District 9

Année : 2009
Réalisateur : Neill Blomkamp
Interprètes : Sharlto Copley, Nathalie Boltt, David James
Éditeur : Metropolitan Film & Vidéo
BD : BD-50, 112', toutes zones
Genre : science-fiction, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 20/01/10
Prix ind. : 24,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.85
HD 1 080p (Mpeg4 AVC)
16/9 natif
Bande-son
Français DTS-HD Master Audio 5.1
Anglais DTS-HD Master Audio 5.1
Sous-titres
Français
Amazon
11,98 €
Cela commence très bien à la manière d'un documenteur, genre brillamment défriché par Cloverfield et Diary of the Dead. L’idée de départ est aussi forte que délirante : depuis vingt ans, un vaisseau spatial stationne dans le ciel de Johannesburg, tandis que ses occupants, un million d’aliens surnommés les « crevettes » en raison de leur look mi-Predator mi-tortues Ninja, survivent parqués dans le camp de District 9, champ poisseux de bidonvilles insalubres où sévissent violence, gangs et corruption, référence directe au District 6, ce quartier multiracial du Cap rasé en 1966 après avoir été classé zone blanche.

Wikus, l’émissaire benêt d’une puissante agence gouvernementale, débarque un jour dans District 9 afin d’informer ses occupants de leur imminente délocalisation dans des townships de banlieue, mais les choses tournent mal. Touché par une substance de contamination massive, Wikus se métamorphose peu à peu.

Après une première partie très cartoon qui cite pêle-mêle la série V (cette fois, le mets préféré des aliens n'est pas la souris blanche mais la boîte de pâté pour chat), Verhoeven (Starship Troopers), Carpenter (NY 1997 et Invasion L.A surtout), Asimov et Philip K. Dick, Neill Blomkamp, protégé de Peter Jackson qui signe ici son premier long métrage, se recentre sur l’aventure tragique de son héros malgré lui.

Apartheid, Sangatte, Guantanano, favelas, camps de concentration, District 9 constitue certes une allégorie politique tous terrains, mais Blomkamp, pas didactique pour un sou, sait plonger juste à temps dans la série B pure et dure. Une curiosité à découvrir.
Jean-Baptiste Thoret - Publié le 26/01/10
Liste des bonus
- Commentaire audio du réalisateur en VOST
- Journal vidéo de Neill Blomkamp en HD (34')
- Scènes coupées (20')
- Sujet sur le design du film en HD (13')
- Zoom sur les effets spéciaux en HD (10')
- Gros plan sur la métamorphose de Wikus en HD (10')
- Reportage sur les improvisations lors du tournage en HD (12')
- Bandes-annonces


Commentaire
Simple, complet, plutôt agréable à écouter et à regarder, mais sans originalité interactive.
Note bonus : 4/6
Image
La définition et le niveau de détail général semblent bien meilleurs que sur l'édition DVD. La cuirasse des aliens est plus détaillée, les arrière-plans plus précis, bref, on gagne nettement en précision. Même constat au niveau des contrastes et des couleurs, plus fermes et mieux tenus. Les partis pris esthétiques du film empêchent malheureusement la HD de vraiment faire la différence, mais c'est quasiment un sans‑faute.
Top image : aucun
Note image : 5/6
Son
Davantage de richesse aussi côté son sur la VO. La VF est parasitée par ses doublages, mais au niveau des ambiances, de la spatialisation musicale et des bruitages, c'est sacrément efficace. Les surrounds et le canal LFE jouent un rôle déterminant dans la progression du récit et l'immersion dans le ghetto alien.
Top son : aucun
Note son : 6/6


PLANNING
DVD 19/01/19 Peppermint
BLU 19/01/19 Peppermint
DVD 19/01/19 Hell Fest
INTERVIEWS
Stefano Sollima - Gomorra saison 1
https://www.avcesar.com/source/interview/157/photo_0253124723.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/151/photo_0557184527.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/155/photo_1119161630.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/136/photo_0107121104.jpg
stefano-sollima
lars-lundstrom
tatiana-maslany
fabrice-gobert
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011