Funeral Killers

Chen mo de zheng ren
Année : 2019
Réalisateur : Renny Harlin
Interprètes : Nick Cheung, Richie Jen, Zi Yang, Carlos Chan, Shu-liang Ma
Éditeur : Swift
DVD : DVD-9, 90', zone 2
Genre : action, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 15/07/20
Prix ind. : 14,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
SD 576i (Mpeg 2)
16/9
Bande-son
Français Dolby Digital 5.1
Français Dolby Digital 2.0
Cantonnais Dolby Digital 5.1
Cantonnais Dolby Digital 2.0
Sous-titres
Français
Amazon
4,39  €
Rakuten
8,60 €
Fnac
10 €

Lors d’une orageuse nuit de Réveillon, Chen (Nick Cheung), le légiste de la morgue de Hong Kong, s’apprête à faire ses adieux à Qiao (Zi Yang), son assistante appelée à rejoindre le prestigieux institut médico‑légal de Pékin. Le duo est seul en compagnie d’un débonnaire vigile, Jin. Soudain, trois individus armés et masqués font irruption. Ils exigent que Chen charcute un cadavre arrivé le jour précédent pour en extraire une balle, visiblement compromettante. Entre Chen, Qiao et les étranges braqueurs, un mortel jeu du chat et de la souris s’engage.

 

Cette petite production asiatique bénéficie d’un scénariste et d’un réalisateur improbables. À l’écriture, on retrouve David Lesser, ex‑plumitif de la série Madame est servie. Derrière la caméra, le Finlandais Renny Harlin. Ce dernier, jadis prometteur cinéaste d’action hollywoodien (Cliffhanger, 58 minutes pour vivre alias Die Hard 2), se refait depuis quelques années une santé en Asie après une série de gros échecs publics (Driven, L’île aux pirates) et quelques nanars (Peur bleue, La légende d’Hercule). Avec une telle équipe, on pouvait légitimement craindre un crash absolu. Ce n’est pas le cas.


Harlin reste un excellent faiseur avec une prédilection pour les scènes d’action. Il le prouve une fois de plus ici, soutenu par le chorégraphe de combat Sam Wong, l’un des prodiges formés par l’équipe cascade de Jackie Chan. Et aussi surprenant que cela puisse paraître, le script de David Lesser ménage un grand nombre de rebondissements qui, s’ils ne brillent pas par leur originalité, maintiennent constamment le récit en tension et le spectateur en éveil. Dernier bon point : les personnages des deux légistes, clairement posés comme des intellos pas du tout adeptes des arts martiaux, s’avèrent non seulement décidés à élucider ce curieux braquage, mais surtout à utiliser tout ce qui leur tombera sous la main pour ne pas laisser faire les brutes.


Funeral Killers n’est pourtant pas exempt de critiques. Certaines séquences sont trop longues, quelques péripéties tirées par les cheveux (scène de la grue, scène de « torture ») voire carrément de mauvais goût (le flashforward de Chen). Et on peut aussi regretter que l’affrontement entre légistes et braqueurs reste uniformément physique alors qu’un peu de tension psychologique aurait pu améliorer le fond de sauce. On déplore surtout un épilogue piteux : les dix dernières minutes mélangent pêle‑mêle plusieurs vagues idées qui, empilées, n'offrent plus guère de sens.


En dépit de ces gros défauts, Funeral Killers reste un film assez distrayant, un quasi-huis clos filmé avec une efficacité brute de fonderie. Ce genre de divertissement est aujourd’hui complètement passé de mode, mais il faut reconnaître que, durant 80 minutes, on y trouve un vrai plaisir coupable.

François Coulaud - Publié le 09/02/21
Liste des bonus
- Aucun


Commentaire

Rien à signaler.

Note bonus : 0/6
Image

La photographie signée Anthony Pun s'avère élégante lorsqu'elle éclaire la nuit électrique de Hong Kong et parfaitement efficace à illuminer les différents environnements intérieurs de la morgue (chambre froide, salle d'ordinateurs, parking...). Bizarrement, le directeur photo est clairement moins inspiré lors des scènes, assez nombreuses, se déroulant dans les couloirs en clair‑obscur de l'institut médico‑légal. Une copie DVD propre.

Top image : aucun
Note image : 4/6
Son

Malgré l'indiscutable bonne volonté de l'équipe doublage, il n'y a vraiment pas de choix entre VF et VOST tant la piste française manque de pêche à tous les instants. La chose, patente durant tout le film, devient criante lors de l'explosif final du film. À noter toutefois que la VOST n'est pas irréprochable. Certains dialogues, lors d'une scène à mi‑parcours heureusement courte, sont presque étouffés, comme si la post‑synchro s'était déroulée derrière des épaisseurs de linge.

Top son : aucun
Note son : 3/6



PLANNING
30/06/21 Les chiens
30/06/21 Le mandat
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
Florent Siri - Otage
https://www.avcesar.com/source/interview/140/photo_0412164405.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/135/photo_0315184326.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/126/photo_0549181508.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/136/photo_0107121104.jpg
florent-siri
sidse-babett-knudsen
lucy-lawless
fabrice-gobert
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011