonorités les plus graves (explosions notamment). VOST obligatoire donc.

Top son : aucun
Note son : 5/6



999€ 1490€
il y a 7 jours
20€ 69€
il y a 1 mois
121€ 249€
il y a 1 mois
PLANNING
24/09/21 Luca
29/09/21 Tina
29/09/21 The Servant
01/10/21 Ti Minh
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
https://www.avcesar.com/source/interview/138/photo_0315185626.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/140/photo_0412164405.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/162/photo_0347144329.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/150/photo_0520115613.jpg
pascal-laugier-et-louis-thevenon
florent-siri
leila-bekhti
kevin-bacon
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011
Accepter les cookies
Accepter
Refuser