The Power of the Dog

Année : 2021
Réalisateur : Jane Campion
Interprètes : Benedict Cumberbatch, Kirsten Dunst, Jesse Plemons, Kodi Smit-McPhee, Frances Conroy, Thomasin McKenzie
Éditeur : Netflix
VOD : 128'
Genre : drame, couleurs
Interdiction : - de 16 ans
Sortie : 01/12/21
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
HD 2 160p (HEVC)
HDR Dolby Vision
HDR10
16/9
Bande-son
Français Dolby Digital Plus 5.1
Anglais Dolby Atmos
Allemand Dolby Digital Plus 5.1
Brésilien Dolby Digital Plus 5.1
Sous-titres
Français, arabe, allemand, espagnol

Au début du XXe siècle, dans le Montana, le prospère ranch Burbank est co‑géré par les frères George et Phil. George (Jesse Plemons), homme paisible et réfléchi, rêve d’une vie bourgeoise tandis que Phil (Benedict Cumberbatch), esprit vif mais hanté par un ami disparu, préfère rester proche des vachers de la propriété et du travail quotidien. George épouse Rose (Kirsten Dunst), entrepreneuse veuve et mère de Peter (Kodi Smit‑McPhee), un brillant jeune homme qui entreprend des études de médecine grâce au soutien de son nouveau beau‑père. La situation exaspère Phil qui a pris en grippe tout aussi bien Rose, qui vit mal l’isolement du ranch, que son fils qu’il juge trop efféminé. Lorsque Peter vient passer au ranch des vacances d’été, il découvre que sa mère, harcelée sournoisement par Phil, est devenue alcoolique…

 

Faux‑semblants

Pour ce premier long métrage Netflix, la réalisatrice et scénariste Jane Campion (Top of the Lake, La leçon de piano) met en place un machiavélique jeu de faux‑semblants. Sur un faux air de western, le récit semble s’orienter franchement sur une « simple » et brillante dissection à vif de la virilité toxique. Un programme déjà alléchant que Jane Campion magnifie grâce à une science sans faille du cadre et des lumières. Et surtout avec l’appui d’une interprétation magistrale de Benedict Cumberbatch.

 

Mais la réalisatrice a, en fait, d’autres projets. À peine le spectateur malmené par les va‑et‑vient entre les corridors suffocants du ranch et un environnement extérieur aussi grandiose que grisant, Jane Campion complexifie très subtilement son récit. À coups de touches délicates, le film devient aussi bien un portrait sophistiqué des personnages de Phil et de Peter que la chronique d’une tortueuse et perfide jonction entre les deux hommes.


Les fissures

Peu de choses sont verbalisées dans The Power of the Dog, et ce qui l’est n’est jamais exact. Dans un kaléidoscope insidieux, les faux‑semblants s’accumulent entre les personnages de Phil, Peter et Rose. Seul le débonnaire George, tout à ses prétentions d’ascension sociale, ne voit pas les drames discrets qui, telles des charges creuses, fissurent les postures, les rapports et la hiérarchie du ranch Burbank.


Impossible d'entrer dans les détails au risque de déflorer ce chef‑d’œuvre vénéneux. Mais une fois le récit achevé par un sourire à glacer le sang, une chose paraît certaine : Jane Campion est de retour. Au sommet de son art.

François Coulaud - Publié le 15/12/21
Liste des bonus
- Aucun


Commentaire

Rien à signaler et la chose, particulièrement pour une œuvre aussi somptueuse qu'atypique que The Power of the Dog, est mille fois regrettable.

Note bonus : 0/6
Image

La photographie signée par la directrice photo Ari Wegner (The Girlfriend Experience, Stray), très subtilement travaillée chromatiquement, s'avère aussi à l'aise dans les intérieurs confinés du ranch que dans les étendues pelées environnantes. Le coup de boost en lumière et intensité du HDR Dolby Vision semble littéralement taillé pour le film. À noter aussi, le travail délicat, et pour tout dire sublime, sur les lumières artificielles (scènes dans « l'atelier » de Phil).

Top image : aucun
Note image : 5/6
Son

À l'image du travail scénaristique et visuel, l'ouvrage sonore sait restituer, en VO Dolby Atmos tout particulièrement, l'immensité des lieux, les bruits naturels et les détails essentiels au récit. Par exemple, le labeur patient de Phil sur « sa  très symbolique corde tressée.

 

La musique, composée par Jonny Greenwood (There Will be Blood, Phantom Thread) reste discrète mais souligne, avec une grâce presque surnaturelle, les moments de bascule du récit.

 

La VF Dolby Digital Plus 5.1 est forcément moins disante en termes de dynamique mais s'avère d'excellente facture même si elle condamne le spectateur à perdre les infinies subtilités ouvragées par Benedict Cumberbatch en VO.

Top son : aucun
Note son : 5/6



2989€ 3999€
il y a 1 heure
349€ 499€
il y a 1 heure
1718€ 2999€
il y a 1 heure
PLANNING
19/01/22 Respect
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
Sidse Babett Knudsen - Borgen saison 2
https://www.avcesar.com/source/interview/135/photo_0315184326.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/161/photo_1108160423.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/166/photo_0804204009.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/138/photo_0315185626.jpg
sidse-babett-knudsen
priyanka-chopra
sarah-jessica-parker
pascal-laugier-et-louis-thevenon
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011
Accepter les cookies
Accepter
Refuser