Les ailes pourpres : le mystère des flamants

The Crimson Wing : Mystery of the Flamingos
Année : 2008
Réalisateurs : Leander Ward, Matthew Aeberhard
Interprètes : aucun
Éditeur : WDSHE
BD : 1 BD-50 + 1 DVD, 77', zones A et B
Genre : documentaire, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 05/06/10
Prix ind. : 24,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.85
HD 1 080p (AVC)
16/9 natif
Bande-son
Français Dolby Digital 5.1
Anglais DTS-HD Master Audio 5.1
Espagnol Dolby Digital 5.1
Portugais Dolby Digital 5.1
Italien Dolby Digital 5.1
Allemand Dolby Digital 5.1
Sous-titres
Français, anglais, anglais pour sourds et malentendants, espagnol, portugais, italien, allemand
Lieu indescriptible, grandiose, hostile aussi, le lac Natron, situé au nord de la Tanzanie, est un immense réservoir d’eau salée. Un lac de feu, coloré par des algues en suspension qui lui donnent sa teinte rouge. C’est dans cet enfer chaud, acide et écarlate, que viennent se reproduire des milliers de flamants roses, dont la couleur du plumage provient des algues du lac que les oiseaux ingèrent.

Ce documentaire, estampillé DisneyNature (label spécialisé dans les documentaires animaliers, qui a notamment produit La marche de l’empereur) s’attache à suivre les flamants dans chacune des étapes de leur périple : saison des amours, reproduction, éclosion des œufs, premiers pas des oisillons, survie face aux prédateurs, envol des jeunes adultes… Ode à la nature, à sa beauté inouïe, ce film s’apparente à une succession de tableaux vivants à la composition toujours soignée. Cadrages majestueux, épurés, chacune des prises de vues est une prouesse à la fois technique et artistique. Émouvant, dramatique parfois (la séquence où les grands échassiers marabouts, véritables sorcières hantant les lieux, dévorent les nouveau‑nés), ces images ne font pas l’impasse sur la crudité de la nature, malgré la cible familiale du documentaire.

Le commentaire discret, qui laisse respirer les images, informe par petites touches sans se faire omniprésent, laissant place à la bande originale de The Cinematic Orchestra, à la fois lyrique et contemporaine. Révélant au monde ce manège mystérieux auquel peu d’hommes ont pu assister, ce document rare se heurte à un seul écueil : à la différence de La marche de l’empereur, qui suivait la migration comme un véritable périple initiatique, Les ailes pourpres repose moins sur un « scénario » que sur des instants de vie, entraînant de fait un assemblage d’instantanés de manière chronologique. Mais cela n’enlève en rien la majesté de cette nature, dont chacun des représentants nous rappelle que l’intelligence n’est pas l’apanage de l’Homme.
Laurence Mijoin-Duroche - Publié le 10/09/10
Liste des bonus
- Notes des réalisateurs (commentaires audio)
- Journal du tournage (20')
- Une planète en constante évolution
- Bandes-annonces
- Économiseur d'écran
- Option de copie du film
- DVD du film


Commentaire
On regrette et on s'étonne que les commentaires audio des réalisateurs ne soient pas sous-titrés. Le supplément le plus intéressant ici est donc le journal du tournage, sorte de making of révélant la pénibilité des conditions de tournage (outre le fait que le sel du lac ronge tout, il fallait filmer les flamants sans les importuner, ce qui nécessitait d'arriver sur les lieux durant la nuit et de ne pas les quitter avant le crépuscule), la collaboration avec The Cinematic Orchestra… Le module « Une planète en constante évolution » (réactualisé grâce à la connexion Internet) permet de s'informer sur les animaux en activant plusieurs points névralgiques d'un globe terrestre interactif. À noter : copie DVD en supplément dans ce coffret.
Note bonus : 4/6
Image
On découvre, ébahis, une palette infinie de couleurs, du bleu du ciel aux dégradés de rose du plumage des flamants, en passant par les teintes des terres volcaniques. La définition, irréprochable, magnifie des prises de vues hallucinantes, cadrées au cordeau. Le plus surprenant ici, c’est la finesse des plans, véritable gageure compte tenu des conditions de tournage et de l’éloignement de la caméra de ses sujets. Rien à dire concernant la compression, très discrète. Une très belle copie.
Top image : 9'00 (le reflet d'un arc‑en‑ciel dans l'eau du lac), 64'00 (survol du lac Natron, rouge de ses algues qui prolifèrent), 67'00 (orage au‑dessus du lac Natron et des volcans)
Note image : 6/6
Son
La piste anglaise DTS-HD Master Audio 5.1 propose un commentaire chaleureux et ample (de la narratrice Mariella Frostrup), parfaitement mixé, à l’instar de l’ensemble des éléments sonores. L’équilibre entre la bande originale (entièrement composée par le groupe The Cinematic Orchestra) et les bruits d’ambiance est remarquable, enveloppant, dynamique et bien réparti sur les canaux arrière et en façade. On entend tomber la moindre goutte de pluie. En VF (Dolby Digital 5.1), le commentaire de Zabou Breitman se veut moins envoûtant que celui de la version anglaise, et aussi légèrement plus étouffé. Évidemment, cette piste s’avère moins percutante, mais tout à fait honnête et bien spatialisée.
Top son : aucun
Note son : 5/6


Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

PLANNING
10/06/20 Vice Squad
10/06/20 Une vie cachée
10/06/20 The Gentlemen
BONNES AFFAIRES
- 14 %
370 €
316.83 €
Voir l'offre
INTERVIEWS
Éric Rochant - Möbius
https://www.avcesar.com/source/interview/143/photo_0727170802.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/158/photo_0627103424.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/142/photo_0656162718.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/132/photo_0731173018.jpg
eric-rochant
kyan-khojandi
melissa-bernstein
lucas-belvaux
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011