MAI 2011
Bertrand Tavernier : l’homme aux deux visages
Défendre les autres, écrire à leur sujet, s’interroger sur des cinématographies différentes tout en signant des œuvres profondément françaises, tels sont les deux visages de Bertrand Tavernier, cinéaste et critique. Retour sur une carrière exemplaire, notamment ses débuts de cinéphile engagé.
MAI 2011
Christopher Walken : une vie pas ordinaire
C’est probablement cette scène dite de la « roulette russe » qui figea définitivement pour le grand public l’image de Christopher Walken. Des années durant, l’un des acteurs les plus surprenants de sa génération fut donc employé pour rejouer à satiété ce personnage bien sous tout rapport, que le sort fera peu à peu sombrer dans la paranoïa et la folie. « Il est vrai que les réalisateurs ont tendance à me proposer des personnages un peu dérangés, irrécupérables, parfois même méchants, déclarait Walken à l'époque. Je crois que je le dois à mon visage. Il en inquiète plus d’un ».
JUIN 2010
Alain Resnais : la mémoire imaginaire
« Je souhaite approcher par le film la complexité de la pensée, son mécanisme interne. Dès que l'on descend dans l'inconscient, l'émotion naît. Et le cinéma ne devrait être qu'un montage d'émotions », avoue Alain Resnais.
SEPTEMBRE 2010
Freddy : dormir et mourir
Au cours des années 80, un genre prolifique fait irruption sur les écrans de cinéma, croisant le teen‑movie (le film pour adolescents) et le conte horrifique (le slasher), basé sur un schéma immuable montrant les exactions d’un tueur le plus souvent masqué, victime d’un traumatisme dans son enfance, fanatique de l’arme blanche (couteau, scie, hache, lance, tournevis…) et de chairs encore laiteuses.
SEPTEMBRE 2010
Alfred Hitchcock : la face obscure du maître
Il lui a fallu du temps avant d’obtenir la reconnaissance de la critique (surtout aux USA). Mais Hitchcock s’est imposé au fil de ses cinquante‑trois films comme l’un des plus grands cinéastes de l’Histoire. Certains disent même qu’il a inventé le cinéma moderne avec ses individus a priori normaux mais atteints de graves problèmes psychologiques, ou encore son obsession du voyeurisme qui irriguera chacun de ses films jusqu’au plus brillant d’entre tous, Fenêtre sur cour, qu’il réalisera en 1954.
PLANNING
07/04/20 Gloria Mundi
07/04/20 Dolittle
08/04/20 Last Christmas
08/04/20 Galaxy Quest
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Anthony Hopkins - Westworld saison 1
https://www.avcesar.com/source/interview/170/photo_1215120005.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/155/photo_1119161630.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/130/photo_0548183008.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/150/photo_0520115613.jpg
anthony-hopkins
tatiana-maslany
christian-rouaud
kevin-bacon