Le vidéoprojecteur ultracourte focale remplace le TV dans les salons

Un écran à miroir de Fresnel

Reste que, comme sur tout vidéoprojecteur, la luminosité et les contrastes de l’image que délivre un vidéoprojecteur ultracourte focale varie considérablement en fonction de l’écran qui lui est associé. Certes, si un simple mur blanc peut convenir, c’est loin d’être le choix le plus pertinent. En effet, au regard du placement du vidéoprojecteur, très près du mur, la lumière émise atteint donc celui‑ci avec un angle important, ce qui a pour conséquence de mettre en exergue ses défauts par un jeu d’ombres portées.

 

Un écran de projection s’avère donc fortement conseillé pour avec un vidéoprojecteur ultracourte focale. Là encore, si les écrans classiques conviennent dans un environnement sombre (pièce dédiée ou séance nocturne), pas de miracle en pleine journée avec la lumière ambiante, l’image apparaîtra fade et sans relief.

 

 

La solution est donc d’utiliser un écran CLR (Ceiling Light Rejecting), que l’on pourrait qualifier d’anti‑reflet. Pour faire simple, sa surface se comporte comme un miroir de Fresnel, c’est‑à‑dire un miroir qui réfléchit la lumière dans une direction différente de celle de sa surface (cf. infographies ci‑dessous). Une solution qu’exploitent, entre autres, certaines centrales solaires de production d’eau chaude. Pour cela, la surface de l’écran est parcourue de microscopiques stries horizontales courant sur toute sa largeur. Chacune de ces stries renferme un minuscule miroir orienté à 45 degrés. Bien qu’invisible avec une image affichée, cette structure offre un double avantage.

 

En premier lieu elle oriente très efficacement la lumière issue du vidéoprojecteur ultracourte focale vers les spectateurs et, d’autre part, elle s’oppose à la réflexion des lumières parasites, comme fenêtres ou luminaires, sur l’écran. À elle seule, la structure de Fresnel assure donc la double fonction de renforcement de la luminosité et de filtre anti‑reflet. Ainsi, contrairement à ce qui est le cas en vidéoprojection conventionnelle, il est possible de profiter du vidéoprojecteur en ambiance lumineuse « normale », exactement comme un téléviseur traditionnel. Le noir absolu pour bénéficier d’une image de qualité n’est plus un impératif.

 

À savoir, avec un vidéoprojecteur

ultracourte focale, mieux vaut utiliser

un écran de projection de type ALR pour minimiser les reflets et maximiser

la luminosité de l'image affichée.

 

Un tuner, comme sur un téléviseur

Voilà un point sur lequel les vidéoprojecteurs ultracourte focale se distinguent les uns des autres, la présence d’un tuner TV (DVB‑T2, DVB‑S2 et DVB‑C). S’il est absent, son utilisation sera dédiée aux séances cinéma ou au jeu vidéo et mieux vaut alors le destiner à une pièce dédiée, salle Home Cinéma ou de jeux. Présent, il remplacera au pied levé un téléviseur dans un salon.

 

Aujourd’hui, rares encore sont les spécimens équipés pour regarder les chaînes de télévision. Seules deux marques proposent véritablement de tels modèles en France, Hisense et Samsung avec, respectivement, les séries Laser TV et The Premiere. Et, pour rendre à César ce qui appartient à César, il faut bien reconnaître que Hisense a cru très tôt au concept avec un premier spécimen au salon CES de Las Vegas 2012, il y a presque une décennie, et plusieurs générations de produits commercialisés depuis. De son côté, Samsung a dévoilé ses produits lors du salon IFA de Berlin 2020 en septembre dernier, et la prise de parole de leader de l’électronique grand public sur cette catégorie de matériels prouve une chose, le constructeur coréen croit en leur potentiel commercial. Et ce n’est pas la rédaction d’AVCesar.com, fervent supporter de l’ultracourte focale qui côtoie ces produits depuis de longues années dans les salons à travers la planète, mais aussi régulièrement dans notre laboratoire/salle de test, qui dira le contraire.

 

Il faut rendre à César ce qui appartient à César. C'est le constructeur Hisense

qui fut le premier à proposer le concept du Laser TV. Où comment profiter

de l'ergonomie (télécommande, TV connecté…) et de l'image d'un très

grand téléviseur dans un encombrement minimum et un design abouti.

 

Et s’il fallait démontrer l’intérêt d’un tuner TNT embarqué, les périodes de confinement dues à la pandémie de Covid‑19 ont illustré les problèmes de débit pour profiter normalement des chaînes TV via ADSL ou même la fibre. Sans compter que si les Box et autres lecteurs réseaux remplacent de plus en plus la réception de la TNT, pouvoir accéder au réseau hertzien reste appréciable dans les zones ou le débit de la connexion internet est aléatoire… et elles sont encore malheureusement assez nombreuses.

 

 

Les mêmes fonctionnalités que sur un téléviseur

On retrouve aussi sur les Laser TV signés Hisense (nous n’avons pas encore eu les Samsung The Premiere en main) les mêmes spécificités et fonctionnalités que sur un téléviseur. Outre une connectique traditionnelle autorisant les interconnexions habituelles, telle que ports HDMI (d’obédience 2.0 donc limitées au 2 160p/60) ou entrées analogiques, les Hisense Laser TV disposent de la fonction Smart TV Vidaa U4, à l’instar des téléviseurs classiques de la marque. Le « Hub » de contenus offre donc, entre autres, un accès à Netflix, Youtube, Prime Vidéo, Molotov, Rakuten, etc.

 

Tout comme un classique téléviseur, les derniers vidéoprojecteurs ultracourte focale, Hisense en tête, intègrent une fonction Smart TV et toute la connectique pour raccorder lecteur 4K Ultra HD Blu‑Ray, console de jeu ou même système Home Cinéma multicanal.

  

De même pour la télécommande, celle des Laser TV est là encore identique à celle des TV Hisense avec des boutons d’accès direct aux services précités. L’ergonomie d’un Laser TV ne diffère don pas de celle d’un téléviseur. Avec même, et c’est un point à souligner, un allumage/extinction quasi instantané grâce à la source lumineuse laser qui ne nécessite aucune chauffe, ni refroidissement, contrairement à un vidéoprojecteur à lampe. Vous le constatez, le Laser TV s’avère le mix parfait pour le consommateur désireux de profiter du meilleur des deux mondes, celui des TV et celui des vidéoprojecteurs.

 

 

Le son n’est pas laissé pour compte

Enfin, jusqu’alors, il est également systématique ou presque que les vidéoprojecteurs ne soient équipés que d’un son « embryonnaire », ou même qu’ils en soient totalement dépourvus. Ici encore, les Laser TV signés Hisense marquent leur différence. La solution la plus élaborée est, une fois de plus, proposée par Hisense qui intègre une véritable barre de son de 2 x 15 W dans son modèle 100L5F (il est bien sûr possible de raccorder le Laser TV à un véritable système Home Cinéma multicanal grâce à la prise HDMI ARC). Compatible Dolby Atmos elle est prête à recréer l’ambiance d’une salle de cinéma. En somme un son en adéquation avec la taille de l’image affichée.

 


299€ 399€
il y a 3 heures
913€ 1490€
il y a 7 heures
PLANNING
02/12/20 The Wretched
02/12/20 The Wicker Man
02/12/20 The Wicker Man
02/12/20 The Vigil
02/12/20 Irréversible
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

INTERVIEWS
Eva Green - Camelot, la légende du roi Arthur saison 1
https://www.avcesar.com/source/interview/127/photo_0547183008.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/135/photo_0315184326.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/139/photo_0259145504.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/126/photo_0549181508.jpg
eva-green
sidse-babett-knudsen
liam-neeson
lucy-lawless