Joyeuse fin du monde

Silent Night
Année : 2022
Réalisateur : Camille Griffin
Interprètes : Keira Knightley, Lily-Rose Depp, Matthew Goode, Lucy Punch, Roman Griffin Davis
Éditeur : Metropolitan Film & Vidéo
BD : BD-50, 90', zone B
Genre : comédie dramatique, couleurs
Interdiction : - de 12 ans
Sortie : 23/09/22
Prix ind. : 19,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.39
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français DTS‑HD Master Audio 5.1
Anglais DTS‑HD Master Audio 5.1
Sous-titres
Français
Amazon
19,99  €
Rakuten
14 €
Fnac
19,99 €

L’histoire commence comme un traditionnel repas en famille à Noël dans la campagne anglaise. Tout le monde est réuni ‑les couples qui se disputent, les enfants agaçants, les pièces rapportées qui ne savent pas où se mettre‑ pour ce qui ressemble en apparence à une journée comme une autre. Sauf que le repas cette année se contente d’une seule pomme de terre par personne et qu’un certain malaise flotte derrière les conversations. Et pour cause : demain, l’humanité n’existera plus.

 

Éco‑anxiété dans l'assiette

Pour son premier long métrage, la réalisatrice Camille Griffin n’y est pas allée de main morte : c’est la fin du monde, rien que ça, qui s’invite dans le genre pourtant bien typé de la comédie anglaise et de ses familles bourgeoises qui se crêpent le chignon. Un postulat intéressant sur le papier, d’autant que l’apocalypse proposée par Joyeuse fin du monde résume toutes les anxiétés de notre époque, semblant venir en représailles au mode de vie d’une certaine partie de l’humanité : dépensière, polluante et insupportablement insouciante face aux destructions qu’elle cause. Et face à l’inévitable, le scénario dépeint de manière grinçante le petit manège absurde de ces personnages propres sur eux, qui tentent bien inutilement d’oublier leur fin imminente.

 

Comique noir

Malheureusement, Joyeuse fin du monde peine à savoir où aller une fois son postulat nihiliste posé (après une vingtaine de minutes intrigantes sur le ton du mystère). Dans un premier temps, le film paraît vouloir rester sur le registre de la comédie noire, avec ses discussions à couteaux tirées façon règlements de comptes, plutôt bien interprétés par son casting (on oubliera Keira Knightley ou Lily-Rose Depp, pas spécialement remarquables, pour se concentrer plutôt sur l’excellente Lucy Punch ou le jeune Roman Griffin Davis, fils de la réalisatrice vu dans Jojo Rabbit).

 

Mais l’humour peine à décoller face à la noirceur absolue de la situation, même quand le propos se fait un peu plus politique (« On aurait vraiment dû voter pour les écolos aux élections », se disent deux personnages désespérés en aparté), les scènes s’enchaînant sans jamais se défaire d’un sentiment de morne attente : quels enjeux comiques peuvent avoir des personnages ‑même british‑ qui se savent condamnés ? 

 

Vous allez aimer vos repas de famille

Face à cette impasse, le film tente d’amorcer progressivement un virage vers le drame. Mais ne nous ayant dépeint que des personnages caricaturaux, il est alors impossible de s’attacher réellement à eux, même dans les séquences les plus déprimantes.

 

Trop cynique pour émouvoir comme un Jusqu'à ce que la fin du monde nous sépare (dans lequel jouait déjà Keira Knightley !), trop simpliste pour prétendre rejoindre le Melancholia de Lars Von Trier, pas assez méchant pour régler son compte à la bourgeoisie comme dans les huis clos de Luis Bunüel, Joyeuse fin du monde patine et se contente de mettre mal à l’aise dans sa dernière demi‑heure, cafardeuse à souhait, qui montre tout ce petit monde en train de se préparer pour se suicider.

 

Et si le tournage s'est terminé juste avant la pandémie de Covid‑19 et que la réalisatrice a insisté sur le fait que son film n’était pas une allégorie sur la gestion des vaccins, la révélation médiocre sur laquelle s’achève le film laisse un sale goût en bouche. Difficile en l’état de recommander Joyeuse fin du monde à qui que ce soit, à part les sadiques qui voudraient casser l’ambiance la prochaine fois qu’ils font une soirée film en famille.

Émilien Villeroy - Publié le 03/10/22
Liste des bonus
- Scènes coupées (15')
- Trois fins alternatives (9')


Commentaire

Beaux exemples de l’importance du montage en bonus sur ce Blu‑Ray : on y trouve près d'un quart d'heure de scènes coupées, toutes laissées de côté ‑à juste titre‑ ainsi que trois fins alternatives (qui ne changent pas la conclusion, mais la façon dont celle‑ci est présentée) et qui auraient toutes été pires que celle qui achève déjà le film.

Note bonus : 3/6
Image

Une photo sans grande envergure. L’image reste cependant plutôt soignée pour la majorité du film, principalement les scènes de repas en journée. Le résultat est un peu plus à la peine dans le dernier tiers, avec quelques séquences de nuit vraiment trop sombres.

Top image : aucun
Note image : 4/6
Son

Derrière ses dialogues mis très avant dans le mixage, Joyeuse fin du monde propose une partition relativement discrète mais entrecoupée de quelques séquences musicales de danse allant de Michael Bublé à Irène Cara (et son Fame, dont le refrain est ici très ironique : « I’m gonna live forever » !).

Top son : aucun
Note son : 4/6



2299€ 3999€
il y a 3 jours
1099€ 2499€
il y a 3 jours
200€ 500€
il y a 3 jours
PLANNING
07/12/22 Music Hole
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
François-Charles Bideaux - directeur de la production des chaînes sport, groupe Canal+
https://www.avcesar.com/source/interview/159/photo_0855101528.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/140/photo_0412164405.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/144/photo_0912120302.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/162/photo_0347144329.jpg
francois-charles-bideaux
florent-siri
melissa-george
leila-bekhti
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011
Accepter les cookies
Accepter
Refuser