The Lost Daughter

Année : 2021
Réalisateur : Maggie Gyllenhaal
Interprètes : Olivia Coleman, Dakota Johnson, Ed Harris, Peter Sarsgaard, Jessie Buckley
Éditeur : Netflix
VOD : 122'
Genre : drame, couleurs
Interdiction : - de 12 ans
Sortie : 31/12/21
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français Dolby Digital Plus 5.1
Anglais Dolby Digital Plus 5.1
Allemand Dolby Digital Plus 5.1
Espagnol Dolby Digital Plus 5.1
Portugais Dolby Digital Plus 5.1
Sous-titres
Français, anglais pour sourds et malentendants, allemand, portugais, espagnol

Durant des vacances solitaires en Grèce, Leda (Olivia Coleman), une prof d'université, observe sur une plage le duo formé par une jeune mère (Dakota Johnson) et sa fille. Le tandem vit au cœur d'un maelstrom formé par une famille bruyante et sans gêne. Mais l'intensité des relations entre la mère et son enfant ‑qui oscillent entre fusion et fatigue‑ obsède Leda et la replonge dans ses propres souvenirs de maternité précoce. Lors d'un incident ‑la soudaine disparition de l'enfant‑ Leda cède à un geste impulsif incompréhensible et vole l'objet chérit par la fillette. Celle‑ci est rapidement retrouvée saine et sauve. Mais Leda ne rend pas son larçin qui la confronte aux arbitrages intimes opérés jadis, entre son statut d'intellectuelle et la responsabilité de ses propres filles.

 

Exceptionnelle Olivia Coleman

Pour sa première réalisation, directement diffusée sur Netflix, Maggie Gyllenhaal (The Dark Knight, The Deuce) propose un formidable voyage au pays du féminin. Son navire, le film, s'appuie sur les écrits d'Elena Ferrante et vogue vers un horizon peu exploré, le sentiment maternel. Une émotion, un attachement que la société a longtemps considéré comme naturel et coulant de soi alors qu'il n'en est évidemment rien. Tel est d'ailleurs le cas pour la capitaine de The Lost Daughter, interprétée à fleur de peau par l'exceptionnelle Olivia Coleman (The CrownBroadchurch).

 

Des choix douloureux

L'actrice britannique trouve là certainement un de ses plus beaux rôles et livre une partition d'une subtilité et d'une fécondité infinies. On devine des vertiges derrière un cillement de paupières de Leda, un trouble se niche dans un frémissement de ses lèvres, une volonté inflexible se dévoile derrière un soudain redressement de la nuque. Au fil d'une évolution intime et amoureuse que dévoilent de splendides flashbacks, Leda va non tenter d'accorder ses prétentions intellectuelles et la survenue de ses enfants mais faire des choix. Douloureux pour elles comme pour d'autres mais néanmoins vitaux pour cette femme indépendante.


Un film au féminin 

Maggie Gyllenhaal, dont c'est ‑rappelons‑le‑ la toute première réalisation, parvient non seulement à traiter avec brio son sujet complexe mais aussi à infuser du féminin partout dans son œuvre (l'eau, la peau…). Mieux : le moindre cadrage, la plus petite séquence, sont conçues telles des gemmes sensorielles fragiles qui ne trouvent leurs réels sens et portée qu'une fois assemblées les unes aux autres.


The Lost Daughter est un vrai film d'auteure. Sa sensibilité, son originalité et l'absolue maîtrise artistique dont il témoigne gagent d'un avenir radieux pour Maggie Gyllenhaal. La discrète comédienne sera, c'est certain, l'une des futures grandes autrices du 7e art.

François Coulaud - Publié le 14/03/22
Liste des bonus
- Bande-annonce


Commentaire

Netflix oblige, rien ‑trois fois hélas‑ à signaler.

Note bonus : 0/6
Image

L'expérimentée directrice photo Hélène Louvart (Murina, D'une pierre deux coups) tire le meilleur parti du décor grec de l'intrigue. En jouant sur la granularité et différentes luminosités, elle parvient aussi à créer lors des flashbacks de soyeuses ambiances. La caméra toujours en mouvement signifie quant à elle autant le trouble que la volonté in fine d'aller de l'avant. Délicat et subtil.

Top image : aucun
Note image : 4/6
Son

Un travail sonore de bonne facture mais sans point vraiment saillant qui privilégie les voix et sait maintenir en arrière fond les ambiances. Le travail est plus singulier lors des flashbacks intimes où la piste sonore capte les soupirs et devient plus enveloppant pour mieux nourrir l'intimité des scènes. Même si la VF est d'assez bonne tenue, mieux vaut visionner en VOST pour profiter des merveilleuses et très parlantes variations d'intonation d'Olivia Coleman.

Top son : aucun
Note son : 3/6



PLANNING
18/05/22 Scream
18/05/22 Le proviseur
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
Maggie Q - Nikita saison 1
https://www.avcesar.com/source/interview/133/photo_1014195601.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/132/photo_0731173018.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/131/photo_0525105410.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/134/photo_1022184229.jpg
maggie-q
lucas-belvaux
joel-schumacher
jesse-tyler-ferguson
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011
Accepter les cookies
Accepter
Refuser