P5 Perfect Picture Engine, le processeur surdoué de Philips

Lors du dernier salon IFA de Berlin, en septembre 2017, la marque Philips présentait au monde ses nouveaux téléviseurs haut de gamme. Comme à son habitude, le rendez‑vous de la rentrée est l’occasion pour la marque de dévoiler ses modèles les plus performants, dont la disponibilité coïncident avec les fêtes de fin d’année. 2017 n’a pas dérogé à la règle avec l’annonce d’un modèle Quantum Dots (série 8602) et deux nouvelles références basées sur la technologie Oled (séries OLED973 et 9002). Mais l’événement de l’année chez Philips consistait dans la mise en œuvre de l’inédite technologie de traitement d’image P5 Perfect Picture Engine, évolution ultime du réputé traitement vidéo Perfect Pixel HD Engine, annoncée par son créateur la plus puissante du marché. Les présentations et démonstrations sur le stand Philips, puis le test complet du dernier‑né de la marque, le Philips 55POS9002, ont eu le don de nous interpeller au point de nous inciter à replonger dans nos archives pour apprécier le chemin parcouru par la marque depuis des lustres. L’occasion d’un dossier récapitulatif que l’on vous invite à découvrir immédiatement.

Et il faut bien avouer que le concours de Philips au marché TV est immense, notamment au niveau de l’amélioration de la qualité d’image avec le développement et la commercialisation de technologies uniques. On peut citer le premier téléviseur 100 Hz en 1988, la compensation de mouvement en 1995 avec le procédé Natural Motion, le traitement vidéo Pixel Plus en 2002, le génialissime Ambilight en 2004 ou encore le traitement vidéo Perfect Pixel HD Engine en 2007, qui fit les beaux jours des meilleurs TV Philips jusqu’en 2016.

 

En se penchant sur l'histoire des téléviseurs Philips, on se rend compte des apports de la marque en matière d'amélioration de la qualité d'image. De nombreuses technologies furent en effet initiées par Philips. Le processeur P5 Perfect Picture Engine est le dernier exemple de cette longue tradition d'innovations.

 

P5 + Oled, association de bienfaiteurs

L’année 2016 fut le témoin d’un mariage attendu de longue date par les amateurs de belle image : la meilleure technologie d’affichage, une dalle Oled, associée au fameux traitement vidéo Philips Perfect Pixel HD Engine en vigueur jusqu’alors dans les écrans haut de gamme de la marque. Le fruit de cette union, le téléviseur Philips 55POF901, reconnu excellent intégrait une dalle Oled aux performances légèrement inférieures, en termes de pic lumineux, à celles des autres TV Oled disponibles. Ce fut toutefois l’occasion de vérifier que le traitement vidéo Philips, adapté à la technologie Oled par l’équipe d’ingénieurs de la marque basée à Gand en Belgique (dirigée par Danny Tak), fonctionnait terriblement bien et exploitait pleinement les points forts de l’Oled.

 

 

 

Considéré comme l'un des meilleurs processeurs vidéo du marché, le procédé Perfect

Pixel HD Engine, disponible sur le TV Oled Philips 55POF901 commercialisé fin 2016, donnait déjà de superbes résultats. Mais le nouveau traitement P5 Pefect Picture Engine intégré sur le Philips 55POS9002 offre des performances d'une tout autre dimension, réellement époustouflantes… 

 

Imaginez alors notre intérêt après l’annonce par Philips, au mois de mars 2017, d’un nouveau modèle pour la fin de l’année, équipé du procédé exclusif P5 Perfect Picture Engine et doté d’une dalle Oled 2017 strictement identique à celle proposée par les téléviseurs LG, Loewe, Panasonic et Sony. La promesse de performances visuelles exceptionnelles, que l’on sait déjà tenues avec la prise en main du TV Oled Philips 55POS9002 (cliquez sur la référence du TV pour découvrir le test complet du produit par la rédaction d’AVCesar.com). La qualité d’image a bluffé tout le monde à la rédaction incitant même les plus exigeants de nos journalistes‑techniciens, à désigner ce TV comme le meilleur spécimen Oled disponible à l’heure d’écrire ces lignes.

 

 

Philips, pionnier du traitement vidéo

Ce résultat trouve des explications dans l’histoire de la marque. Philips possède en effet une solide expertise dans le domaine de la qualité d’image en tant que pionnier, par exemple, sur la question de la compensation de mouvement. Un procédé unique qui permit aux téléviseurs du constructeur d’être désignés comme les meilleurs du marché en termes de qualité d’image pendant des années. Durant tout ce temps, les concurrents (qui reconnaissaient en Off les talents des ingénieurs Philips) ont couru derrière la marque d’Amsterdam sans parvenir à la rattraper.

 

Mais au début des années 2010, certains constructeurs (Samsung et Sony en particulier) sont revenus dans la course, au point de faire jeu égal avec le procédé Perfect Pixel Ultra HD Engine. La question se pose donc de savoir si le P5 Perfect Picture Engine peut permettre à Philips de reprendre une longueur d’avance et offrir à la marque un retour sous les feux des projecteurs, au début d’un nouveau cycle d’équipement des ménages avec les TV Ultra HD/4K (sources GfK, 3,3 millions de foyers français posséderont un écran UHD fin 2017, 50% en 2020). Voilà pourquoi nous avons souhaité en savoir plus à travers un focus sur cet inédit traitement d’image.

 

 

Apparu en 2002, le traitement vidéo Philips Pixel Plus n'a eu de cesse d'être perfectionné pour… …des performances toujours plus élevées. La dernière mouture, dénommée P5 Perfect Picture Engine, donne des résultats vraiment époustouflants.

 

 

Traitement vidéo, un concept qui ne date pas d'hier…

L’idée de traiter le signal vidéo en amont de son affichage de date pas d’hier. Dès les débuts de la télévision il y a eu débat pour fixer le nombre de lignes de l’image, choisir un mode entrelacé ou non, le format de l’écran (portrait ou paysage), etc. Sous sa forme actuelle, elle est apparue avant même que la notion de processeur d’image ne voit le jour. En effet, dès 1988, Philips présente un téléviseur 100 hertz. Ici, la volonté est de réduire le scintillement de l’écran. En effet, à l’époque et c’est d’ailleurs toujours le cas pour la vidéo « standard », l’affichage était cadencé à 25 images par seconde.

 

Cependant, déjà, pour réduire le scintillement, l’image était divisée en deux « sous‑images » : les trames. Une première trame comptait les lignes paires de l’image, la seconde les lignes impaires. De fait, le rafraîchissement de l’écran se faisait à une cadence de 2 x 25 demi‑images par secondes, soit 50 hertz. Un affichage qualifié d’entrelacé en raison de l’alternance de l’affichage des lignes paires et impaires. Une notion qui existe d’ailleurs toujours en TVHD sous l’appellation 1 080i, pour « interlaced », par opposition au 1 080p, pour « Progressive Scan », où l’ensemble des lignes est fourni à l’affichage de chaque image.

 

Le constructeur Philips travaille depuis des lustres sur l'amélioration de la qualité de l'image des TV. En 1988, la marque fut la première à commercialiser un téléviseur 100 Hz, procédé dont le but était d'annihiler le scintillement généré par les tubes cathodiques 50 hertz.

 

Quoi qu’il en soit, même à 50 Hz, le scintillement de l’image sur un tube cathodique restait perceptible. Le phénomène était d’ailleurs particulièrement visible en magasin. En effet, comme notre œil est plus sensible au scintillement en vision périphérique qu’en son centre, si le téléviseur observé paraissait scintiller relativement peu, ceux placés de part et d’autre sur le présentoir donnaient une forte sensation de scintillement. En passant à un rafraîchissement de l’écran à 100 Hz, en revanche, le problème était résolu.

 

Reste que, pour rendre possible l’affichage à 100 Hz, il fallait être en mesure de mémoriser une image et l’afficher deux fois de suite pour doubler la fréquence de rafraîchissement de l’écran. À l’époque le procédé était analogique. Le numérique ne s’était pas encore attaqué au traitement vidéo, du moins pas dans les téléviseurs. Hors de question donc de parler d’extrapolation de mouvement ou de calcul d’images intermédiaires connu sous le terme d’interpolation. C’est une matrice CCD qui faisait office de mémoire d’image. Chargée à 50 Hz et lue à 100 Hz, elle assurait le changement de fréquence du rafraîchissement de l’écran.


PLANNING
DVD 22/06/18 Black Panther
BLU 22/06/18 Black Panther
BLUHD 22/06/18 Black Panther
DVD 26/06/18 The Cured
BLU 26/06/18 The Cured
INTERVIEWS
Melissa George - La gifle
https://www.avcesar.com/source/interview/144/photo_0912120302.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/142/photo_0656162718.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/136/photo_0107121104.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/171/photo_0331123722.jpg
melissa-george
melissa-bernstein
fabrice-gobert
rotem-shamir