Mank

Année : 2020
Réalisateur : David Fincher
Interprètes : Gary Oldman, Amanda Seyfried, Lily Collins, Arliss Howard, Joseph Cross, Charles Dance
Éditeur : Netflix
VOD : 132'
Genre : drame historique, N&B
Interdiction : tous publics
Sortie : 04/12/20
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
HD 2 160p (HEVC)
HDR Dolby Vision
HDR10
16/9
Bande-son
Anglais Dolby Digital Plus 5.1
Français Dolby Digital Plus 5.1
Allemand Dolby Digital Plus 5.1
Espagnol Dolby Digital Plus 5.1
Portugais Dolby Digital Plus 5.1
Sous-titres
Français, anglais, allemand, espagnol, arabe

Mank, la nouvelle réalisation de David Fincher (Gone Girl, Seven, The Social Network) est proposée sur Netflix depuis le 4 décembre. Le long métrage filmé dans un splendide noir et blanc s’attache aux tribulations du scénariste Herman J. Mankiewicz lors du développement du script du Citizen Kane d'Orson Welles. Un scénario chef‑d’œuvre co‑crédité et co‑oscarisé avec Welles mais que Mankiewicz aurait pourtant écrit seul.


En 1940, Orson Welles se voit signer un blanc‑seing par la RKO en difficulté. Herman J. Mankiewicz, scénariste talentueux (Vainqueur du destin, Secret de femme), artiste acide et alcoolique, entame son travail dans les pires conditions. Il se remet péniblement d’un accident de voiture qui lui a laissé une jambe dans le plâtre. Isolé dans une villa avec une secrétaire patiente et privé de tord‑boyaux à la demande express de Welles, Mankiewicz alias Mank (Gary Oldman) entreprend un scénario dessinant un complexe et peu amène portrait d’un baron de la presse, William Randolph Hearst (Charles Dance), qu’il connaît bien. L’œuvre très insolente qui émerge trouve ses racines une décennie plus tôt, à un moment où Mank fréquentait la table de Hearst et nourrissait une romance platonique pour Marion Davis (Amanda Seyfried), la maîtresse du magnat.


Mank est un film assez compliqué à appréhender. Né d’un script signé par Jack Fincher, le père du réalisateur, dans les années 90, David Fincher espérait le tourner juste après The Game. Le destin en a voulu autrement : le père du cinéaste est mort en 2003, Fincher fils a enchaîné avec Fight Club puis Panic Room, et le scénario de Mank, très inspiré d’un écrit de l’influente sinon toujours pertinente critique Pauline Kael, a été retouché.


Aborder Mank s’avère une expérience un peu âpre en raison d’un enchevêtrement d’allusions visuelles, de dialogues très riches et d’une double narration temporelle (Mank dans les années 30 et Mank au moment de la rédaction du script dix ans plus tard). Mank fait d’innombrables évocations à Citizen Kane, tant dans l’éclairage, le montage que dans des détails d’image (l’éléphant en glace). Les salves de clins d’œil et hommages esthétiques et cinématographiques sont si nourries que le regard, de surcroît ravi par la somptueuse photographie noir et blanc d’Erik Messerschmidt (Mindhunter, Sicario la guerre des cartels), s’égare souvent. Et c’est un piège car, pendant ce temps, les dialogues extrêmement denses fusent et analysent tout à la fois les regrets, les failles et les constats cyniques de Mankiewicz. Autant d’éléments moteurs à la chronique même ainsi qu’à la psychologie complexe du héros.


Cette baroque orfèvrerie visuelle et narrative impose donc une attention très soutenue au spectateur, sans toujours lui laisser le temps d’un peu cogiter sur ce qu’il vient de voir (fabuleuse scène du dîner chez Hearst, impeccablement incarné par Charles Dance). Là est sans doute le principal défaut de Mank : ne jamais ralentir son tempo, ne jamais offrir une respiration pour faciliter la compréhension, laisser mûrir la réflexion contrairement à ce qu’avait sû faire Fincher pour d’autres histoires sophistiquées, qu’il s’agisse de Fight Club ou surtout Zodiac.

 

Car, pour le reste, on est soufflés par la précision de la scénographie ainsi que par un casting parfait, particulièrement Gary Oldman et la lumineuse et pétillante Amanda Seyfried. Loin d’être un objet d’intérêt pour les seuls cinéphiles, Mank aborde aussi des thématiques très actuelles sur le pouvoir, la propagande, les faux semblants et les compromissions qui trouvent un fort écho dans les péripéties politiques très récentes des États‑Unis. Mank n’est pas forcément un chef‑d’œuvre à l’égal de Zodiac mais il faudra sans doute plusieurs visionnages pour en tirer toute la moelle.

François Coulaud - Publié le 15/12/20
Liste des bonus
- Aucun


Commentaire

Rien, et là, au regard du film référence (Citizen Kane), d'un personnage peu connu du grand public (Mankiewicz) et d'une période complexe, c'est difficilement pardonnable.

Note bonus : 0/6
Image

Le directeur photo Erik Messerschmidt signe des images sublimes sachant à la fois jouer de lumières puissantes et de clairs‑obscurs oppressants. C'est le meilleur de la pellicule argentique qui est ici reconstitué. Hormis quelques scènes liminaires plus anecdotiques, c'est une splendeur de chaque instant sublimée par le HDR Dolby Vision qui fait briller ce N&B capté en 8K. Fincher semble avoir cependant parfois délibérément « sali » l'image avec du grain ou des « brûlures de cigarettes », les fameux repères pour projectionnistes déjà évoqués dans Fightclub.

Top image : aucun
Note image : 6/6
Son

Si la VF est de qualité avec une bonne adaptation littéraire des saillies cinglantes de Mankiewicz, la VOST reste néanmoins obligatoire. Car tous les acteurs, particulièrement Gary Oldman, Amanda Seyfried et Charles Dance, ont pris soin de travailler les accents de leur personnage. Oldman donne ainsi à Mankiewicz un ton un peu précieux et hautain que les voix françaises ne retranscrivent hélas pas du tout. En VO et VF, de bonnes ambiances et des efforts de spatialisation (le ventilateur dans la maison de Mank) et une dynamique énergique pour les passages musicaux signés Trent Reznor et Atticus Ross.

Top son : aucun
Note son : 4/6



76€ 99€
il y a 15 heures
29€ 59€
il y a 18 heures
349€ 449€
il y a 18 heures
PLANNING
27/01/21 Judo
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
Fabrice Gobert - Les revenants
https://www.avcesar.com/source/interview/136/photo_0107121104.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/162/photo_0347144329.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/129/photo_0549180108.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/169/photo_1102163720.jpg
fabrice-gobert
leila-bekhti
martin-scorsese
justin-theroux
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011